Publié le 26 avril 2022

ENVIRONNEMENT

"La grande détox" : L’Europe va interdire des milliers de substances toxiques pour réduire la pollution chimique

L'Union européenne fait le ménage dans les produits toxiques. La Commission vient de publier sa feuille de route des substances qui pourraient être interdites car trop nocives pour la santé et la planète. Une liste noire qui donne des sueurs froides aux industriels. Ces derniers estiment que 12 000 substances pourraient être ciblées, faisant perdre un quart de son chiffre d'affaires au secteur. 

Pollution chimique plastique iStock worradirek
Selon le Bureau européen de l’environnement, produit chimique est créé toutes les 1,4 secondes.
Istock / worradirek

C’est une petite révolution fustigée par de nombreux industriels. L’Union européenne pourrait bientôt interdire des milliers de produits chimiques potentiellement toxiques. Composés perfluorés dans les cartons de pizza, PVC dans les chaussures... la Commission européenne a publié le 25 avril sa feuille de route visant à interdire les substances toxiques chimiques "les plus nocives pour la santé humaine et l’environnement". Six familles de substances examinées par l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont été ciblées.

On y trouve le groupe des PVC, polychlorures de vinyle, plastiques très peu recyclables utilisés dans une vaste gamme de produits comme les jouets, emballages alimentaires, textiles, chaussures, meubles, etc., ainsi que leurs additifs (phtalates, PFAS, métaux lourds, etc.), accusés d'être liés à des cancers ou à l'obésité. Beaucoup, comme les PFAS (substances per- et polyfluoroalkylées), présents dans les emballages de nourriture (boîtes à pizzas...), peintures, vernis ou enduits, s'accumulent dans l'organisme.

Autres groupes visés : tous les retardateurs de flamme (agents ignifuges dans les matelas, vêtements, sièges de voiture, etc.) et toutes les substances classées comme cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR) dans les articles pour enfants, notamment les couches. Sont également concernés tous les bisphénols, utilisés dans la fabrication de plastiques et contenants alimentaires, et considérés comme perturbateurs endocriniens.

Un lobbying intense

"Si elle est mise en œuvre, l’action sera la plus grande suppression réglementaire jamais réalisée de produits chimiques autorisés", a réagi le Bureau européen de l’environnement (EEB). Et de fait, selon le Conseil européen de l’industrie chimique (Cefic), qui réunit les plus grands noms du secteur, jusqu’à 12 000 substances pourraient être concernées par la liste noire de la Commission européenne. Pire pour les industriels, 28 % de leur chiffre d'affaires pourrait être impacté. Une situation qui explique le lobbying intense qu’a exercé le secteur et le retard pris par Bruxelles. "Il existe une grande incertitude quant à la manière dont les entreprises de la chaîne de valeur pourraient parvenir à ces objectifs. L’industrie a besoin d’un cadre de croissance prévisible pour les investissements économiques au cours des deux prochaines décennies", a souligné le président du Cefic, Martin Burdermueller.

Si la pilule a dû mal à passer, c’est que la Commission cible désormais des familles entières de composants et non plus des substances au cas par cas. Un processus très long et surtout peu adapté au développement industriel puisque selon l’EEB, un nouveau produit chimique est créé toutes les 1,4 secondes. "La feuille de route renforcera une approche de groupe pour réglementer les produits chimiques, où le membre le plus nocif d'une famille chimique définit les restrictions légales pour toute la famille. Cela devrait mettre fin à une pratique industrielle consistant à modifier légèrement les formulations chimiques pour échapper aux interdictions", insiste le Bureau européen de l’environnement.

La pollution chimique a franchi une cinquième limite planétaire

La Commission s’attaque ici à un enjeu majeur. Alors que la production de produits chimiques a été multipliée par 50 depuis 1950, une étude publiée début janvier par 14 scientifiques de renom révélait que l’humanité venait de franchir une cinquième limite planétaire, celle des polluants environnementaux dont le plastique. Le concept de limite planétaire, créé en 2009, définit neuf variables qui régulent la stabilité de la planète et qu’il ne faut surtout pas dépasser pour un développement "sûr et juste" de l’humanité.

Au total, les chercheurs estiment que plus de 350 000 types différents de produits chimiques manufacturés étaient présents sur le marché mondial, prenant en compte les plastiques, les pesticides, les produits chimiques industriels, les antibiotiques, les produits pharmaceutiques et les produits chimiques présents dans les produits de consommation. Face à l’urgence, ils appelaient à une "action urgente" parmi laquelle une meilleure gestion des produits chimiques.

Marina Fabre Soundron @fabre_marina 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Trafic automobile pollution de l air bouchons voitures istock

Pollution de l’air : l’État condamné à une amende record de 20 millions d’euros

Pour la deuxième fois, l'État est condamné pour ne pas avoir réduit suffisamment vite la pollution de l'air. Le Conseil d’État vient de lui infliger une amende record de 20 millions d’euros. En août 2021, il l’avait déjà condamné à verser 10 millions d'euros. La pollution de l'air tue chaque année...

Ocean pollution plastique istock panaramka

Pollution plastique : des géants de l’alimentaire attaqués par des ONG sur leur devoir de vigilance

Auchan, Carrefour, Casino, Danone, Lactalis, Les Mousquetaires, Picard Surgelés, Nestlé France et McDonald's France sont mis en demeure par une coalition d’ONG. Les associations leur reprochent de proposer des plans de vigilance sur la pollution plastique "au mieux insuffisants pour identifier les...

Banniere respiro

Lyon, Bordeaux, Nantes... Les villes réduisent la voilure publicitaire devançant le "plan de sobriété" du gouvernement

La ministre de la transition énergétique Agnès Pannier-Runacher a annoncé l'interdiction des publicités lumineuses entre une heure et six heures du matin dans le cadre du "plan de sobriété" d'Emmanuel Macron. Ces mesures restrictives ne sont pas nouvelles pour plusieurs villes françaises qui ont...

Ocean pollution plastique istock panaramka

Il faut stopper notre dépendance au plastique : on vous explique pourquoi en une infographie

Un nouveau rapport de l'OCDE estime que d'ici 2060, la production plastique et les déchets vont tripler, faute de politiques ambitieuses en la matière. Or le plastique est déjà présent partout, dans les océans, les cours d'eau, les sols et même dans notre organisme. Cela suppose de réduire fortement...