Publié le 12 novembre 2015

ENVIRONNEMENT

Glyphosate : pour l'EFSA, le risque cancérigène du Roundup est "improbable"

Le verdict de l’Autorité européenne de sécurité des aliments est tombé : le glyphosate, la substance active du Roundup, l’herbicide vedette mais controversé du géant américain Monsanto, ne présente pas de risque cancérigène pour l’homme. L’évaluation des scientifiques européens ouvre ainsi la voie au renouvellement de l’autorisation du glyphosate par l’Union européenne. Mais cette évaluation est en totale contradiction avec l’avis rendu en mars dernier par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les ONG environnementales et les écologistes crient au scandale.

En novembre 2012, des ONG environnementales protestaient déjà à Buxelles,devant le siège de la Commission européenne, contre l'utilisation du glyphosate.
Georges Gobet / AFP

Le glyphosate, substance cancérigène ? "Improbable", a répondu jeudi 12 novembre l’Autorité européenne de sécurité des aliments, connue aussi sous ses initiales anglaises EFSA (European Food Safety Agency). L’évaluation des experts scientifiques européens blanchit les herbicides les plus utilisés mondialement, notamment le Roundup, des risques de cancer qui pesaient sur eux.

En mars dernier, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’OMS avait pourtant adopté une position exactement inverse en classant le glyphosate dans sa liste des substances cancérigènes "probables chez l’homme". "Nous avons procédé à une évaluation complète qui a pris en compte de nouvelles études et davantage de données", met en avant le responsable de l’unité pesticides de l’EFSA, Jose Tarazona, pour expliquer la divergence d’analyse avec l’agence de l’OMS.

 

Un nouveau "seuil de sécurité toxicologique"

 

L’EFSA propose toutefois de nouvelles mesures pour renforcer le contrôle des résidus de glyphosate dans l’alimentation. Elle suggère d’introduire, pour la première fois, un "seuil de sécurité toxicologique", nommé "dose aiguë de référence", qui est la quantité qui peut être ingérée sur une brève période de temps sans être nocive pour la santé : elle a été fixée à 0,5 mg/kg de poids corporel par jour.

"L'EFSA se basera sur ces nouvelles valeurs toxicologiques lorsqu'elle réexaminera les limites maximales de résidus dans les aliments pour le glyphosate", précise l'Autorité. Une révision attendue pour 2016 en coopération avec les États membres.

 

"Trop d’intérêts en jeu"

 

Le sort du glyphosate est maintenant dans les mains de l’Union européenne qui doit prendre sa décision d’ici juin. S’appuyant sur l’avis de l’EFSA, la Commission européenne va rédiger une recommandation aux Etats membres, probablement dès le mois de janvier. Le processus relève ensuite de la "comitologie".

Concrètement, tout se passe à huis-clos entre la Commission européenne et les experts nationaux des États membres, ces derniers décidant de la réglementation à appliquer à la majorité qualifiée. Tout laisse à penser que les États donneront leur feu vert au renouvellement de l’autorisation du glyphosate, octroyée sans discontinuité depuis 2002.

Au sein de l’EFSA, où sont représentés des scientifiques de chaque État membre, seule la Suède s’est opposée à l’avis adopté hier. "Ce n’est pas scientifique, c’est politique", s’indigne la responsable des questions d’alimentation de Greenpeace Franziska Achterberg. "Il y a trop d’intérêts en jeu, trop de pressions qui viennent de tous les côtés : les agriculteurs, l’industrie des pesticides, les Américains… C’est un énorme marché qui est concerné", ajoute-t-elle. "Après son incapacité à protéger la santé des Européens des émissions polluantes automobiles, la Commission ne devrait pas répéter la même erreur avec les pesticides", met en garde Franziska Achterberg.

De son côté l’eurodéputée verte Michèle Rivasi épingle le travail de l’EFSA qui repose sur des études encore non publiées dans la littérature scientifique et non revues par les pairs. Et de déplorer que "l’EFSA a décidé de cajoler Monsanto au mépris de la santé de nos concitoyens".

En France, 2 000 tonnes de glyphosate sont utilisées chaque année par les particuliers. Et 8 500 tonnes par les agriculteurs et autres professionnels.

Julie Majerczak
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Guerre ukraine feu ARIS MESSINIS AFP

Ukraine : La destruction de l’environnement, victime collatérale des guerres

Au fil de l'histoire, l'environnement a toujours été une arme de guerre. Si sa destruction volontaire est aujourd'hui interdite, elle est malgré tout une victime collatérale des conflits. Et la guerre en Ukraine n'y échappe pas. Derrière un lourd bilan humain, se cache des pipelines, des mines...

Chlordecone bananier

Antilles et pesticide : le cancer de la prostate lié au chlordécone est une maladie professionnelle

Un décret, publié le 22 décembre, reconnaît que le cancer de la prostate lié au chlordécone, est une maladie professionnelle. C’est le résultat d’un long combat mené par les Antillais pour faire reconnaître leur préjudice sanitaire lié à l’usage massif de ce pesticide dont les bananeraies ont été...

Danger amiante proces penal citation directe collective pixabay

Ces scandales qui ont changé le monde : l’interdiction de l'amiante, la fin d’un produit miracle

Difficile pour les industriels de renoncer à ce produit miracle. Il ne s’enflamme pas, il est très résistant, c’est un isolant aussi bien au niveau phonique que thermique. Mais l’amiante tue. Dans les années 90, son interdiction est prononcée et de nombreux procès en responsabilité voient le jour....

Toxiscore Squirrel photos de Pixabay

Le Toxiscore, le label qui épingle les produits ménagers les plus nocifs

Fini les longues étiquettes incompréhensibles au dos des produits ménagers. Le gouvernement veut mettre en place un Toxiscore, d'ici 2022, qui indiquera au consommateur, grâce à une notation et un système de couleur, le degré de toxicité du produit qu'il utilise. Si Barbara Pompili envisage de...