Publié le 09 juin 2019

ENVIRONNEMENT

[Bonne nouvelle] La première carte de crédit qui calcule votre empreinte carbone selon vos achats

Et si nous faisions autant attention à nos quotas de CO2 qu'à notre argent ? Doconomy, une startup suédoise, vient de lancer en partenariat avec MasterCard une carte de crédit calculant l'empreinte carbone de nos achats. La version Black Card vous bloque même vos achats si vous dépassez le plafond carbone que vous vous êtes fixé. Une manière de responsabiliser les consommateurs et de leur faire prendre conscience, de manière ludique, que chaque achat compte. 

La White Card indique l'empreinte carbone à son utilisateur tandis que la Black Card peut le limiter dans ses achats si le plafond est atteint.
©Doconomy

C’est une carte bleue pour le moins original que vient de lancer la startup suédoise Doconomy en partenariat avec MasterCard. Il s’agit de la première carte bleue qui calcule votre empreinte carbone en fonction des achats que vous effectuez. "Au lieu d’introduire une carte de crédit premium avec des avantages qui encouragent généralement une consommation accrue, la DO black n’a qu’une caractéristique essentielle : un plafond de carbone", explique la startup.

Concrètement il existe deux Do Card. La White Card vous enverra une alerte sur votre smartphone pour vous informer de l’empreinte carbone de ce que vous venez d’acheter et la Black Card vous bloquera votre achat si vous avez dépassé le plafond d’émissions que vous vous étiez fixé préalablement. "L’objectif principal est la capacité, non seulement à mesurer l’impact de votre consommation, mais également de la stopper directement. Do Black est un outil concret et radical pour faire face à la crise climatique en favorisant la prise de conscience et la responsable", argue Doconomy. 

La consommation courante impacte massivement notre bilan carbone

L’idée est de faire prendre conscience au consommateur que chaque geste, chaque achat compte et contribue à la crise climatique. En octobre dernier l’Agence française de l’environnement (Ademe) avait ainsi révélé dans une étude l’impact de nos produits de consommation. Une garde-robe moyenne de 50 kg représente en émission de C02 l’équivalent d’un aller-retour Paris-Montréal. Pour tout son cycle de vie, de la matière première à la fin de vie en passant par le transport, une télévision de 11 kg émet l’équivalent d’un aller-retour Paris Nice en avion.

En Suède, selon Doconomy, un habitant serait responsable d’environ 10 tonnes d’émissions de carbone chaque année, dont 60 % sont liées à la consommation. Chez les Français, selon l'Ademe, ce serait 11,9 tonnes de carbone dont 75 % dépendent de la consommation courante. La startup propose également un système de compensation carbone. En investissant dans des projets écologiques. "Lorsqu’en 2018, les Nations Unies (GIEC) ont publié un rapport urgent qui soulignait la nécessité de réduire de moitié les émissions de carbone d’ici 2030 afin d’éviter de tomber dans une crise climatique irréversible, nous avons décidé d’agir", défend Doconomy. Et la startup a justement reçu le soutien de l’ONU pour développer son projet. La première carte bleue devrait être distribuée en Suède d’ici cet été. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Explosion Beyrouth Liban nitrate AFP

L’explosion au Liban due au nitrate d'ammonium, une substance déjà impliquée dans de nombreuses explosions accidentelles, dont AZF

Au Liban, déjà en proie à une crise économique et sociale majeure, un nouveau drame est venu frapper le pays. Une explosion chimique à Beyrouth, a priori due à des stocks mal protégés de nitrate d’ammonium, a rasé un quartier de la ville et provoqué de nombreuses victimes. Cette substance, utilisée...

Silence animaux ville confinement covid AntoninBurat HansLucas AFP

Une vague de silence a parcouru le monde durant l’épidémie de Coronavirus

Chacun d’entre nous a pu expérimenter le calme et de nouveaux bruits venus de la nature durant le confinement. Mais ce n’est pas qu’un ressenti. Une vaste étude menée à travers le monde a montré que le "bruit sismique" a baissé de 50 % pendant plusieurs mois à la faveur de la mise à l’arrêt des...

Randonnee tourisme lent

[Les nouvelles rives du tourisme] Le retour du voyage lent face au tourisme frénétique

Visiter New-York en deux jours au pas de course pour ne rien rater, le tout rythmé par des selfies à répétition ... Le tourisme, de plus en plus frénétique, a "tué l'esprit du voyage" estime le sociologue Rodolphe Christin. Face à cette course effrénée, de plus en plus de voyageurs se tournent vers...

ONU petrolier Yemen catastrophe

Pétrolier abandonné au large du Yémen : L’ONU craint une "catastrophe écologique imminente"

Depuis cinq ans, le pétrolier FSO Safer est abandonné dans la mer Rouge au large du Yemen. Le tanker, menacé par le délabrement, risque de déverser les quelques 1,14 million de barils de pétrole qu'il contient en cas de naufrage. L'ONU tente d'intervenir mais cette opération, dans un pays en guerre,...