Publié le 10 août 2018

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Pour Elon Musk, le cours de Tesla distrait les salariés-actionnaires de leur travail… Il veut donc quitter la Bourse

En annonçant le possible retrait de Tesla de la Bourse, Elon Musk a bousculé les marchés financiers. L’annonce a été faite, sans crier gare, sur Twitter. Selon lui, la fluctuation des cours ne permet pas de se concentrer sur les objectifs long terme de l’entreprise et la met à la merci d’attaques spéculatives.

Le 1er avril 2018, Elon Musk avait posté une photo de lui simulant sa banqueroute. Une moquerie adressée aux marchés financiers.
@ElonMusk

Habituellement, ce sont les innovations technologiques d’Elon Musk qui bouleverse le monde, mais cette fois-ci c’est sa communication financière qui a remué la planète ! Mardi 7 août, l’entrepreneur a fait une déclaration complètement inattendue sur Twitter. Il y écrit : "J'envisage de retirer Tesla de la Bourse à 420 dollars. Financement assuré". Comprendre : retirer Tesla de la cotation au prix de 420 dollars par action (soit une prime de 20 % sur le cours moyen).

 

Plusieurs heures plus tard, le sud-africain développera son idée sur le blog de Tesla et dans une lettre aux salariés. Il explique que son idée est motivée par l’efficacité de son entreprise : "La raison est la création d’un environnement dans lequel Tesla fonctionne le mieux. En tant que société cotée en Bourse, nous sommes soumis à de fortes fluctuations du cours de nos actions, ce qui peut constituer une distraction majeure pour tous ceux qui travaillent chez Tesla, qui sont tous actionnaires".

Conserver les investisseurs

Il évoque même "des incitations économiques perverses de la part de personnes qui cherchent à nuire à ce que nous accomplissons". De son côté, le conseil d'administration du fabricant de voitures électriques haut de gamme a affirmé dans un communiqué s'être réuni "plusieurs fois au cours de la semaine passée" pour évoquer ce sujet et "prendre les mesures nécessaires pour l'évaluer".

Selon le Wall Street Journal, le gendarme américain des marchés financiers, la SEC, a demandé à l'entreprise si l'affirmation d’Elon Musk était bien "réelle". L'institution voudrait aussi savoir pourquoi ces annonces ont été faites sur Twitter plutôt que dans un document officiel et si elles respectent bien les règles des marchés.

Pour l’instant, Elon Musk semble plutôt recevoir le soutien des investisseurs. Il espère d’ailleurs que tous resteront dans l’entreprise même si cette dernière change de statut. Il évoque même la création d’un fonds spécial dans ce but. Ce serait un modèle similaire à celui de son autre entreprise, Space X, spécialisée dans les lanceurs spatiaux.

"Ces questions m’emmerdent"

Tesla avait connu depuis un an de fortes fluctuations boursières alors que l’entreprise ne parvenait pas à atteindre une production de 5 000 Model 3 par semaine et peinait à gagner de l’argent. L’entreprise avait dû repenser de fond en comble ses chaînes de production et à plusieurs reprises le patron-ingénieur s’était brutalement agacé des doutes des analystes.

En mai dernier alors que les bénéfices de l’entreprise n’avaient pas atteint les objectifs attendus, Elon Musk avait rembarré un analyste financier : "Ces questions sont stériles. Elles m'emmerdent". Une attitude qui inquiète. D’autres le défendent : "Les gens ont tendance à penser que les visionnaires sont fous mais ils sont parmi les meilleurs entrepreneurs qu'on n'ait jamais eus : Walt Disney, Steve Jobs et Musk", défend Quint Tatro, gérant au fonds Financial, et actionnaire individuel de Tesla.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

Salaire PDG ojogabonitoo

En 2018, les patrons du CAC40 ont perçu en moyenne 277 SMIC

La rémunération moyenne des premiers dirigeants des sociétés du CAC 40 a augmenté de 12 % en 2018 à 5,77 millions d'euros, selon une étude publiée début novembre par le cabinet de conseil de vote aux investisseurs Proxinvest. Ce niveau de revenu correspond à 277 SMIC en base 39 heures ou à 152 fois...

Avec le départ de Thierry Bolloré, Renault veut tourner la page Ghosn

Renault a entamé une réflexion "sur la gouvernance du groupe" en réunissant en urgence un conseil d’administration vendredi 11 octobre. Derrière cette réunion de dernière minute, l’objectif était de révoquer le directeur général du groupe Thierry Bolloré, un geste destiné à tirer un trait sur l'ère...

Ketchup heinz chute bourse

Produits transformés et coupe drastique des coûts : la chute de Kraft Heinz, symbole d'une consommation qui change

C'est la déroute pour Kraft Heinz et son ketchup emblématique. Le groupe a perdu plus de 15 milliards de dollars depuis le début de l'année. Il n'a pas su saisir les nouvelles attentes des consommateurs, friands de produits moins sucrés et moins caloriques. Une lacune que les experts expliquent par...

En 40 ans, les grands patrons américains se sont augmentés de plus de 900 %

La rémunération des patrons des 350 plus grandes entreprises des États-Unis a bondi de 940 % entre 1978 et 2018 quand celle d'un employé moyen n'a avancé que de 12 % et que la Bourse elle-même n'a augmenté "que" de 700 % sur la même période, selon l'enquête d'un institut d'études.