Publié le 27 janvier 2021

ENVIRONNEMENT

Les pays riches ne pourront plus déverser aussi facilement leurs déchets plastiques dans les États pauvres

Fini les tonnes de déchets plastiques contaminés déversés chaque année dans les pays en développement. Depuis le 1er janvier, les pays européens ne peuvent plus exporter leurs déchets plastiques s'ils ne sont pas propres et recyclables. Une bonne nouvelle pour la Chine ou la Malaisie qui avaient fermé leurs portes à l'importation de déchets plastiques, désireux de ne plus être la décharge du monde.

Apres la Chine la Malaisie refuse d etre la poubelle des pays developpes Mohd RASFAN AFP 02
Mohd RASFAN / AFP
Cette photo prise le 8 mars 2019 montre des déchets plastique dans une usine abandonnée de Jenjarom, en périphérie de Kuala Lumpur.

Les règles changent. Alors que, jusqu’ici, les pays riches envoyaient facilement leurs déchets plastiques, dans les pays pauvres, une nouvelle réglementation va rendre la tâche plus ardue. Depuis le 1er janvier, les pays membres de l’Union européenne ont ainsi interdiction d’exporter des déchets plastiques vers des pays non-membres de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Seuls les déchets dits "propres" et donc recyclables pourront être envoyés, avec l’accord du pays destinataire.

Cette nouvelle réglementation marque un véritable tournant dans la gestion des déchets du monde entier. Plusieurs pays asiatiques, principaux destinataires de ces déchets plastiques s’étaient plaints, ces dernières années, d’être la décharge des pays occidentaux. En 2018 la Chine avait même décidé de fermer ses portes à l’importation des déchets plastiques, alors qu’elle était, à l’époque, la première destination mondiale du recyclage. La Malaisie avait alors suivi le géant et décidé de retourner à l’envoyeur les déchets contaminés.

Pollution des eaux des pays-décharges

Tous les déchets plastiques non recyclés étaient illégalement brûlés, jetés dans des décharges ou des cours d’eau pour finir dans l’océan. Seulement 9 % du plastique produit est aujourd’hui recyclé. Un rapport de l’Alliance mondiale pour les solutions de remplacements des incinérateurs (GAIA) estime que l’incinération illégale de plastique non recyclable a également pollué l’air et les eaux souterraines de plusieurs pays-décharges.

Face à cette situation, la commission européenne a donc publié un règlement plus contraignant. Ce dernier découle d’un accord de plus de 180 pays dans le cadre d’un amendement à la convention de Bâle qui impose désormais un accord avant l’envoi des déchets vers un pays tiers. Or, comme le rappelle Libération, même les pays qui n'ont pas signé la convention de Bâle, comme les États-Unis, très gros contributeur de déchets plastiques, sont soumis à ce nouvel accord. 

Dans les rails du Green deal européen

"Ces nouvelles règles envoient un message clair : l’UE assume la responsabilité des déchets qu’elle génère", a déclaré le commissaire européen en charge de l’environnement, des océans et de la pêche, Virginijus Sinkevicius. "Il s’agit d’une étape importante dans la lutte contre la pollution plastique, la transition vers une économie circulaire et la réalisation des objectifs du Green Deal européen", a-t-il ajouté. Cette nouvelle contrainte pourrait avoir un effet bénéfique assez rapide sur les océans.

 

Selon Rolph Payet, directeur exécutif des conventions de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm, interrogé par le quotidien britannique The Guardian : "Je suis optimiste dans le fait que dans cinq ans nous aurons des résultats. Les gens en première ligne vont nous dire s’il y a une diminution de plastique dans l’océan. Je ne vois pas cela se produire dans les deux ou trois prochaines années, mais à l’horizon de cinq ans. Cet amendement n’est que le début", a-t-il estimé. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Déchets

Electroniques, toxiques, plastiques, les déchets s’accumulent de façon vertigineuse sans qu’ils soient traités de façon adaptée. Tri, collecte, recyclage et réduction sont les différentes formes de lutte contre cette pollution envahissante.

Vetements pollution hugo clement Winter productions

"Où finissent nos vêtements ?" : sur France 5, le documentaire qui révèle les dessous de la filière du don

Des vêtements donnés à la Croix-Rouge qui finissent sur des plages du Ghana, polluant l'océan et les écosystèmes. Dans un nouveau numéro du documentaire "Sur le front" diffusé le 19 décembre sur France 5, le journaliste Hugo Clément remonte la filière peu reluisante des vêtements de seconde main. Au...

Stocamine : l’enfouissement définitif des déchets dangereux voté "en catimini" par les députés

Cette annonce sonne comme un clap de fin. Les députés ont voté pour un amendement qui permet le stockage des déchets de stocamine pour une durée illimitée. Une annonce qui a déclenché l'ire d'associations environnementales et d'élus alsaciens, qui accusent le gouvernement d'avoir fait voter la...

Photo Montagne de dechets dans le deset d Atacama

Au Chili, des montagnes de vêtements usagés en plein désert

Symboles de la "fast fashion" mondialisée, ces décharges sauvages d’habits situées en plein désert d’Atacama au Chili polluent l’air et les nappes phréatiques de la région. Un problème grandeur nature difficile à résoudre.

Dechets

Cash Investigation dénonce la gestion des déchets dans un documentaire

Dans l'émission "Déchets : la grande illusion" diffusée ce jeudi à 21h10 sur France 2, Élise Lucet et l’équipe de Cash Investigation sont allés "voir l’envers du décor" de nos poubelles. Ils ont voulu vérifier les promesses des professionnels du tri. Leur conclusion est implacable : "Sur les 8,5...