Publié le 25 mars 2020

ENVIRONNEMENT

Coronavirus : le confinement d’un tiers de l’humanité réduit la pollution de l’air de façon très nette... y compris à Paris

Avec la mise en place de mesures de confinement à l'échelle planétaire, de la Chine aux Etats-Unis, en passant par l'Inde et l'Europe, la qualité de l'air commence nettement à s'améliorer. Cela a été mesuré en Chine, dans le nord de l'Italie et en France. Dans la région parisienne, l'air n'avait pas été aussi pur depuis 40 ans.

Place de la concorde vide mardi 17mars coronavirus LudovicMarin AFP
La place de la Concorde, dans le centre de Paris, au début du confinement.
Ludovic Marin / AFP

Des rues désertes, des autoroutes fluides, un ciel dégagé… Alors qu’un tiers de l’humanité est désormais confinée en raison de la pandémie de coronavirus – dans la plupart des pays européens, en Inde ou encore dans plusieurs États américains – la qualité de l’air s’améliore en Chine, en Italie et en France. En IÎe-de-France, on n’avait pas aussi bien respiré depuis 40 ans, selon un premier bilan d’Airparif publié ce mercredi 25 mars.  

Sur la semaine du 16 au 20 mars, comparé à d'autres mois de mars, Airparif a relevé "une amélioration de la qualité de l'air de l'ordre de 20 à 30 % dans l'agglomération parisienne, consécutive à une baisse des émissions de plus de 60 % pour les oxydes d'azote". "Malgré une augmentation du chauffage résidentiel, cette baisse est liée en grande partie à la forte diminution du trafic routier et aérien", avec la mise en place du confinement le 17 mars. Cette baisse des polluants de l'air s'accompagne d'une baisse des émissions de dioxyde de carbone (CO2).  

Des baisses corrélées aussi à la météo

Dans le nord de l’Italie, les concentrations de dioxyde d'azote (NO2) ont également reculé, selon le service européen Copernicus. Des observations satellites montrent "une tendance à une réduction graduelle d'environ 10 % par semaine au cours des quatre à cinq dernières semaines". A Milan, les concentrations moyennes de N02 ont chuté d'environ 65 mg/m3 en janvier à 35 mg/m3 lors de la première quinzaine de mars.

Cette baisse peut être liée à plusieurs facteurs, dont la réduction du trafic automobile et des activités industrielles, consécutive à l'épidémie de coronavirus. Mais elle pourrait aussi s'expliquer par une "évolution de la température, car cette année a été assez chaude et il y a eu moins de chauffage", autre responsable de la pollution du dioxyde d'azote, a expliqué à l'AFP Simonetta Cheli, responsable des programmes d'observation de la Terre à l'ESA. Une étude scientifique a donc été lancée pour mesurer plus précisément le lien de cause à effet avec le seul facteur coronavirus.

20 fois plus de vie sauvées

En Chine, des images satellite de la Nasa avaient montré une baisse significative de la pollution en partie liée au ralentissement de l'économie provoqué par l'épidémie de coronavirus, selon l'agence spatiale américaine. En février, la concentration de dioxyde d’azote (NO2), produit principalement par les véhicules et les centrales thermiques, a baissé drastiquement à Wuhan, l’épicentre de l’épidémie du Covid-19.

 

"C’est la première fois que je vois un changement aussi significatif sur une région aussi étendue et lié à un événement", expliquait Fei Liu, chercheuse de l’Agence spatiale américaine, dans le cas de la Chine. Même lors de la crise économique en 2008/2009, la diminution avait été plus continue dans le temps, complète Alberto González Ortiz, spécialiste en qualité de l’air à l’Agence européenne de l’environnement.

Un chercheur de l’université Stanford, en Californie, Marshall Burke, estime que l’amélioration de la qualité de l’air en Chine a ainsi sauvé la vie de 4 000 enfants et de 73 000 personnes âgées. "Je calcule que la réduction de la pollution de l’air en Chine a probablement sauvé 20 fois plus de vies que celles qui ont été perdues en raison du virus", explique-t-il sur le site web G-Feed, un groupe de travail sur la société et l’environnement.  

Concepcion Alvarez avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Banniere respiro

Lyon, Bordeaux, Nantes... Les villes réduisent la voilure publicitaire devançant le "plan de sobriété" du gouvernement

La ministre de la transition énergétique Agnès Pannier-Runacher a annoncé l'interdiction des publicités lumineuses entre une heure et six heures du matin dans le cadre du "plan de sobriété" d'Emmanuel Macron. Ces mesures restrictives ne sont pas nouvelles pour plusieurs villes françaises qui ont...

Ocean pollution plastique istock panaramka

Il faut stopper notre dépendance au plastique : on vous explique pourquoi en une infographie

Un nouveau rapport de l'OCDE estime que d'ici 2060, la production plastique et les déchets vont tripler, faute de politiques ambitieuses en la matière. Or le plastique est déjà présent partout, dans les océans, les cours d'eau, les sols et même dans notre organisme. Cela suppose de réduire fortement...

Vallee de la chimie saint fons lyon CCO tusco

À Lyon, la Vallée de la Chimie au cœur d’une action en justice pour pollution environnementale

L'incendie de l'usine Seveso de Lubrizol près de Rouen avait largement marqué les esprits. Pour que cela ne se reproduise pas, l'association Notre affaire à tous a mené pendant deux ans un travail de recherche sur les infractions commises par les entreprises de la Vallée de la Chimie, au sud de...

Toxic tour village de Geamana sous un lac Roumanie Philippe Brault Arte

À voir sur Arte : "Toxic tour", voyage au pays de la pollution

Une plage paradisiaque aux eaux turquoise, un lac teinté d’ocre et de rouge, une réserve naturelle où les loups prospèrent… Ne vous laissez pas tromper, ces lieux dignes de cartes postales sont en réalité des sites hautement pollués. La série documentaire Toxic tour, à découvrir sur Arte.tv, nous...