Publié le 02 août 2018

ENVIRONNEMENT

Des sacs plastiques retrouvés à 11 000 mètres de profondeur au fond de la fosse des Mariannes

Les contes et légendes ont toujours imaginé que les abysses abritaient, le Léviathan, Charybde et Scylla, le Kraken ou même Cthulhu. Finalement, le monstre qu’on y découvre est né de la main de l’homme : c’est le plastique. On en trouve jusqu’au fond de la fosse des Mariannes dans l’océan Pacifique… à 11 kilomètres sous la surface.

Ces sacs plastiques se situent à 11 000 mètres de profondeur sous l'océan.
@Jamstec

Qui aurait l’idée de vivre au sein de sa propre poubelle ? L’Humanité visiblement. Car il n’y a plus un recoin du globe qui n’a pas été souillé. Les écosystèmes et ressources naturelles des grands fonds océaniques sont à peine explorés et encore moins connus. Pourtant, déjà, on y trouve des vieilles machines à laver, des pneus, des vêtements et du plastique.

Depuis plus de 30 ans, le Japan Agency for Marine-Earth Science and Technology (JAMSTEC), une agence nippone qui catalogue le vivant sur terre et dans les océans, a fait une triste compilation. Elle référence les objets humains retrouvés sur le plancher océanique à l’occasion de plongées scientifiques. Dans une liste enrichie de photos et de vidéos, le Jamstec a mis cette compilation en ligne à la disposition de tous.

Ce morceau de machine a été repéré à 7 500 mètres de profondeur dans la fosse du Japon.

Sur 5 010 plongées, les scientifiques ont compté plus de 3 500 déchets ou débris, dont un tiers de micro-plastiques, c'est-à-dire de plus de cinq millimètres. Ainsi, vous trouverez une tête de mannequin à 6 277 mètres dans la fosse du Japon, des canettes à 7 324 mètres aux Iles Okinawa… Pire, il y a plusieurs sacs plastique posés à 10 898 mètres de profondeur dans la fosse des Mariannes. Ce gouffre, le plus profond de la planète, atteint 11 000 mètres.

Des matériaux à usage unique

Se basant sur cet inventaire, le Jamstec et le Global Oceanic Data Center (GODAC) ont publié une étude dans Science en avril 2018. Les chercheurs y estiment la densité à 17 à 335 déchets par kilomètre carré entre 1 000 et 6 000 mètres de profondeur. Ils ajoutent que 89 % de ces objets sont des matériaux à usage unique comme des sacs plastique ou des emballages. Au-delà de 6 000 mètres de profondeur, ce taux atteint même 92 %.

"La pollution plastique est en train de devenir l'une des menaces les plus sérieuses pour les écosystèmes océaniques", affirment les chercheurs. "Les leaders mondiaux, les scientifiques et les communautés reconnaissent la nécessité de mesures de gestion urgentes pour la durabilité des écosystèmes marins", veulent-ils croire.

Reste que le travail est énorme. Selon un rapport de Greenpeace, ces dix dernières années, le monde a produit plus de plastiques que durant les 100 années précédentes. Nous produisons en moyenne 300 millions de tonnes de plastique par an, dont 8 et 12 millions de tonnes finissent dans nos océans.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Maree noire Ile maurice JeanAurelioPrudence L Express Maurice AFP

L’île Maurice lutte contre une terrible marée noire et demande l’aide de la France

Des efforts désespérés pour éviter une catastrophe écologique dans les eaux cristallines de l'Ile Maurice sont en cours depuis samedi. Un pétrolier contenant 4 000 tonnes de carburant s'est échoué dans cette zone maritime protégée, et déjà un quart de son chargement s’est déversé dans l’océan. Le...

Explosion Beyrouth Liban nitrate AFP

L’explosion au Liban due au nitrate d'ammonium, une substance déjà impliquée dans de nombreuses explosions accidentelles, dont AZF

Au Liban, déjà en proie à une crise économique et sociale majeure, un nouveau drame est venu frapper le pays. Une explosion chimique à Beyrouth, a priori due à des stocks mal protégés de nitrate d’ammonium, a rasé un quartier de la ville et provoqué de nombreuses victimes. Cette substance, utilisée...

Silence animaux ville confinement covid AntoninBurat HansLucas AFP

Une vague de silence a parcouru le monde durant l’épidémie de Coronavirus

Chacun d’entre nous a pu expérimenter le calme et de nouveaux bruits venus de la nature durant le confinement. Mais ce n’est pas qu’un ressenti. Une vaste étude menée à travers le monde a montré que le "bruit sismique" a baissé de 50 % pendant plusieurs mois à la faveur de la mise à l’arrêt des...

Randonnee tourisme lent

[Les nouvelles rives du tourisme] Le retour du voyage lent face au tourisme frénétique

Visiter New-York en deux jours au pas de course pour ne rien rater, le tout rythmé par des selfies à répétition ... Le tourisme, de plus en plus frénétique, a "tué l'esprit du voyage" estime le sociologue Rodolphe Christin. Face à cette course effrénée, de plus en plus de voyageurs se tournent vers...