Une enquête menée par le média américain Bloomberg démontre qu’une partie des emballages plastiques collectés par l’organisme How2Recycle finiraient leur vie en décharge. Des révélations qui mettent à mal l’initiative rejoint par plus de 500 marques aux États-Unis et au Canada.
"Un monde plus propre commence avec nous." Une nouvelle enquête publiée par Bloomberg vient ternir les belles promesses annoncées par l’initiative How2Recycle. À l’origine d’un système d’étiquetage permettant de faciliter le recyclage, l’organisme américain coordonne un programme de collecte de déchets plastiques souples en magasin, peu souvent acceptés par les municipalités. S’appliquant à plus de 500 marques distribuées aux États-Unis et au Canada, le dispositif indique aux consommateurs via un logo imprimé directement sur les emballages, la possibilité de les rapporter dans les 12 000 points de vente partenaires pour qu’ils soient ensuite recyclés. 


"Il s’agit probablement de l’un des plus grands efforts de recyclage en magasin au monde", estiment les auteurs de l’enquête. Une fois collectés par How2Recycle, les emballages sont "vendus à des entreprises indépendantes" pour être transformés en "bois synthétique" ou être recyclés à nouveau en emballage ou en sac, explique l’organisme sur son site internet. Mais la réalité est toute autre selon Bloomberg. Le média a en effet cherché à déterminer la véritable destination des emballages collectés.


40% des emballages non recyclés


Pour cela, des traceurs GPS ont été placés dans 30 paquets de déchets plastiques, comprenant par exemple des produits Nestlé et Coca-Cola, déposés dans dix localisations à travers les États-Unis. Résultat : sur l’ensemble des paquets, 40% ont terminé leur course dans des décharges. 13 balises n’ont pas pu être localisées jusqu’à la fin de l’expérimentation et seulement quatre ont été situées dans des sites de recyclage. Si GreenBlue, l’organisation mère de How2Recycle, n’a pas souhaité apporter de commentaire, les marques et distributeurs partenaires du programme nient de leur côté toute responsabilité dans la situation dévoilée par les journalistes. 


Les entreprises concernées, qui paient jusqu’à 8 500 dollars pour adhérer au programme, déclarent ne pas avoir de contrôle sur la gestion des déchets collectés, laissant "la responsabilité du recyclage à d’autres en aval de la chaîne", rapporte le média. Parmi elles, les géants Amazon ou Unilever. Les magasins évoquent quant à eux diverses raisons pour justifier la mise en décharge des emballages recyclables. Pour les supermarchés Target, comme pour Gelson’s et Home depot, le tri des déchets pourrait être à l’origine de leur mise à l’écart. Les emballages en mauvais état ne seraient pas recyclés, de même que les traceurs qui auraient pu être repérés et donc jetés par les salariés en charge de la sélection. 


"Le recyclage a échoué"


Des explications qui ne convainquent pas, en particulier parmi les experts du secteur. "Les entreprises sont poussées à apposer des étiquettes de recyclage sur tout. Ce n’est pas parce qu’un emballage porte cette étiquette qu’il sera recyclé. Le matériau peut être recyclable, mais il n’y a pas de demande pour lui", regrette auprès de Bloomberg David Heglas, responsable au sein de Trex Co., une entreprise utilisant du plastique recyclé. La législation américaine ne contraint en effet pas les metteurs sur le marché à assurer ou subventionner le recyclage des emballages qu’elles produisent. De plus, il n’existe pas d’incitation à utiliser du plastique recyclé dans la fabrication d’autres produits.


Les entreprises sont par ailleurs peu enclines à financer les coûts supplémentaires liés à l’intégration de plastique recyclé souligne David Heglas, remettant en question l’ambition même du programme porté par How2Recycle. "Le recyclage a échoué", affirme-t-il. Les révélations mises en lumière par Bloomberg renforcent ainsi un sentiment de défiance partagé par plusieurs associations quant aux bénéfices du recyclage. "Les groupes industriels et les grandes entreprises ont poussé pour présenter le recyclage comme une solution. En faisant cela, ils ont esquivé toute responsabilité", déclare à l’AFP Lisa Ramsden, responsable de campagne pour Greenpeace USA. Selon l’ONG, les États-Unis ont produit 51 millions de tonnes de déchets plastique en 2021, dont seulement 2,7% ont été recyclés.
Florine Morestin
Découvrir gratuitement l'univers Novethic
  • 2 newsletters hebdomadaires
  • Alertes quotidiennes
  • Etudes