Publié le 25 janvier 2019

ENVIRONNEMENT

Stocamine : l’État choisit le confinement des 42 000 tonnes de déchets hautement toxiques à 500 mètres sous terre

Après seize ans d’incertitudes et de rebondissements, le sort des 42 000 tonnes de déchets ultimes, enfouis à 500 mètres sous terre dans une ancienne mine alsacienne, a été tranché. Le gouvernement a choisi de les laisser là où ils sont, contre l’avis d’un rapport parlementaire. Élus locaux et associations environnementales montent au créneau en raison du risque de contamination qui pèse sur la plus grande nappe phréatique d’Europe.

Le site de Stocamine contient 42 000 tonnes de déchets industriels dangereux non radioactifs.
@Stocamine

Déstocker ou confiner ? Tel était le dilemme auquel était confronté l’État depuis maintenant seize ans avec le dossier "Stocamine". Finalement, les 42 000 tonnes de déchets hautement toxiques, dits "ultimes", resteront là où ils sont : à 500 mètres sous terre dans une ancienne mine de potasse de la commune alsacienne de Wittelsheim (Haut-Rhin), sous la plus grande nappe phréatique d’Europe.

"Compte tenu des enjeux, de la balance des risques et du surcoût lié au déstockage, la solution la plus adaptée demeure la poursuite du chantier de confinement des déchets restants, sans déstockage supplémentaire", indique le document officiel. "La poursuite du déstockage présenterait (...) des risques qui apparaissent plus graves que la poursuite du confinement déjà prévu, sans être assurée d’être menée à bien", ajoute la préfecture du Haut-Rhin dans un communiqué.

Une insulte aux Alsaciens

Ouvert en 1999 et censé devenir le premier site de stockage de déchets ultimes en France, Stocamine n'a fonctionné que pendant près de quatre ans et a été stoppé après un incendie dans l’une des galeries, en 2002. Depuis, ces déchets industriels contenant de l’arsenic, du mercure ou encore de l’amiante, attendaient qu’on statue sur leur sort. En mars 2017, un arrêté préfectoral a autorisé leur confinement définitif pour une durée illimitée, avant un revirement de situation un an plus tard. Une étude de faisabilité pour un déstockage intégral des déchets est alors commandée et une mission parlementaire lancée.

Celle-ci a rendu ses conclusions en septembre dernier. Les élus sont formels, il faut s’orienter vers un déstockage total. "Les déchets doivent être extraits si cela est techniquement possible, afin de ne pas faire peser un risque grave sur l’environnement, mais également sur la population (…), sous réserve qu’un site de stockage présentant de meilleures conditions puisse accueillir ces déchets". Mais le gouvernement en a décidé autrement.

L’un des coauteurs du rapport, Bruno Fuchs, député (apparenté Modem) du Haut-Rhin, condamne "sans réserve" une décision prise "sans concertation préalable", allant "à l’encontre de l’esprit du Grand Débat national". "C’est une grave erreur et une insulte aux Alsaciens et aux générations futures". "Je désapprouve vivement cette décision brutale", a renchéri l’autre rédacteur du rapport, Raphaël Schellenberger, député Les Républicains du Haut-Rhin. De son côté, EELV-Alsace estime que l’État a pris la "pire des décisions".

Des risques limités sur la nappe phréatique

En 2014, une première extraction des déchets contenant du mercure a été réalisée. Au total, 2 270 tonnes de colis ont été extraits et acheminés en Allemagne où ils ont été enterrés dans une autre mine de sel. Un travail qui a duré quatre ans. "C’est à ce moment-là qu’on s’est rendu compte que les parois de la mine avaient commencé à se refermer bien plus vite que prévu. On était censés extraire 72 colis par jour, mais on était plutôt à une douzaine. On a eu trois ruptures d’appareil respiratoire en raison de chutes de parement. On va au carton si on s’oriente vers un déstockage complet", témoignait Alain Rollet, liquidateur de Stocamine, interrogé par Novethic en avril dernier.

Outre les conditions de travail, ce spécialiste des mines évoquait également des risques liés au transport de ces colis. "Là-dessous, j’ai 6 000 tonnes de trioxyde d’arsenic – l’équivalent de la mort-aux-rats. Si un camion se renverse et que cette substance se déverse sur la chaussée ou dans une rivière, nous risquons de tuer beaucoup de personnes."

Le BRGM, qui a rendu son étude de faisabilité en décembre, estime quant à lui le déstockage des déchets (hors bloc incendié) comme "encore techniquement possible". Mais il évalue aussi que les risques sur la nappe phréatique, en cas de défaillance du confinement, sont "limités" et n’apparaîtraient que dans "600 ans à 1 000 ans". Pour se laisser une porte de sortie, le gouvernement a reporté le rebouchage des puits "afin de permettre une surveillance in situ du confinement".

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Déchets

Electroniques, toxiques, plastiques, les déchets s’accumulent de façon vertigineuse sans qu’ils soient traités de façon adaptée. Tri, collecte, recyclage et réduction sont les différentes formes de lutte contre cette pollution envahissante.

Deplacement premier ministre Roubaix

À Roubaix, l'initiative "zéro déchet" permet de réconcilier écologie et lutte contre la pauvreté

La volonté affichée du gouvernement "de s'engager davantage" en matière d'écologie n'est "pas un choix de circonstance". Le Premier ministre a voulu en donner la preuve en consacrant son premier déplacement de rentrée au sujet. À Roubaix, Édouard Philippe a visité des entreprises innovant dans les...

Resultats encourageants rue zero dechet paris

[Bonne nouvelle] La première rue zéro déchet de Paris porte ses fruits

Les résultats sont encourageants. A Paris, la rue de Paradis, qui fait l'objet d'une expérimentation appelée "rue zéro déchet" a réduit de 16 % ses ordures ménagères en six mois et amélioré le tri. Si l'opération, à terme, est un succès, elle pourrait être étendue à plusieurs rues de la capitale.

Dans trois ans, tous les fast food devront trier leurs déchets (et enfin respecter la loi)

Ils génèrent 80 000 tonnes d'emballages et 60 000 tonnes de déchets alimentaires par an mais ne trient pas leurs déchets. Les fast food, épinglés à de multiples reprises par le gouvernement, se sont engagés, le 11 juin à mettre en place le tri dans 70 % de leurs restaurants d'ici fin 2019 et 100 %...

Comme la Chine, la Malaisie ne veut plus être la décharge du monde et renvoie ses déchets plastiques à l’envoyeur

Depuis que la Chine a fermé ses portes à l'importation de déchets plastiques, les pays occidentaux se dirigent vers les États d'Asie du Sud Est, qui croulent sous les tonnes de poubelles. Les conséquences environnementales sont telles que la Malaisie a prévenu ces pays qu'elle allait leur renvoyer...