Publié le 22 septembre 2016

ENVIRONNEMENT

Dieselgate : un an après, Volkswagen toujours dans la tourmente

Un an après l’éclatement du scandale des moteurs truqués, consommateurs et investisseurs s’organisent pour attaquer le constructeur allemand et obtenir une indemnisation. Le gouvernement français annonce quant à lui sa volonté de récupérer le manque à gagner fiscal provoqué par cette tricherie qui concerne également d’autres constructeurs. 

À l'instar des autorités américaines, en Europe, consommateurs, investisseurs et gouvernements s’organisent pour attaquer Volkswagen. Ci-dessus, le procureur général de New York Eric Schneiderman, au cours d’une conférence de presse le 19 juillet.
Drew Angerer / Getty Images North America / AFP

Le constructeur allemand fait l’objet de nombreuses plaintes à travers le monde. Il y a un an, quasiment jour pour jour, les autorités américaines accusaient Volkswagen d'avoir doté 500 000 de ses véhicules diesel commercialisés aux États-Unis d'un logiciel truqueur désactivant certains systèmes antipollution lors de l'utilisation normale de la voiture.

Deux jours plus tard, Volkswagen reconnaissait les faits. Puis le constructeur admettait avoir installé ce même logiciel dans 11 millions de véhicules dans le monde. En quelques jours, le titre Volkswagen s'effondrait de plus de 40% en Bourse.

 

Un plan européen annoncé par Volkswagen

Aux États-Unis, le constructeur s’est engagé à verser 14,7 milliards de dollars en dédommagement. Mais il refuse toujours d’indemniser les automobilistes européens. Il faut préciser que sur le Vieux Continent, ce ne sont pas 500 000 mais 8,5 millions de véhicules qui sont concernés. Après avoir lancé une procédure en Espagne, l'Apdef, première association européenne pour les victimes du Dieselgate, se tourne désormais vers la France, où 900 000 véhicules sont concernés, pour fédérer les propriétaires et faire pression sur le constructeur.

"Si on est Américain, on peut être indemnisé à la hauteur de 5 000 euros, avec la possibilité de retourner la voiture en étant dédommagé à la hauteur de sa valeur en septembre 2015. Ici en Europe, Volkswagen ne fait rien, dénonce Francesc Garcia Rafanell, avocat et président de l'Apdef. L’Europe ne marche pas ensemble, déplore-t-il. Chaque gouvernement fait ce qu’il peut ou ce qu’il veut. Ça profite à Volkswagen qui sait qu’il est dans une Europe mosaïque. La seule chose qui peut le rendre nerveux, c’est l’unité." 

En réponse, Volkswagen a promis, mercredi 21 septembre, un "plan d’action" pour informer les consommateurs européens lésés d’ici la fin de l’année et remettre leur voiture en conformité d’ici l’automne 2017. "Tous les véhicules affectés par la question des émissions Diesel doivent être remis en pleine conformité" avec la réglementation sur les émissions polluantes.

 

1400 plaintes en Allemagne

Les investisseurs lésés, eux aussi, s’organisent collectivement. En Allemagne, 1 400 plaintes d'actionnaires de Volkswagen ont été enregistrées par le tribunal de Brunswick, en Basse-Saxe. Ils réclament 8,2 milliards d'euros de dédommagement. Rien que ce lundi, 750 nouvelles plaintes lui seraient parvenues.

Parmi les plaignants, on retrouve des investisseurs institutionnels, des banques, des sociétés d’assurance, mais surtout des investisseurs privés. L’américain Blackrock, le plus grand gestionnaire d’actifs du monde, s’est ainsi allié à une centaine d’autres investisseurs dans une même plainte pour exiger 1,5 milliard d’euros.   Ils reprochent au géant de l’automobile d’avoir trop tardé à communiquer et d’être responsable de la chute de l’action. Volkswagen nie pourtant, affirmant qu’il "continue de penser qu’il a entièrement rempli ses devoirs de communication envers les marchés financiers et que ces réclamations sont sans fondement", selon un porte-parole interrogé par l’AFP.

 

La France veut récupérer le "manque à gagner fiscal"

En France, le gouvernement a annoncé qu’il allait réclamer aux constructeurs automobiles fautifs une compensation du "manque à gagner fiscal" né d’une tromperie sur les émissions de leurs véhicules. Le barème fiscal des cartes grises en France tient compte en effet des émissions de NOx et de CO2, selon le principe du bonus-malus écologique. Lors d'une audition à l'Assemblée nationale par la mission d'information sur l'industrie automobile, le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, a ainsi martelé sa volonté.

"L'intention du gouvernement est d'engager une action en responsabilité pour faute contre les fabricants, à raison bien entendu du préjudice causé par le manque à gagner fiscal, a précisé Christian Eckert. Il n'y aura pas de complaisance ni de sévérité particulière, il y aura l'application d'un juste retour à la responsabilité des constructeurs." 

La commission créée par Ségolène Royal a épinglé, après neuf mois d’enquête, onze constructeurs, dont Renault, Opel et Fiat, pour des dépassements des normes de pollution sur certains modèles.

Concepcion Alvarez
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Unilever Rotterdam iStock Poulssen

Unilever va consacrer 1 milliard de dollars pour supprimer les fossiles de ses produits d’entretien

Depuis quelques mois Unilever multiplie les annonces liées à la réduction de son empreinte environnementale. Après avoir annoncé 1 milliard de dollars pour des projets liés à la biodiversité, le géant de la grande consommation assure qu’il va consacrer un autre milliard à l’élimination des dérivés...

Uber congestion pollution climat TE

Uber chasse les véhicules diesel de son parc et prend le chemin de la neutralité carbone

Uber veut faire sa "révolution électrique". Dès 2024, plus aucun véhicule diesel ne roulera pour la plateforme en France. Pour cela, le groupe prévoit un fonds de 75 millions d'euros sur cinq ans, dont la moitié sera payée par les usagers, pour aider financièrement les chauffeurs à acheter une...

Helice navire oceans cavitations

[Les monstres des abysses] Le volume sonore des océans devient insupportable pour les mammifères marins

L’humanité n’épargne rien aux océans. Il y a les pollutions dues aux hydrocarbures, au plastique, aux métaux… et aussi à cause du son. Alors que 90 % du commerce mondial passe par les mers, la gigantesque flotte de porte-conteneurs fait des milieux sous-marins une véritable cacophonie. Toute la...

Fosses des mariannes plastique

[Les monstres des abysses] Quand les déchets plastiques tapissent les fonds marins

Même l'endroit le plus profond de la Terre, la fosse des Mariannes, située dans les profondeurs extrêmes de l'océan Pacifique, est polluée par les humains. Des études montrent en effet la présence de sacs plastiques, côtoyant des créatures marines dignes des contes et légendes de notre enfance....