Publié le 02 juillet 2018

ENVIRONNEMENT

Donald Trump crée une armée spatiale… en préparation de la prochaine ruée vers l’or

La création d’une branche spatiale au sein de l’armée américaine est une idée ancienne. Mais à l’heure où l’espace pourrait être privatisé en vue de son exploitation minière, Donald Trump a décidé d’ordonner la création de cette "Space Force". Et, une fois n’est pas coutume, le Congrès est loin de s’opposer à cette idée.

Donald Trump veut créer un corps militaire spatiale pour protéger les intérêts économiques des États-Unis dans l'espace.
@StarshipTrooper/Tristar

Ce qui n'était jusqu’alors que des bruits de couloirs, voire pour certains une vaste blague, semble être en train de devenir une réalité. Du moins au sein d’une bonne partie de l'administration de Donald Trump. Le Président américain vient d’ordonner la création d’une nouvelle branche à son armée dédiée à la défense spatiale. "J’ordonne au département de la Défense et du Pentagone de lancer le processus nécessaire pour créer une sixième branche des forces armées. Nous allons avoir une force de l’air et une force de l'espace séparées mais égales", a-t-il annoncé.

Ce discours, prononcé à la Maison Blanche à l’occasion d’une réunion sur le programme spatial, n’a pas force de loi. Cette volonté doit encore être validée par le Congrès. Or, celui-ci ne semble pas trouver l’idée si folle finalement. La menace brandie par Donald Trump de la Chine et de la Russie qui ont déployé ces dernières années des armes anti-satellites ne laissent pas les députés indifférents. Du côté de Pékin, on trouve des missiles spatiaux, tandis que du côté de Moscou, on soupçonne l’existence d’un satellite chasseur de satellites.

Intérêts économiques

Mais il serait sans doute faux de limiter ce retour de "StarWars" version Reagan de la Guerre froide uniquement au risque d’affrontement spatial. Selon des experts du secteur interrogé par le New-York Times, le Président Trump vise aussi à protéger "les intérêts économiques du pays dans l’espace". Dans un premier temps, les États-Unis veulent faire valoir des droits américains sur la Lune et sur Mars une fois que la Nasa et les entreprises privées américaines (SpaceX, Virgin Galactic…) seront parvenues à y envoyer leurs vaisseaux.

Cela risque de bafouer un traité international de 1967. Il établit un principe de non-appropriation de l’espace et l’interdiction de mettre des armes en orbite… Mais c’était sans compter sur l’épuisement des ressources terriennes. La limitation des matières premières crée des tensions géopolitiques et économiques. Par exemple, le cobalt, clé de voûte des transitions énergétique et numérique, a vu ses cours quadrupler en deux ans. Mais l’humanité sait déjà où aller forer.

De gigantesques ressources minières

C’est dans l’espace, et plus précisément dans les corps célestes situés dans la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter. La Nasa pointe par exemple ses objectifs vers Psyche, un corps de 253 kilomètres de diamètre composé essentiellement de fer, nickel, cobalt, platine... Sa valeur est estimée à 10 000 quadrillons de dollars. Donc à lui seul, il représente 1024 fois plus que le PIB entier de la Terre. Plusieurs États s’intéressent aussi à "2011 UW-158", un corps de 300 mètres qui contiendrait 5 000 milliards de dollars de platine.

Au-delà des États, ce sont surtout des entreprises privées qui veulent devenir des champions du minage spatial. Les plus connus sont Deep Space Industries et Planetary Resources Inc. Elles sont installées… au Luxembourg. En effet, le Duché européen a adopté une loi qui permettra à des sociétés établies sur le territoire d’extraire et de s'approprier des ressources spatiales telles que des métaux, des hydrocarbures ou de l'eau. C’est le deuxième pays a adopté une telle législation avec les États-Unis et le Space act, signé par Barrack Obama.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Margiris chalutier geant Greenpeace

[Vidéo] Un chalutier néerlandais géant accusé d’épuiser les ressources par les pêcheurs français

C'est un navire-usine qui peut pêcher en un seul jour l'équivalent de cinq chalutiers français en un an. Le Margiris, ce bateau de pêche néerlandais et ses 143 mètres de long cristallise les tensions avec les pêcheurs français depuis qu'il a sillonné la Manche. Ces derniers l'accusent d'épuiser les...

Geothermie profonde a Illkrich en Alsace ElectriciteDeFrance

La France découvre un trésor de lithium dans son sous-sol, mais n’est pas certaine de pouvoir l’exploiter

La France, au côté de l’Allemagne, est bien décidée à ne pas se laisser distancer dans la course à la batterie pour la voiture électrique. Au cœur de cette technologie, on trouve entre autres le lithium aujourd’hui produit dans une poignée de pays à travers le monde. La découverte d’importants...

Manger trop gaspillage environnemental pixabay

Manger trop, c'est gaspiller 100 fois plus de nourriture que de la jeter !

C'est un problème de santé publique indéniable... mais pas seulement. Alors que le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d'augmenter, des chercheurs italiens viennent de montrer que l'excès de nourriture par rapport à ce dont notre corps a besoin engendre un impact considérable sur...

Deforestation Amazonie Khlongwangchao

Les incendies d’Amazonie signent le réveil des entreprises sur la traçabilité de leurs chaînes d'approvisionnement

Avec les incendies en Amazonie, c’est tout un système de production non durable sur le long terme qui a été mis en lumière aux yeux du grand public. Le rôle des entreprises importatrices de viande ou de soja brésilien a notamment été pointé du doigt. Certaines marques comme The North Face ont décidé...