Publié le 09 juin 2019

ENVIRONNEMENT

[Bonne nouvelle] La première carte de crédit qui calcule votre empreinte carbone selon vos achats

Et si nous faisions autant attention à nos quotas de CO2 qu'à notre argent ? Doconomy, une startup suédoise, vient de lancer en partenariat avec MasterCard une carte de crédit calculant l'empreinte carbone de nos achats. La version Black Card vous bloque même vos achats si vous dépassez le plafond carbone que vous vous êtes fixé. Une manière de responsabiliser les consommateurs et de leur faire prendre conscience, de manière ludique, que chaque achat compte. 

La White Card indique l'empreinte carbone à son utilisateur tandis que la Black Card peut le limiter dans ses achats si le plafond est atteint.
©Doconomy

C’est une carte bleue pour le moins original que vient de lancer la startup suédoise Doconomy en partenariat avec MasterCard. Il s’agit de la première carte bleue qui calcule votre empreinte carbone en fonction des achats que vous effectuez. "Au lieu d’introduire une carte de crédit premium avec des avantages qui encouragent généralement une consommation accrue, la DO black n’a qu’une caractéristique essentielle : un plafond de carbone", explique la startup.

Concrètement il existe deux Do Card. La White Card vous enverra une alerte sur votre smartphone pour vous informer de l’empreinte carbone de ce que vous venez d’acheter et la Black Card vous bloquera votre achat si vous avez dépassé le plafond d’émissions que vous vous étiez fixé préalablement. "L’objectif principal est la capacité, non seulement à mesurer l’impact de votre consommation, mais également de la stopper directement. Do Black est un outil concret et radical pour faire face à la crise climatique en favorisant la prise de conscience et la responsable", argue Doconomy. 

La consommation courante impacte massivement notre bilan carbone

L’idée est de faire prendre conscience au consommateur que chaque geste, chaque achat compte et contribue à la crise climatique. En octobre dernier l’Agence française de l’environnement (Ademe) avait ainsi révélé dans une étude l’impact de nos produits de consommation. Une garde-robe moyenne de 50 kg représente en émission de C02 l’équivalent d’un aller-retour Paris-Montréal. Pour tout son cycle de vie, de la matière première à la fin de vie en passant par le transport, une télévision de 11 kg émet l’équivalent d’un aller-retour Paris Nice en avion.

En Suède, selon Doconomy, un habitant serait responsable d’environ 10 tonnes d’émissions de carbone chaque année, dont 60 % sont liées à la consommation. Chez les Français, selon l'Ademe, ce serait 11,9 tonnes de carbone dont 75 % dépendent de la consommation courante. La startup propose également un système de compensation carbone. En investissant dans des projets écologiques. "Lorsqu’en 2018, les Nations Unies (GIEC) ont publié un rapport urgent qui soulignait la nécessité de réduire de moitié les émissions de carbone d’ici 2030 afin d’éviter de tomber dans une crise climatique irréversible, nous avons décidé d’agir", défend Doconomy. Et la startup a justement reçu le soutien de l’ONU pour développer son projet. La première carte bleue devrait être distribuée en Suède d’ici cet été. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Business de l air nuage entreprises pollution

Business de l'air : contre la pollution, ces entreprises vendent de l'air pur

C'est un véritable marché : l'air. Des bars à oxygène en plein pic de pollution à New Delhi, des bouteilles remplies de l'air pur des hautes montagnes... Certaines entreprises n'hésitent pas à jouer sur les peurs de la population face à la détérioration de l'atmosphère urbaine, sans aucune garantie...

Crime ecocide protection environnement terre pixabay

Rejetée par le gouvernement, la reconnaissance du crime d’écocide est loin d'être enterrée

Le 12 décembre dernier, à la veille de la clôture de la COP25, les députés français ont rejeté la reconnaissance du crime d’écocide dans le droit pénal. Mais les débats dans l'hémicycle ont fait apparaître un réel intérêt pour le sujet de façon transpartisane. Un rapport doit par ailleurs être rendu...

Incendie Lubrizol Philippe LOPEZ AFP

Trois mois après un gigantesque incendie, le site Seveso de Lubrizol redémarre

En septembre dernier, un incendie sur l’usine Seveso de Lubrizol avait émis une fumée noire sur Rouen et ses alentours. Alors que l’enquête est encore en cours sur l’origine du feu, la préfecture a autorisé la réouverture du site.

Incendies forets reserve pixabay

Écocide : nouvelle tentative pour faire entrer le crime contre l’environnement dans le code pénal français

Les atteintes aux écosystèmes n'ont jamais été reconnues comme un crime dans le droit international. Mais des députés socialistes poussent en ce sens. Ils ont déposé une proposition de loi visant à reconnaître dans le code pénal français le crime d'écocide, contre l'environnement. Ce serait une...