Publié le 04 septembre 2020

ENVIRONNEMENT

[Tempête Covid] Avec l’épidémie, la santé mentale des populations mise à l’épreuve

Plus de six mois après le pic de l’épidémie de Covid-19 on commence à connaître les effets physiques de la maladie. Mais les professionnels de santé alertent aujourd’hui sur des conséquences moins visibles sur le psychisme. Et les séquelles sont loin de se présenter chez les seuls malades du virus. Les proches, soignants, personnes souffrant de maladies mentales ou seulement plus vulnérables au stress sont en première ligne. Toute la semaine, Novethic se penche sur les effets néfastes à long terme du Covid-19.  

Covid 19 sante mentale iStock solarseven
Les séquelles psychologiques sont loin de se présenter chez les seuls malades du Covid-19. Les proches, soignants, personnes souffrant de maladies mentales ou seulement plus vulnérables au stress sont en première ligne.
@solarseven

Dès le 15 avril, une vingtaine de chercheurs en psychiatrie et en psychologie ont alerté sur les conséquences psychologiques de la maladie. Leur alerte, diffusée dans le journal de référence The Lancet, semble aujourd’hui confirmée sur le terrain. Au sortir du pic épidémique, 30% des soignants présentaient ainsi des symptômes de stress post traumatiques, assure une étude de l'Intersyndicale nationale des internes.

De même, un tiers des télétravailleurs déclarent avoir vu leur santé mentale se dégrader pendant la période de confinement. Les enfants et les adolescents ne sont pas épargnés par les risques de troubles mentaux. En Italie et en Espagne, les parents ont remarqué que, durant le confinement, leurs enfants avaient des difficultés à se concentrer, étaient irritables, agités et nerveux, selon une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Un pic prévu en septembre

Mais c’est l’ensemble de la population qui a été touchée. Selon une enquête de Santé publique France menée depuis mars sur l'évolution de la santé mentale et des comportements de la population, les deux mois de confinement ont clairement pesé sur l'état psychologique des Français avec une forte hausse de la prévalence de l'anxiété, de la dépression, des troubles du sommeil. Depuis le déconfinement, ces troubles ont légèrement baissé mais sans revenir à leur niveau habituel.

Sante publique france etude covid sante mentale bon format

 

Et ce n’est qu’un début avertissent les praticiens. "À partir de septembre, on va voir tous les stress post-traumatiques, les épisodes dépressifs, les burn-out, ceux qui ont perdu un membre de leur famille… Les traumas psychiques vont arriver à la rentrée, c’est clair", assure au Monde, Dominique Januel, psychiatre à l’hôpital de Ville-Evrard (Seine-Saint-Denis) et pilote d’une étude d’évaluation clinique du confinement. Certains psychiatres s’attendent également à une augmentation des tentatives de suicides, notamment chez les patients psychiatriques pour lesquels l’épidémie et sa gestion ont renforcé les traumatismes.

La pandémie aggrave une situation déjà alarmante

Toutes ces manifestations sont constatées dans l’ensemble des pays du monde durement touchés par la pandémie. Et se renforcent avec la crise économique et sociale. "L’isolement social, la crainte de la contagion et la perte d’êtres chers sont aggravés par l’anxiété due à la perte de revenus et souvent de son emploi. Or l’OIT table sur la perte de plus de 300 millions d’emplois à temps plein dans le monde du fait de la crise", a souligné le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé lors la publication d’une note de synthèse sur la santé mentale à l’heure du Covid.  

Pour l’OMS, les effets sur la santé mentale de cette crise aggravent un état des lieux déjà alarmant. "Après des décennies de négligence et de sous-investissement dans les services de santé mentale, la pandémie de COVID-19 frappe désormais les familles et les communautés avec un stress mental supplémentaire", explique-t-elle dans sa note. Chaque année, la dépression et l’anxiété, qui touchent près de 265 millions de personnes dans le monde, font ainsi perdre plus de 1 000 milliards de dollars à l’économie mondiale. Or, pour l’heure, les pays consacrent en moyenne 2 % de leur budget de santé à la prise en charge des troubles mentaux.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Covid 19 sante mentale iStock solarseven

[Tempête Covid] Avec l’épidémie, la santé mentale des populations mise à l’épreuve

Plus de six mois après le pic de l’épidémie de Covid-19 on commence à connaître les effets physiques de la maladie. Mais les professionnels de santé alertent aujourd’hui sur des conséquences moins visibles sur le psychisme. Et les séquelles sont loin de se présenter chez les seuls malades du virus....

Contagion steven soderbergh Warner Bros

Épidémie de coronavirus : avec le film Contagion, Hollywood avait tout prévu

Sorti fin 2011, le film Contagion de Steven Soderbergh dépeint une pandémie d’un virus particulièrement dangereux. Œuvre de fiction très bien documentée, elle présente de nombreuses ressemblances avec la crise actuelle du Covid-19. On ne pourra pas dire qu’Hollywood ne nous avait pas prévenus…

Happychemicals

Avec sa SinList, l’ONG ChemSec alerte un public non expert sur les risques chimiques

L’ONG suédoise spécialiste des risques chimiques ChemSec organisait un événement à Bruxelles le 14 novembre à l’occasion de la sortie de sa SinList, sa nouvelle liste de substances à remplacer d’urgence parce qu’elles sont trop dangereuses. En associant scientifiques, entreprises, productrices et...

Maree noire bresil mysterieuse benevoles nordeste ANTONELLO VENERI AFP

Le Brésil en proie à une mystérieuse marée noire depuis trois mois, la plus grosse de son histoire

Trois mois après le début de la pire marée noire de son histoire, le Brésil accuse un pétrolier grec d'être responsable de ce déversement. Des accusations démenties par la société gestionnaire. Sur place, le président Jair Bolosonaro assure que le pire reste à venir et les bénévoles continuent de se...