Publié le 09 février 2022

ENVIRONNEMENT

"CO2 ou PIB, il faut choisir" : En France et en Allemagne, la percée des nouveaux indicateurs environnementaux et sociaux

De plus en plus contesté, même par les économistes classiques, l’indicateur de croissance phare, le PIB, utilisé notamment pour construire la loi de finance, pourrait être détrôné. Outre-Rhin, le ministre de l'Économie et du climat veut ajouter une trentaine de nouveaux indicateurs pour apprécier plus finement l’état du pays et ainsi optimiser les investissements pour atteindre bien-être et neutralité carbone. D’autres pays ont déjà franchi ce pas.

Wild flowers
L'Allemagne va ajouter une trentaine de nouveaux indicateurs pour apprécier plus finement l’état du pays
@Pixabay

Une petite révolution passée presque inaperçue ! Outre Rhin, le ministre de l'Economie et du Climat estime que le PIB ne suffit plus pour mesurer la situation du pays. "Pour assurer prospérité et compétitivité, la reprise doit aller de pair avec une protection efficace du climat et un progrès soutenable", souligne ainsi Robert Habeck lors de la présentation d’un rapport qui propose d'introduire une trentaine de nouveaux indicateurs. En France, une étude du ministère de la Transition écologique publié en début de semaine s’appuie sur 10 indices pour établir la place de la France dans le monde en matière environnementale, les prémisses d’une révision de la place du PIB ?

En effet, l’un des objectifs du PIB, qui mesure ce qui est produit par les personnes, les entreprises ou les administrations publiques, est de comparer la prospérité des nations entre elles et leur évolution. Toutefois, cet indicateur de richesse semble de moins en moins pertinent pour apprécier la situation. "Les lignes bougent : des pays laissent tomber le PIB comme seul indicateur de mesure de la prospérité. Par ailleurs, la recherche en économie l’utilise de moins en moins", constate ainsi Timothée Parrique, docteur en économie.

PIB rime avec production et consommation

"Certaines richesses ne sont pas mesurées par le PIB comme celles liées au numérique, qui a pourtant pris beaucoup d’ampleur pendant la pandémie", ajoute Christopher Dembik, directeur stratégie et macroéconomie de Saxo Bank. "Le PIB est remis en cause depuis 20 ans et cela a été accéléré par la pandémie", précise l’économiste. Même les tenants plus classiques questionnent l’indice, comme Patrick Arthus, économiste au Cercle des économistes qui note dans une tribune que "dans l’économie du produit intérieur brut (PIB), on maximise la production, la consommation" or "produire et consommer toujours plus accroît les inégalités et les "externalités" négatives liées au climat, chômage, précarité".

"Le PIB ne permet pas de rendre compte de la réalité sociale ou écologique", explique de son côté l'économiste Éloi Laurent. En effet, le PIB ne prend pas en compte la crise climatique, il ne mesure pas ce qui est détruit, ni la qualité de ce qui est produit. Christopher Dembik cite ainsi les "aberrations du PIB où une inondation par exemple sera créatrice de valeur d’un point de vue purement comptable". Dans une conférence intitulée "CO2 ou PIB il faut choisir", vue près de 2 millions de fois sur YouTube, Jean-Marc Jancovici alertait déjà en 2019 : "si vous voulez plus de PIB vous aurez plus de CO2… tant que ça passe".

L’ingénieur estime ainsi que la décarbonation de l’économie ne va pas de pair avec la course au gain de PIB, graal des économies occidentales. Le co-fondateur de Carbone 4 appelle ainsi à revoir la place de cet indicateur. Le Shift Project, think tank qu’il a co-fondé, espère peser dans le débat de l’élection présidentielle avec son plan de transformation de l’économie française fondé sur la sobriété et la décroissance.

"Le PIB sera inopérant d’ici 5 à 10 ans" 

Le règne du PIB nonagénaire fragilisé par la crise du Covid est-il terminé ? "Le PIB sera inopérant d’ici 5 à 10 ans et les économistes sont en retard sur ce sujet", répond Christopher Dembik. "L’expérience de la pandémie enterre la culture du PIB et remet l’indice au musée des indicateurs !", avance Timothée Parrique. "Il faut crée de l’espace pour d’autres indicateurs et déboulonner le PIB !", ajoute le spécialiste de la décroissance.

Avant l’Allemagne, d’autres pays, comme la Nouvelle Zélande, la Finlande ou l’Ecosse, ont instauré des indicateurs alternatifs. Même les entreprises font évoluer leur comptabilité et adoptent des approches dites en "triple capitale" où elles quantifient la richesse crée dans un cadre écologique et social. Mais, en cas d’évolution vers un tableau de bord composés de plusieurs indicateurs, "la difficulté est aussi d’avoir des données transparentes, comparables et basées sur des critères objectifs", alerte Xavier Timbeau, directeur de l’OFCE.

Mathilde Golla @Mathgolla


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Velo voiture pietons deplacements pixabay stocksnap

Nucléaire, chasse au gaspi...comment les chocs pétroliers ont déterminé nos modèles économiques

La flambée des prix des matières premières ravive les souvenirs des chocs pétroliers de 1973 et 1979. Les gouvernements sont acculés à faire des choix économiques et sociaux déterminants. De telles décisions avaient déjà modelé les sociétés après les précédents chocs pétroliers où la France avait...

Big Air Pekin

Aux JO de Pékin : Neige artificielle et cheminées industrielles sous les feux de la rampe

Exit les montagnes blanches. Aux Jeux olympiques de Pékin, l'épreuve de Big Air, une discipline de snowboard et ski freestyle s'est déroulée au milieu d'usines et d'anciens hauts-fourneaux. L’installation surréaliste a fait polémique sur les réseaux sociaux. De son côté, la Chine, qui s'était...

Wild flowers

"CO2 ou PIB, il faut choisir" : En France et en Allemagne, la percée des nouveaux indicateurs environnementaux et sociaux

De plus en plus contesté, même par les économistes classiques, l’indicateur de croissance phare, le PIB, utilisé notamment pour construire la loi de finance, pourrait être détrôné. Outre-Rhin, le ministre de l'Économie et du climat veut ajouter une trentaine de nouveaux indicateurs pour apprécier...

Bretagne sable

Clap de fin pour le projet d’extraction de sable de coquillier en baie de Lannion

Le projet d’extraction de sable de coquillier dans la baie de Lannion ne verra finalement pas le jour. Le Peuple des dunes du Trégor, collectif qui regroupe plusieurs dizaines d’associations, s'opposait depuis dix ans à ce projet alors que l'utilisation intensive du sable, deuxième matière première...