Publié le 04 mai 2021

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Total est accusé de financer la dictature en Birmanie via des montages financiers opaques

Alors que plusieurs entreprises ont décidé de quitter la Birmanie depuis le coup d'État de la junte militaire, Total reste. Le PDG du groupe, Patrick Pouyanné, assure qu'il s'agit de continuer à fournir l'électricité de millions d'habitants sur place mais une nouvelle enquête du journal Le Monde jette le doute sur la situation. Total est accusé d'avoir monté un système financier avantageux pour une entreprise contrôlée par les militaires. 

BIRMANIE TOTAL Stephane Ferrer Yulianti Hans Lucas Hans Lucas via AFP
En mars dernier, des militants de Extinction Rebellion ont manifesté devant le groupe pétrolier l'accusant de complicité avec la junte militaire.
Stéphane Ferrer Yulianti / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

C’était le 1er février dernier. La junte militaire s’empare du pouvoir en Birmanie et procède à une vague d’interpellations dont celle de la dirigeante du pays, Aung San Suu Kyi, considérée comme beaucoup de Birmans comme une icône de la démocratie. Plusieurs milliers d’habitants défilent alors dans les rues contre ce coup d’Etat. La répression est sanglante : plus de 570 civils sont tués. C’est dans ce contexte de crise que plusieurs entreprises, dont Voltalia et EDF, décident de quitter le pays. L’électricien français suspend ainsi le développement de son projet hydroélectrique en Birmanie évoquant le "respect des droits humains".

Total décide de rester, malgré les protestations de plusieurs ONG dont Justice for Myanmar ou Extinction Rebellion qui organise des manifestations en France. Patrick Pouyanné, le PDG de Total, argue que l’activité de production offshore en Birmanie fournit la moitié de l’électricité des cinq millions d’habitants de la ville de Rangoun. "Une entreprise comme Total peut-elle décider de couper l'électricité de millions de personnes avec les conséquences que cela implique", s'interroge-t-il. Mais une nouvelle information pourrait changer la donne. 

Un système opaque 

Dans une enquête publiée le 4 mai, le journal Le Monde accuse le groupe d’avoir mis en place un système de montage financier autour du gazoduc sous-marin de 346 kilomètres qui relie le gisement de Yadana à la Thaïlande. "Ce tuyau ne se contente pas de transporter du gaz : il est le cœur d’un système où des centaines de millions de dollars provenant des ventes de gaz sont détournées des caisses de l’Etat birman vers la Myanmar Oil and Gaz Entreprise (MOGE), une entreprise publique à la gestion opaque, contrôlée par les militaires", dévoile le journal.

Nos confrères, qui ont eu accès à plus de 120 000 documents officiels qui ont fuité de l’administration birmane, révèlent deux informations pour le moins surprenantes. D’abord, l’entreprise propriétaire du pipeline, MGTC, dont Total est le premier actionnaire, réalise 98 % de bénéfice net avant impôt. "Un chiffre surréaliste, voire anormal", note Le Monde. "Plusieurs experts du secteur rapportent que cette pratique est le signe d’un montage fiscal particulier", poursuit le journal. Ensuite, les propriétaires du tuyau et de l’exploitation du gisement sont les mêmes : Total, Chevron, le thaïlandais PTTEP et l’entreprise publique birmane MOGE.

Un projet controversé depuis les années 90

"Pourquoi une entreprise facturerait-elle ses services à un prix jugé exorbitant par certains à son double, détenu par les mêmes actionnaires ?", s’interroge Le Monde. Ce système permettrait en réalité de payer très peu d’impôts à l’État Birman tout en versant de généreux dividendes à ses actionnaires. "Résultat : les bénéfices colossaux des opérations gazières ne transitent plus par les caisses de l’État birman, mais sont massivement récupérés par une entreprise totalement sous contrôle des militaires", décrypte Le Monde.

Le pétrolier lui, assure qu’il s’agit d’un "schéma classique". Mais depuis les années quatre-vingt-dix le groupe s’enlise dans ce projet déjà considéré comme controversé. En 1991, trois ans après une répression sanglante contre La ligue nationale pour la démocratie de Aung Sann Suu Kyi, plusieurs cadres du pétrolier proposaient "à la junte birmane de construire un gazoduc pour relier un gisement off-shore à la Thaïlande", écrivait Libération en 1996 qui titrait ainsi son article : "Accusé de cautionner la junte au pouvoir, le groupe pétrolier pourrait subir un boycott international". L’histoire se répète. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

BIRMANIE TOTAL Stephane Ferrer Yulianti Hans Lucas Hans Lucas via AFP

Total est accusé de financer la dictature en Birmanie via des montages financiers opaques

Alors que plusieurs entreprises ont décidé de quitter la Birmanie depuis le coup d'État de la junte militaire, Total reste. Le PDG du groupe, Patrick Pouyanné, assure qu'il s'agit de continuer à fournir l'électricité de millions d'habitants sur place mais une nouvelle enquête du journal Le Monde...

Campus polytechnique saclay @Jean Duhamel

Le PDG de Total visé par une plainte pour "prise illégale d'intérêt" à l'école polytechnique

Au cœur des dissensions : l'implantation d'un centre de recherche Total de 10 000 m2 au milieu du campus de l'École polytechnique à Saclay. Des protestations d'élèves et anciens élèves avaient cours depuis longtemps, mais l'angle d'attaque change. Trois associations, dont celle qui regroupe les...

Site des futurs gisements petroliers ouganda

Coup d’envoi du projet pétrolier de Total en Ouganda, malgré les risques environnementaux, climatiques et humains

Le projet pétrolier de Total en Ouganda est désormais sur les rails. Le 11 avril, l'entreprise française, la compagnie chinoise Cnooc, l'Ouganda et la Tanzanie ont signé plusieurs accords concernant le projet d'exploitation de gisements pétroliers et l'acheminent via un oléocuc de plus de 1400 km....

Mediator : les laboratoires Servier condamnés à payer 2,7 millions d’amende pour tromperie aggravée

Plus de dix ans après l’un des plus grands scandales sanitaires français, le tribunal de Paris reconnait les laboratoires Servier coupables de "tromperie aggravée" et d'"homicides et blessures involontaires". Le fabricant du Médiator va devoir payer une amende de 2,7 millions d’euros. Consommé par 5...