Publié le 25 mars 2020

ENVIRONNEMENT

Coronavirus : le confinement d’un tiers de l’humanité réduit la pollution de l’air de façon très nette... y compris à Paris

Avec la mise en place de mesures de confinement à l'échelle planétaire, de la Chine aux Etats-Unis, en passant par l'Inde et l'Europe, la qualité de l'air commence nettement à s'améliorer. Cela a été mesuré en Chine, dans le nord de l'Italie et en France. Dans la région parisienne, l'air n'avait pas été aussi pur depuis 40 ans.

Place de la concorde vide mardi 17mars coronavirus LudovicMarin AFP
La place de la Concorde, dans le centre de Paris, au début du confinement.
Ludovic Marin / AFP

Des rues désertes, des autoroutes fluides, un ciel dégagé… Alors qu’un tiers de l’humanité est désormais confinée en raison de la pandémie de coronavirus – dans la plupart des pays européens, en Inde ou encore dans plusieurs États américains – la qualité de l’air s’améliore en Chine, en Italie et en France. En IÎe-de-France, on n’avait pas aussi bien respiré depuis 40 ans, selon un premier bilan d’Airparif publié ce mercredi 25 mars.  

Sur la semaine du 16 au 20 mars, comparé à d'autres mois de mars, Airparif a relevé "une amélioration de la qualité de l'air de l'ordre de 20 à 30 % dans l'agglomération parisienne, consécutive à une baisse des émissions de plus de 60 % pour les oxydes d'azote". "Malgré une augmentation du chauffage résidentiel, cette baisse est liée en grande partie à la forte diminution du trafic routier et aérien", avec la mise en place du confinement le 17 mars. Cette baisse des polluants de l'air s'accompagne d'une baisse des émissions de dioxyde de carbone (CO2).  

Des baisses corrélées aussi à la météo

Dans le nord de l’Italie, les concentrations de dioxyde d'azote (NO2) ont également reculé, selon le service européen Copernicus. Des observations satellites montrent "une tendance à une réduction graduelle d'environ 10 % par semaine au cours des quatre à cinq dernières semaines". A Milan, les concentrations moyennes de N02 ont chuté d'environ 65 mg/m3 en janvier à 35 mg/m3 lors de la première quinzaine de mars.

Cette baisse peut être liée à plusieurs facteurs, dont la réduction du trafic automobile et des activités industrielles, consécutive à l'épidémie de coronavirus. Mais elle pourrait aussi s'expliquer par une "évolution de la température, car cette année a été assez chaude et il y a eu moins de chauffage", autre responsable de la pollution du dioxyde d'azote, a expliqué à l'AFP Simonetta Cheli, responsable des programmes d'observation de la Terre à l'ESA. Une étude scientifique a donc été lancée pour mesurer plus précisément le lien de cause à effet avec le seul facteur coronavirus.

20 fois plus de vie sauvées

En Chine, des images satellite de la Nasa avaient montré une baisse significative de la pollution en partie liée au ralentissement de l'économie provoqué par l'épidémie de coronavirus, selon l'agence spatiale américaine. En février, la concentration de dioxyde d’azote (NO2), produit principalement par les véhicules et les centrales thermiques, a baissé drastiquement à Wuhan, l’épicentre de l’épidémie du Covid-19.

 

"C’est la première fois que je vois un changement aussi significatif sur une région aussi étendue et lié à un événement", expliquait Fei Liu, chercheuse de l’Agence spatiale américaine, dans le cas de la Chine. Même lors de la crise économique en 2008/2009, la diminution avait été plus continue dans le temps, complète Alberto González Ortiz, spécialiste en qualité de l’air à l’Agence européenne de l’environnement.

Un chercheur de l’université Stanford, en Californie, Marshall Burke, estime que l’amélioration de la qualité de l’air en Chine a ainsi sauvé la vie de 4 000 enfants et de 73 000 personnes âgées. "Je calcule que la réduction de la pollution de l’air en Chine a probablement sauvé 20 fois plus de vies que celles qui ont été perdues en raison du virus", explique-t-il sur le site web G-Feed, un groupe de travail sur la société et l’environnement.  

Concepcion Alvarez avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Silence animaux ville confinement covid AntoninBurat HansLucas AFP

[Bonne Nouvelle] Avec le reconfinement, le retour du silence

Chacun d’entre nous a pu expérimenter le calme et de nouveaux bruits venus de la nature durant le premier confinement au printemps dernier. Mais ce n’était pas qu’un ressenti. Une vaste étude menée à travers le monde a montré que le "bruit sismique" a baissé de 50 % pendant plusieurs mois à la...

Embouteillage pollution voiture

En France, la pollution de l’air coûterait 1 000 euros par habitant et par an

Si vous êtes Parisien, la pollution de l'air vous coûte cher : 1 602 euros par an. À Lyon, comptez 1 134 euros et à Nice, 1 128 euros. C'est ce qu'a calculé l'Alliance européenne de santé publique dans une nouvelle étude. Des montants élevés qui répondent aux coûts socio-économiques de cette...

Unilever Rotterdam iStock Poulssen

Unilever va consacrer 1 milliard de dollars pour supprimer les fossiles de ses produits d’entretien

Depuis quelques mois Unilever multiplie les annonces liées à la réduction de son empreinte environnementale. Après avoir annoncé 1 milliard de dollars pour des projets liés à la biodiversité, le géant de la grande consommation assure qu’il va consacrer un autre milliard à l’élimination des dérivés...

Uber congestion pollution climat TE

Uber chasse les véhicules diesel de son parc et prend le chemin de la neutralité carbone

Uber veut faire sa "révolution électrique". Dès 2024, plus aucun véhicule diesel ne roulera pour la plateforme en France. Pour cela, le groupe prévoit un fonds de 75 millions d'euros sur cinq ans, dont la moitié sera payée par les usagers, pour aider financièrement les chauffeurs à acheter une...