Publié le 08 mars 2017

ENVIRONNEMENT

Glyphosate : l’Agence européenne des produits chimiques soupçonnée de conflits d’intérêts

L’ECHA, l’Agence européenne des produits chimiques, devrait rendre aujourd’hui son avis sur la cancérogénicité du glyphosate. Mais une soixantaine d’ONG pointent des conflits d’intérêts de plusieurs membres du comité d’évaluation des risques (CCR), travaillant à la fois pour l’ECHA et des industriels du secteur.

L’herbicide le plus vendu en Europe, classé comme substance cancérogène pour l’Homme par le Centre international de recherche sur le cancer, est toujours autorisé sur le marché européen.
iStock

Les experts de l’ECHA sont-ils partiaux ? Dans une lettre ouverte envoyée lundi et adressée au directeur général de l’Agence européenne des produits chimiques, une soixantaine d’ONG environnementales dénoncent des conflits d’intérêts de plusieurs membres du comité d’évaluation des risques (CCR) de l’ECHA.

L’Agence, chargée de "sécuriser l’usage des produits chimiques", devrait justement rendre aujourd’hui son avis sur la cancérogénicité du glyphosate. L’herbicide le plus vendu en Europe, classé comme substance cancérogène pour l’Homme par le Centre international de recherche sur le cancer, est toujours autorisé sur le marché européen.

Or les ONG reprochent à l’ECHA de fonder en partie son expertise à propos du glyphosate sur des études fournies par les industriels producteurs de glyphosate. Des études non publiées.

 

L’ECHA "n’assure pas sa mission de protection"

 

"Le glyphosate illustre la nécessité d’avoir des agences sanitaires européennes indépendantes, estime André Cicolella, président du Réseau environnement santé. Aujourd’hui, l’Agence européenne des produits chimiques n’assure pas sa mission de protection de la santé des Européens. Elle n’a toujours pas rendu d’avis conforme à l’état de la science".

Concrètement, les signataires de la lettre ouverte notent que deux membres du groupe d’experts sont employés par des "institutions scientifiques qui génèrent des revenus par le biais de conseils en évaluation du risque fournis à l’industrie". Une définition de conflits d’intérêts "selon les propres critères de l’ECHA", estiment-ils.

 

"Un jour l’ECHA, l’autre l’industrie chimique"

 

Contactée par Novethic, l’ECHA affirme fermement : "il n’y a pas de conflits d’intérêts (…) Les deux membres du CCR mis en cause travaillent pour des institutions nationales respectées qui offrent des services de consultation à l’industrie, ce qui est une pratique normale".

Il y a pourtant "un jeu de portes tournantes entre l’industrie et les agences, estime François Veillerette, directeur de l’association Générations futures, signataire de la lettre ouverte. Certaines personnes ont travaillé longtemps pour l’industrie et, du jour au lendemain, deviennent des experts pour l’Agence, sans période transitoire. Comment peut-on être indépendant en étant la veille un expert pour l’industrie et le lendemain chargé d’évaluer les produits pour lesquels l’industrie vous payait hier ? Cela explique un certain nombre de jugements des agences". Les associations visent ici le président du comité, qui aurait travaillé pour deux sociétés en tant que consultant, avant de rejoindre le comité d’évaluation des risques.

 

 

Les citoyens se mobilisent

 

L’objectif de cette lettre ouverte est clair : alerter les citoyens pour "faire le ménage" dans les agences internationales. "Il faut changer les pratiques", insiste François Veillerette.

Sur la question du glyphosate justement, les citoyens se mobilisent. Une initiative citoyenne européenne (ICE) intitulée "Ban glyphosate" a été enregistrée par la Commission européenne le 25 janvier dernier. Objectif : atteindre 1 million de signataires émanant d’au moins sept États membres pour que l’ICE soit jugée recevable. Et pousser la Commission à prendre enfin une décision sur la question.

Marina Fabre
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Glyphosate : Conflits d’intérêt en Allemagne, danger pour la santé publique en Europe

La Commission européenne doit se prononcer cette année sur le renouvellement d’autorisation du très controversé pesticide glyphosate. Elle s’appuiera sur la décision d’un comité d’experts, qui se réunira les 18 et 19 mai prochain, au sein duquel figure l’Institut fédéral allemand...

Glyphosate : les atermoiements de la Commission européenne

La décision européenne sur l'autorisation du glyphosate a encore été repoussée. Une forte mobilisation citoyenne est venue contester la fiabilité des procédures européennes d'évaluation et réclamer des comptes aux décideurs. Face à cette fronde, plusieurs institutions européennes ont pris...

Glyphosate : l’inquiétante cécité des agences d’évaluation

L’Union européenne avait le feu vert pour renouveler cette année l’autorisation du glyphosate. Or, cette substance vient d’être classée comme cancérigène par l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Comment expliquer une telle divergence dans l’évaluation de cet herbicide le plus utilisé...

Glyphosate : pour l'EFSA, le risque cancérigène du Roundup est "improbable"

Le verdict de l’Autorité européenne de sécurité des aliments est tombé : le glyphosate, la substance active du Roundup, l’herbicide vedette mais controversé du géant américain Monsanto, ne présente pas de risque cancérigène pour l’homme. L’évaluation des scientifiques européens ouvre ainsi...

Le glyphosate discrédite le système d'homologation européen

Le sort du glyphosate n'est toujours pas tranché au niveau européen. Sans décision, l'herbicide le plus vendu en Europe sera interdit à la vente le 1er juillet 2016. Ce blocage inhabituel met au jour une défiance grandissante des États membres de l'UE face à un système d'homologation...

Glyphosate : sursis de 18 mois, une opportunité pour ouvrir le débat sur les herbicides ?

La Commission européenne a enfin tranché le sort du glyphosate. L'herbicide bénéficie d'une autorisation de commercialisation prolongée de 18 mois, en attendant l'avis de l'Agence européenne des produits chimiques. Ce sursis est accordé sans les restrictions demandées par le Parlement...

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Produits chimiques test labo

Incendie de Lubrizol à Rouen : une liste de 5 253 tonnes de produits chimiques détruits à décrypter

Cinq jours après l'impressionnante explosion de l'usine Lubrizol de Rouen, la préfecture a dévoilé la liste des 5 253 tonnes de produits chimiques qui ont été détruits dans l'incendie. Pour les installations Seveso, le nom des produits stockés est en effet gardé secret en raison du risque...

Danger amiante proces penal citation directe collective pixabay

Scandale de l’amiante : vers un procès au pénal

Un millier de victimes de l’amiante vont déposer dans les prochains jours une citation directe collective devant le tribunal de Grande instance de Paris dans l’affaire du scandale de l’amiante. Plus de vingt ans après les faits, et alors que les non-lieux se sont multipliés ces dernières années,...

Voitures diesel pollution ssuaphoto istock

[Science] La pollution de l’air n’affecte pas que nos poumons, mais tous nos organes

Plus de 90 % de la population mondiale respire un air toxique et ce taux devrait encore augmenter avec la part de citadins dans les prochaines décennies. Or, une nouvelle étude démontre l’effet néfaste de la pollution de l’air sur notre santé : non pas seulement pour nos poumons ou notre cœur mais...

[Édito Vidéo] Résistances aux antibiotiques, une menace invisible aussi grave que le réchauffement climatique

Les bactéries sont de plus en résistantes aux antibiotiques. En cause, une utilisation abusive non seulement pour la santé humaine et pour l’élevage. Le danger est aussi important et imminent que le réchauffement climatique assurent médecins, prix Nobel et experts de l’ONU. Pourtant, ce risque n’est...