Publié le 30 septembre 2019

ENVIRONNEMENT

Dieselgate : un procès hors norme s’ouvre en Allemagne contre Volkswagen

C’est un procès hors norme qui s’ouvre ce 30 septembre en Allemagne contre Volkswagen. Quatre ans après l'éclatement du dieselgate, plus de 450 000 clients de la "voiture du peuple", regroupés dans une plainte collective demandent réparation pour leurs voitures diesel truquées. Une action judiciaire qui devrait durer des années et coûter près de 1 milliard au constructeur automobile.  

Volkswagen JULIAN STRATENSCHULTE DPA dpa Picture Alliance AFP
Volkswagen est pris dans une tourmente judiciaire à 30 milliards de dollars
@Julian Stratenschulte dpa Picture AFP

Branle-bas de combat à Brunswick, en Allemagne. Le tribunal régional accueille le procès hors norme du Dieselgate, contre Volkswagen. Pour l'occasion, l’institution a été délocalisée au centre des congrès. Il faut dire que la requête groupée contre le constructeur devrait faire du bruit. C’est la première de ce type en Allemagne et elle ne rassemble pas moins de 450 000 clients sous la bannière de l’association de consommateur VZBV, seul requérant habilité. Ce volet judiciaire est pour l'instant le plus important en Allemagne dans ce scandale à tiroirs, alors que le constructeur tente de tourner la page en misant sur l'électrique.

Un accord amiable en vue ?

Les juges devront trancher une cinquantaine de points, mais la question principale sera de déterminer si Volkswagen a "causé un préjudice" et agi "de manière contraire à l'éthique". L'association de consommateurs accuse en effet le groupe automobile d'avoir délibérément nui à ses clients en installant à leur insu un logiciel faisant paraître le véhicule moins polluant qu'il ne l'est en réalité. "Nous sommes confiants sur nos chances de succès, car Volkswagen a fraudé", assure ainsi Ralph Sauer, avocat de la VZBV, à l'AFP. Mais le constructeur estime qu'il "n'y a pas de dommages et donc pas de fondement à cette requête". "Encore aujourd'hui, des centaines de milliers de véhicules sont utilisés" sur les routes, insiste Martina de Lind van Wijngaarden, conseil de l'entreprise.

Le montant des dédommagements que pourrait verser Volkswagen reste encore à déterminer. Certains parlent de 1 milliard d’euros. "J'aimerais que Volkswagen rembourse le prix d'achat. Mais je crains que le procès dure très longtemps", confesse Andreas Sarcletti, un client venu de Hanovre, à l'AFP. De fait, il devra prendre son mal en patience. Même s'il s'avérait défavorable à Volkswagen, le jugement n'entraînera pas directement un remboursement : chaque consommateur enregistré devra faire valoir ses droits individuellement. Et l’examen de la requête collective, dont la deuxième audience est prévue le 18 novembre, devrait durer au moins jusqu'en 2023 en raison d'un appel possible devant la Cour fédérale, selon Volkswagen. Ensuite, les procédures individuelles peuvent prendre plus d'un an.

Le Dieselgate, un scandale à 30 milliards

Pour écourter la procédure, la VZBV est "ouverte" à un accord à l'amiable mais "dans ce cas, Volkswagen devrait malgré tout payer une somme significative", a expliqué Maitre Müller à l'AFP. L’accord est cependant "peu imaginable" en raison de l'hétérogénéité des situations, selon le constructeur. Une partie des dossiers seraient des doublons ou concernent des clients résidant à l'étranger ou ayant acheté leur voiture après la révélation de l'affaire. Enfin, à cette procédure groupée, il faut ajouter 61 000 requêtes individuelles qui ont été déposées en Allemagne, dont une partie a abouti à des accords extra-judiciaires.

Le scandale remonte à 2015, quand Volkswagen a avoué avoir équipé 11 millions de véhicules de logiciels truqueurs. Il a coûté au groupe plus de 30 milliards d'euros en frais juridiques, amendes et dédommagements, déboursés pour l'essentiel aux États-Unis. Pour l'heure, le constructeur n'a payé en Allemagne que trois amendes d'un total de 2,3 milliards d'euros, mais il reste sous la menace d'une cascade de procédures civiles et pénales. Il y a un an, des investisseurs ont ainsi intenté un procès contre le groupe pour les dédommager de la chute spectaculaire du cours de Bourse après l'éclatement du dieselgate.

Le virage de l’électrique

La semaine passée, l'actuel patron Herbert Diess et le président du conseil de surveillance du groupe Hans Dieter Pötsch ont été renvoyés devant les juges pour manipulation de cours de Bourse. L'ex-patron Martin Winterkorn, qui a dû démissionner en 2015, est en plus accusé de "fraude".

Le scandale du diesel "appartient à l'histoire du groupe" au même titre que "la coccinelle et la Golf", reconnaît Ralf Brandstätter, responsable de la marque VW. Avant d'assurer que le groupe a "profondément changé" : le constructeur mise 30 milliards d'euros sur sa nouvelle gamme électrique pour "regagner l'estime de la société". Au-delà du front judiciaire et du cas Volkswagen, le scandale a accéléré le déclin du diesel celui-ci risque d'être banni de plusieurs villes allemandes en raison du niveau de pollution en oxydes d'azote (NOx).

La rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Business de l air nuage entreprises pollution

Business de l'air : contre la pollution, ces entreprises vendent de l'air pur

C'est un véritable marché : l'air. Des bars à oxygène en plein pic de pollution à New Delhi, des bouteilles remplies de l'air pur des hautes montagnes... Certaines entreprises n'hésitent pas à jouer sur les peurs de la population face à la détérioration de l'atmosphère urbaine, sans aucune garantie...

Crime ecocide protection environnement terre pixabay

Rejetée par le gouvernement, la reconnaissance du crime d’écocide est loin d'être enterrée

Le 12 décembre dernier, à la veille de la clôture de la COP25, les députés français ont rejeté la reconnaissance du crime d’écocide dans le droit pénal. Mais les débats dans l'hémicycle ont fait apparaître un réel intérêt pour le sujet de façon transpartisane. Un rapport doit par ailleurs être rendu...

Incendie Lubrizol Philippe LOPEZ AFP

Trois mois après un gigantesque incendie, le site Seveso de Lubrizol redémarre

En septembre dernier, un incendie sur l’usine Seveso de Lubrizol avait émis une fumée noire sur Rouen et ses alentours. Alors que l’enquête est encore en cours sur l’origine du feu, la préfecture a autorisé la réouverture du site.

Incendies forets reserve pixabay

Écocide : nouvelle tentative pour faire entrer le crime contre l’environnement dans le code pénal français

Les atteintes aux écosystèmes n'ont jamais été reconnues comme un crime dans le droit international. Mais des députés socialistes poussent en ce sens. Ils ont déposé une proposition de loi visant à reconnaître dans le code pénal français le crime d'écocide, contre l'environnement. Ce serait une...