Publié le 11 septembre 2018

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

[INFOGRAPHIE] Une entreprise du CAC 40 coûte 300 millions d'euros à la société

La priorité affichée du gouvernement en cette rentrée porte sur la loi Pacte. Elle doit notamment permettre une transformation des entreprises. Un engagement à mettre en regard de l'impact du CAC 40, le Basic (Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne) et l'Observatoire des multinationales ont dressé "le vrai bilan" des plus grandes entreprises françaises : 1 300 milliards d'euros de chiffre d'affaires, 5 millions de salariés, 47 milliards d'euros de dividendes...

CAC 40 KenDrysdale
Le coût moyen d'une entreprise du CAC 40 pour la collectivité s'élève à 300 millions d'euros.
@KenDrysdale

Le Basic (Bureau d’analyse sociétale pour une information citoyenne) et de l'Observatoire des multinationales ont publiée fin juin (1) sur le CAC40. Ils ont évalué qu'en moyenne, le coût net des entreprises qui le compose s'élève à 300 millions d'euros pour la collectivité. "C'est bien plus que ce qu'elle ne rapporte en impôts chaque année", estiment les auteurs. 

Ils ont notamment passé au crible cinq entreprises - EDF, Michelin, Renault, Sanofi et Total - et calculé les dépenses indirectes générées par leurs activités et supportées par la collectivité publique concernant le changement climatique, la pollution de l'air, la précarité de l'emploi et le soutien à la création d'emploi et la compétitivité. Ces "coûts cachés" varient de 165 à 460 millions d'euros.

Le plus mauvais élève est Total en raison notamment de son impact sur le changement climatique dû à la combustion du carburant. Michelin est, quant à lui, épinglé pour son impact néfaste sur la pollution de l'air en raison de l'usage des véhicules équipés avec les pneus du célèbre Bibendum. 

60 % des bénéfices reversés sous forme de dividende

Les deux ONG pointent aussi du doigt liés écarts de salaires. Ils estiment ainsi qu'il faut 251 ans à un salarié du groupe Carrefour pour gagner autant que le patron du groupe en un an. Et 508 pour les agriculteurs qui travaillent avec le géant de la distribution. 

Le manque de partage des richesses concerne également les dividendes. Alors qu'ils représentaient 10 % des bénéfices dans les années 70, ils pèsent désormais 60 %. Sur 100 euros de bénéfices, ce sont ainsi 67,4 euros qui sont versés aux actionnaires sous forme de dividendes, 27,3 euros qui sont réinvestis dans l'entreprise et seulement 5,3 euros qui reviennent aux salariés sous forme de primes.

"On a l'impression que le débat est tronqué, on ne retient que l'angle selon lequel les entreprises sont entravées et qu'il faut les alléger. Mais on devrait regarder en vis-à-vis les coûts cachés qui reposent sur la collectivité", dénoncent les auteurs. 

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir l'étude


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Gouvernance

Donner du sens à son entreprise, lui donner un rôle qui limite les impacts négatifs pour la société. Quelles sont les bonnes pratiques que se se fixent les acteurs économiques?

Elon Musk PETER PARKS AFP

Elon Musk, le PDG de Tesla, devra faire approuver ses tweets avant de les publier

Elon Musk, PDG de Tesla, a accepté de faire valider ses tweets liés au constructeur de véhicules électriques avant de les publier, dans le but de mettre fin à un litige avec le gendarme américain de la Bourse, la SEC.

Bayer dans la tourmente fronde des actionnaires apres le rachat de monsanto

Assemblées générales : les actionnaires se rebellent

Bayer, Barclays, UBS… La saison des assemblées générales connaît déjà quelques soubresauts, avec des actionnaires qui votent contre les dirigeants et leur demandent d’être plus responsables. L’activisme actionnarial se renforce pour mettre les entreprises face à leurs responsabilités, notamment sur...

EssilorLuxottica 1

La crise de gouvernance d’EssilorLuxottica repose la question des fusions entre égaux

Des investisseurs avaient sonné l’alerte. Les modalités du rapprochement d’Essilor et Luxottica, prometteuses sur le plan économique, comportaient de sérieux risques de gouvernance. À quelques jours de l’Assemblée générale, les deux dirigeants du nouveau groupe se sont déclaré la guerre, chacun...

Bob Iger PDG de Disney Alberto E

L’héritière Disney dénonce le salaire "insensé" et "destructeur" du PDG du groupe

Bob Iger, PDG de Disney, va toucher 65 millions de dollars de rémunération en 2018. Pour l’une des héritières de Disney, ce salaire "insensé" est nocif pour la société. De son côté, l’entreprise assure qu’elle met en œuvre des actions en faveur de salariés. Pourtant, les revenus du dirigeant sont 1...