Publié le 24 février 2021

ENVIRONNEMENT

[Fashion Revolution] Le lin, fer de lance d’une filière textile française écologique

La France est le premier producteur mondial de lin. Mais, faute de filatures, elle doit envoyer 90 % de sa production en Chine et en Inde pour la transformation. Plusieurs acteurs veulent remonter une filière dans l'Hexagone à commencer par "Linportant" qui vient de créer une gamme de T-shirt en lin bio français. Du boom de la seconde main à celui des applis de mode éthique, Novethic tisse la toile d'une mode plus durable. 

Filature lin textile PHILIPPE HUGUEN AFP
La France comptait une cinquantaine de filatures de lin dans les années 70.
PHILIPPE HUGUEN / AFP

C’est une matière naturelle érigée en symbole de la mode responsable. Le lin coche toutes les cases. Il consomme quatre fois moins d’eau que le coton, ne nécessite aucun produit chimique pour la culture et il pousse en France. L’Hexagone en est même le premier producteur au monde. Mais un bémol vient ternir le tableau. 90 % des fibres de lin produites en France sont exportés en Chine et en Inde où elles seront tissées et transformées en chemises ou pantalons. Un manque de cohérence auquel la société Linportant veut remédier.

Le directeur de cette coopérative, Paul Boyer, veut ainsi relancer une filière de production de lin hexagonal, de la culture au produit fini alors qu’une nouvelle étude de l’Union des industries textile montre que relocaliser le textile en France pourrait diviser par deux son empreinte carbone. Cet été, Linportant a ainsi créé une gamme de t-shirt en lin bio dont le lin provient en partie de Normandie et de Seine-et-Marne. "L’idée c’est de faire du circuit-court", explique Paul Boyer. Mais les obstacles ont été nombreux car, la France, grande nation du textile, s’est peu à peu désindustrialisée.

Des filatures en construction

Si les usines de teillage, qui permettent de séparer les fibres par broyage et battage, sont encore présentes sur le territoire, ce n’est pas le cas des filatures. Dans les années 70, la France en comptait encore une cinquantaine, aujourd’hui, elles ont quasiment toutes disparues. En 2020, l’usine Emanuel Lang a décidé de remonter une ligne de filature de lin. La quantité produite est modeste, avec 150 tonnes de fibres, mais elle permet de récréer une filière complète du lin textile en France. Depuis, d’autres projets de filatures de lin ont été annoncées notamment celle de la coopérative normande NatUp en Normandie.

Reste qu’il y a "des résistances au changement", avance Paul Boyer. En premier lieu : le prix. Un kilogramme de lin filé en France vaut environ le double du lin filé à l’étranger. "Depuis 30 ans, la valeur des vêtements a chuté avec le développement de la fast fashion", décrypte la journaliste et présidente de Fashion Revolution France, Catherine Dauriac. "Le polyester a inondé le marché. Il faut réapprendre aux clients ce qu’est une bonne matière et qu’ils acceptent qu’un T-shirt ne coûte pas 5 euros", explique-t-elle. Le T-shirt de Linportant lui, coûte 45 euros. Certaines marques sont en tout cas prêtes à sauter le pas et à soutenir cette filière en reconstruction.

Le chanvre dans le sillage du lin

Plusieurs marques comme 1083, Splice ou le Slip français ont lancé le collectif Linpossible en coordination avec les filateurs Emanuel Lang, Safilin et Tissage de France et des coopératives tels Terres de Lin ou Lin et Chanvre Bio (LCB). Elles s’engagent "pour préparer un maximum de marques à basculer vers une filature locale" à intégrer "dès aujourd’hui le surcoût dans le calcul du prix de revient de leurs vêtements en lin pour l’investir dans la promotion de ce projet et fédérer de nouvelles marques avec nous".

La ré-émergence de cette filière lin en France fait des émules. L’association LCB veut s’appuyer sur le lin pour remonter la filière de chanvre en France. L’Hexagone en est également le premier producteur mondial avec près de 84 000 tonnes produits contre 32 000 pour la Chine. Reste que ces matières naturelles ne font pas le poids face aux 26 millions de tonnes de coton produites chaque année dans le monde mais montre le chemin vers une mode plus responsable. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[Fashion Revolution ] De La Redoute à Auchan... La vente de vêtements d'occasion est à la mode

Alors que Vinted, le spécialiste de la revente de vêtements, connaît une croissance fulgurante, de nouveaux acteurs s'engouffrent dans ce marché de l'occasion qui pèse plus d'un milliard d'euros en France. La Redoute  vient de créer sa plateforme La Reboucle, tandis que Auchan vient de...

[Fashion Revolution] L'application Clear Fashion pousse les marques à la transparence

Ce n'est pas encore le Yuka de la mode mais elle en prend le chemin. L'application ClearFashion, lancée en 2019, permet désormais de scanner les étiquettes des t-shirts, jeans et autres vêtements de certaines marques. Une démarche inédite pour le secteur textile qui répond à une demande de...

[Fashion Revolution] La France et l'Europe dévoilent leur plan pour une mode durable

L'industrie textile, mise à genoux par le Covid-19, devra se relever en prenant le chemin de la durabilité. Le secteur, longtemps oublié de l'Union européenne est désormais une de ses priorités d'action. La Commission travaille actuellement sur une feuille de route pour la rendre plus...

[Fashion Revolution] Recyclage des chaussures, colis réutilisable, circuit court... le top 5 des engagements pour une mode durable

Recyclage de chaussures pour Eram et de soutiens-gorge pour Etam, plateforme de seconde main pour la Redoute, réduction des emballages pour les Galeries Lafayette ou encore circuit court pour le site de e-commerce Vestiaire Collective… Plusieurs marques du collectif Paris Good Fashion ont...

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Velo voiture pietons deplacements pixabay stocksnap

Nucléaire, chasse au gaspi...comment les chocs pétroliers ont déterminé nos modèles économiques

La flambée des prix des matières premières ravive les souvenirs des chocs pétroliers de 1973 et 1979. Les gouvernements sont acculés à faire des choix économiques et sociaux déterminants. De telles décisions avaient déjà modelé les sociétés après les précédents chocs pétroliers où la France avait...

Big Air Pekin

Aux JO de Pékin : Neige artificielle et cheminées industrielles sous les feux de la rampe

Exit les montagnes blanches. Aux Jeux olympiques de Pékin, l'épreuve de Big Air, une discipline de snowboard et ski freestyle s'est déroulée au milieu d'usines et d'anciens hauts-fourneaux. L’installation surréaliste a fait polémique sur les réseaux sociaux. De son côté, la Chine, qui s'était...

Wild flowers

"CO2 ou PIB, il faut choisir" : En France et en Allemagne, la percée des nouveaux indicateurs environnementaux et sociaux

De plus en plus contesté, même par les économistes classiques, l’indicateur de croissance phare, le PIB, utilisé notamment pour construire la loi de finance, pourrait être détrôné. Outre-Rhin, le ministre de l'Économie et du climat veut ajouter une trentaine de nouveaux indicateurs pour apprécier...

Bretagne sable

Clap de fin pour le projet d’extraction de sable de coquillier en baie de Lannion

Le projet d’extraction de sable de coquillier dans la baie de Lannion ne verra finalement pas le jour. Le Peuple des dunes du Trégor, collectif qui regroupe plusieurs dizaines d’associations, s'opposait depuis dix ans à ce projet alors que l'utilisation intensive du sable, deuxième matière première...