Publié le 04 septembre 2017

ENVIRONNEMENT

Le risque eau coûte 14 milliards de dollars aux entreprises en 2016

En 2016, les pertes de production liées à l’eau ont atteint 14 milliards de dollars pour les 1 432 entreprises qui publient leurs données auprès du CDP, organisation qui regroupe investisseurs et entreprises. En pleine tempête Harvey et alors que l'Asie du Sud fait face à des pluies diluviennes, l’organisme alerte sur les risques liés à l’eau. 43 % des entreprises et 63% des villes prévoient que le changement climatique représentera un risque pour leur approvisionnement en eau et leurs activités.


Pixabay

Les pluies diluviennes au Texas ou encore à Bombay font la Une des journaux tandis que le sud de l’Europe est livré à une importante sécheresse provoquant des restrictions, voire des coupures d’eau comme c’est le cas à Rome. Le changement climatique, la croissance démographique, l'urbanisation et l'industrialisation exercent une pression toujours plus forte sur la sécurité hydrique.

Dans sa dernière étude (1) portant sur 1 432 entreprises internationales et 569 villes, le CDP alerte justement sur les risques liés à l’eau. 43 % des entreprises, qui publient leurs données auprès de l’organisme, juge que cela pourrait entraîner un changement considérable dans leur activité et leurs opérations. 63 % des villes prévoient, quant à elles, que le changement climatique représentera un risque pour leur approvisionnement en eau. 

103 villes exposées à des risques d'inondation

En 2016, les pertes de production liées à l’eau ont ainsi atteint 14 milliards de dollars pour les entreprises. Par ailleurs, 196 villes font actuellement face à des enjeux importants liés à un stress hydrique accru et à la raréfaction de l’eau, principalement en Asie, Afrique et Amérique latine. 103 villes sont exposées à des risques élevés d’inondations (comme Miami, Pittsburgh ou encore Johannesburg) et 132 villes s’inquiètent de la dégradation de la qualité de l’eau (Jakarta, Wellington ou Rio de Janeiro).

Le CDP cite l’exemple de Londres. La capitale anglaise est confrontée à une crise imminente de pénurie. Avec trois millions d'habitants supplémentaires attendus d'ici 2050, elle pourrait faire face à un déficit de 520 millions de litres par jour sans une action efficace, estime l’organisme. Plus largement, les Nations unies prévoient un manque de 40 % des ressources en eau à l’échelle de la planète d’ici 2030 pour une demande mondiale en hausse de 55 %.

9,5 milliards de dollars d’investissement  

Face à ces menaces croissantes, le CDP appelle à une collaboration forte entre les villes et les entreprises pour définir des objectifs de réduction de la consommation, accélérer sa réutilisation et son recyclage et investir dans des projets de gestion de l'eau. L’organisme répertorie déjà les actions qui sont mises en place. Ainsi, plus de 200 entreprises et 350 villes déclarant à CDP disent travailler ensemble sur le sujet.  

Une centaine de villes modernisent et réparent leurs infrastructures existantes, 141 ont des programmes de sensibilisation à la conservation de l'eau et 123 entreprises investissent dans des technologies visant à rendre leurs processus de production plus efficaces. "Notre rapport montre à quel point la gestion de l'eau devient cruciale dans nos villes. Nous voyons des changements critiques dans le leadership des villes et des entreprises en réponse à la menace très réelle des inondations sur les économies locales par exemple", explique Morgan Gillespy, responsable du programme eau de CDP.  

L’organisme a calculé que 80 villes nécessitent à elles seules 9,5 milliards de dollars d'investissement pour mettre en œuvre 89 projets liés à la gestion de l’eau. Les besoins de financement sont particulièrement importants en Amérique latine (6,7 milliards de dollars). La ville de Quito, en Équateur, par exemple, nécessite 680 millions d’euros pour la construction de trois centrales hydroélectriques et la décontamination des fleuves affluents. L'Amérique du Nord présente également d'importants besoins évalués à 2,7 milliards de dollars. 

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir l'étude résumée en une infographie


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Eau

Sécheresse, pollution, inondations, les ressources en eau se dégradent. Or l’eau est indispensable à de nombreuses activités industrielles, plus particulièrement dans le secteur de l’énergie. Les projets de grands barrages sont souvent contestés.

Ocean vague rapport giec pixabay

Rapport du Giec sur les océans : le monde est déjà entré dans un cercle vicieux infernal

Après une nuit blanche de débats, les 195 États membres du Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) ont adopté le rapport d'une centaine de scientifiques sur les impacts du changement climatique sur les océans et les glaciers. Le document de 900 pages démontre le cercle...

Retenue Collinaire

Sécheresse : le gouvernement veut autoriser une soixantaine de retenues d'eau d’ici 2022

Alors que 86 départements français connaissent toujours des mesures de restriction d'eau, le gouvernement prévoit d'autoriser une soixantaine de nouvelles retenues d'eau d'ici 2022 afin de mieux gérer l'irrigation agricole. Ces projets devront toutefois se faire en concertation avec les différentes...

Ressource en eau crise CC0

Cinq chiffres à connaître pour comprendre la crise mondiale de l’eau

Sur la planète bleue, seul 2,5 % de l’eau est potable, le reste est de l’eau salée impropre à la consommation ou pour l’agriculture. Cela reste un volume considérable mais qui ne suffit plus face aux besoins liés à la croissance de la population mondiale, à l’agriculture et à l’urbanisation. Sans un...

[Science] Des antibiotiques polluent les rivières du monde entier

De l'Europe à l'Asie en passant par l'Afrique, les concentrations d'antibiotiques relevées dans certaines rivières du monde dépassent largement les niveaux acceptables, met en garde une étude présentée début juin.