Publié le 05 juillet 2019

ENVIRONNEMENT

Un dôme de chaleur au-dessus de l’Alaska fait s'envoler les températures

La météo s'emballe. Après l’Inde et ses 50 °C provoquant une crise de l’eau, l’Europe et sa canicule, c’est au tour de l’Alaska de souffrir de la chaleur. Dans la principale ville de l’État, Anchorage, le thermomètre affichait 32,2 °C le 4 juillet, un record depuis le début des mesures.

L'Alaska connaît une période chaleur qui affecte de nombreuses espèces endémiques.
CC0

Décidément, peu de zones du globe sont épargnées par la vague de chaleur. En Alaska, une vague de chaleur s'est abattue sur l'État, explosant les records de températures. Dans la capitale, Anchorage, le thermomètre affichait 32,2 °C, un record. 

"Ce nouveau record absolu pourrait être battu ces prochains jours. On attend en effet des températures de plus de 30 °C tous les jours d’ici lundi", note Météo France. Ces températures inédites sont dues à la formation d’un dôme d’air chaud qui empêche la formation de nuages.

La chaleur a provoqué des incendies 

Ces températures anormalement élevées ont entraîné des incendies et des feux de forêt. Mais contrairement à ce qu’on pourrait croire, les fumées pourraient baisser les températures. "Les températures prévues au cours des prochains jours pourraient être un peu plus fraîches pendant cette vague de chaleur", explique Météo Media. "En effet, les particules dispersées de la fumée vont absorber la lumière du Soleil et créer ainsi un léger effet de refroidissement".

La qualité de l’air sera cependant très détériorée. "Les personnes ayant des problèmes respiratoires peuvent avoir du mal à respirer à l’extérieur", a averti le Servi météorologique national qui a émis un avis de "fumée dense" pour l’est.

L'Alaska se réchauffe deux fois plus vite que le reste des États-Unis

L’Alaska est particulièrement touché par la crise climatique. Les scientifiques estiment que l’État se réchauffe deux fois plus vite que le reste des États-Unis. En cause, la fonte des glaces et le réchauffement des océans. "Les mers du nord Bering et du sud des Tchouktches sont en train de cuire", a tweeté lundi 1er juillet le climatologue de l’université de l’Alaska Fairbanks. "La hausse de la température de l’océan a entraîné une diminution de la banquise, ce qui entraîne une hausse de la température de l’océan". Un cercle vicieux décrit par le climatologue.

Les conséquences de ce réchauffement sont désastreuses pour les habitants. Les Alaskiens pouvaient compter sur les routes de sol gelé pour se déplacer mais elles sont de moins en moins sûres, voire inexistantes. Les communautés locales rapportent que des animaux sont morts de faim, peu habitués à ces températures. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Monument girondins bordeaux

Montée des eaux : les simulations chocs des villes côtières englouties

Prendre conscience de la réalité derrière les chiffres n'est pas chose aisée. Une étude sur la montée des eaux publiée mi-octobre a été accompagnée de simulations pour se représenter l'impact de la hausse du niveau de la mer sur les villes côtières en fonction du degré de réchauffement. Des villes...

Inondations Shanxi China OUT AFP

Partout dans le monde, le changement climatique exacerbe la crise énergétique

Le changement climatique est une sérieuse menace pour le secteur de l'énergie. De la sécheresse en Amérique du Sud aux inondations en Chine et en Inde en passant par les canicules records au Canada... les évènements climatiques extrêmes exacerbent la hausse des prix de l'énergie. Or, ces crises vont...

Laurent Vincenti Total

Depuis un demi-siècle, Total sait qu'il participe au réchauffement climatique mais a sciemment minimisé le danger

Depuis 1971, le géant pétrolier était au courant que ses activités contribuaient au changement climatique. Or, il a semé le doute en finançant des organisations climato-sceptiques sans modifier sa stratégie, révèle une enquête publiée dans la revue Global Environmental Change. Si Exxon, BP et Shell...

Xi jinping onu 2020 Brian Smith Sputnik via AFP

Climat : l’absence du président chinois Xi Jinping peut-elle faire échouer la COP26 ?

Le président Xi Jinping ne devrait pas se rendre à Glasgow, au Royaume-Uni, pour la COP26 qui s'ouvre à la fin du mois. Beaucoup y voient un signal inquiétant de la part du premier émetteur de gaz à effet de serre au monde, avec un risque d'effet boule de neige sur les autres puissances. Mais pour...