Publié le 22 septembre 2016

ENVIRONNEMENT

Dieselgate : un an après, Volkswagen toujours dans la tourmente

Un an après l’éclatement du scandale des moteurs truqués, consommateurs et investisseurs s’organisent pour attaquer le constructeur allemand et obtenir une indemnisation. Le gouvernement français annonce quant à lui sa volonté de récupérer le manque à gagner fiscal provoqué par cette tricherie qui concerne également d’autres constructeurs. 

À l'instar des autorités américaines, en Europe, consommateurs, investisseurs et gouvernements s’organisent pour attaquer Volkswagen. Ci-dessus, le procureur général de New York Eric Schneiderman, au cours d’une conférence de presse le 19 juillet.
Drew Angerer / Getty Images North America / AFP

Le constructeur allemand fait l’objet de nombreuses plaintes à travers le monde. Il y a un an, quasiment jour pour jour, les autorités américaines accusaient Volkswagen d'avoir doté 500 000 de ses véhicules diesel commercialisés aux États-Unis d'un logiciel truqueur désactivant certains systèmes antipollution lors de l'utilisation normale de la voiture.

Deux jours plus tard, Volkswagen reconnaissait les faits. Puis le constructeur admettait avoir installé ce même logiciel dans 11 millions de véhicules dans le monde. En quelques jours, le titre Volkswagen s'effondrait de plus de 40% en Bourse.

 

Un plan européen annoncé par Volkswagen

Aux États-Unis, le constructeur s’est engagé à verser 14,7 milliards de dollars en dédommagement. Mais il refuse toujours d’indemniser les automobilistes européens. Il faut préciser que sur le Vieux Continent, ce ne sont pas 500 000 mais 8,5 millions de véhicules qui sont concernés. Après avoir lancé une procédure en Espagne, l'Apdef, première association européenne pour les victimes du Dieselgate, se tourne désormais vers la France, où 900 000 véhicules sont concernés, pour fédérer les propriétaires et faire pression sur le constructeur.

"Si on est Américain, on peut être indemnisé à la hauteur de 5 000 euros, avec la possibilité de retourner la voiture en étant dédommagé à la hauteur de sa valeur en septembre 2015. Ici en Europe, Volkswagen ne fait rien, dénonce Francesc Garcia Rafanell, avocat et président de l'Apdef. L’Europe ne marche pas ensemble, déplore-t-il. Chaque gouvernement fait ce qu’il peut ou ce qu’il veut. Ça profite à Volkswagen qui sait qu’il est dans une Europe mosaïque. La seule chose qui peut le rendre nerveux, c’est l’unité." 

En réponse, Volkswagen a promis, mercredi 21 septembre, un "plan d’action" pour informer les consommateurs européens lésés d’ici la fin de l’année et remettre leur voiture en conformité d’ici l’automne 2017. "Tous les véhicules affectés par la question des émissions Diesel doivent être remis en pleine conformité" avec la réglementation sur les émissions polluantes.

 

1400 plaintes en Allemagne

Les investisseurs lésés, eux aussi, s’organisent collectivement. En Allemagne, 1 400 plaintes d'actionnaires de Volkswagen ont été enregistrées par le tribunal de Brunswick, en Basse-Saxe. Ils réclament 8,2 milliards d'euros de dédommagement. Rien que ce lundi, 750 nouvelles plaintes lui seraient parvenues.

Parmi les plaignants, on retrouve des investisseurs institutionnels, des banques, des sociétés d’assurance, mais surtout des investisseurs privés. L’américain Blackrock, le plus grand gestionnaire d’actifs du monde, s’est ainsi allié à une centaine d’autres investisseurs dans une même plainte pour exiger 1,5 milliard d’euros.   Ils reprochent au géant de l’automobile d’avoir trop tardé à communiquer et d’être responsable de la chute de l’action. Volkswagen nie pourtant, affirmant qu’il "continue de penser qu’il a entièrement rempli ses devoirs de communication envers les marchés financiers et que ces réclamations sont sans fondement", selon un porte-parole interrogé par l’AFP.

 

La France veut récupérer le "manque à gagner fiscal"

En France, le gouvernement a annoncé qu’il allait réclamer aux constructeurs automobiles fautifs une compensation du "manque à gagner fiscal" né d’une tromperie sur les émissions de leurs véhicules. Le barème fiscal des cartes grises en France tient compte en effet des émissions de NOx et de CO2, selon le principe du bonus-malus écologique. Lors d'une audition à l'Assemblée nationale par la mission d'information sur l'industrie automobile, le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, a ainsi martelé sa volonté.

"L'intention du gouvernement est d'engager une action en responsabilité pour faute contre les fabricants, à raison bien entendu du préjudice causé par le manque à gagner fiscal, a précisé Christian Eckert. Il n'y aura pas de complaisance ni de sévérité particulière, il y aura l'application d'un juste retour à la responsabilité des constructeurs." 

La commission créée par Ségolène Royal a épinglé, après neuf mois d’enquête, onze constructeurs, dont Renault, Opel et Fiat, pour des dépassements des normes de pollution sur certains modèles.

Concepcion Alvarez
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Ocean pollution plastique istock panaramka

Pollution plastique : des géants de l’alimentaire attaqués par des ONG sur leur devoir de vigilance

Auchan, Carrefour, Casino, Danone, Lactalis, Les Mousquetaires, Picard Surgelés, Nestlé France et McDonald's France sont mis en demeure par une coalition d’ONG. Les associations leur reprochent de proposer des plans de vigilance sur la pollution plastique "au mieux insuffisants pour identifier les...

Banniere respiro

Lyon, Bordeaux, Nantes... Les villes réduisent la voilure publicitaire devançant le "plan de sobriété" du gouvernement

La ministre de la transition énergétique Agnès Pannier-Runacher a annoncé l'interdiction des publicités lumineuses entre une heure et six heures du matin dans le cadre du "plan de sobriété" d'Emmanuel Macron. Ces mesures restrictives ne sont pas nouvelles pour plusieurs villes françaises qui ont...

Ocean pollution plastique istock panaramka

Il faut stopper notre dépendance au plastique : on vous explique pourquoi en une infographie

Un nouveau rapport de l'OCDE estime que d'ici 2060, la production plastique et les déchets vont tripler, faute de politiques ambitieuses en la matière. Or le plastique est déjà présent partout, dans les océans, les cours d'eau, les sols et même dans notre organisme. Cela suppose de réduire fortement...

Vallee de la chimie saint fons lyon CCO tusco

À Lyon, la Vallée de la Chimie au cœur d’une action en justice pour pollution environnementale

L'incendie de l'usine Seveso de Lubrizol près de Rouen avait largement marqué les esprits. Pour que cela ne se reproduise pas, l'association Notre affaire à tous a mené pendant deux ans un travail de recherche sur les infractions commises par les entreprises de la Vallée de la Chimie, au sud de...