Publié le 05 juillet 2019

ENVIRONNEMENT

Un dôme de chaleur au-dessus de l’Alaska fait s'envoler les températures

La météo s'emballe. Après l’Inde et ses 50 °C provoquant une crise de l’eau, l’Europe et sa canicule, c’est au tour de l’Alaska de souffrir de la chaleur. Dans la principale ville de l’État, Anchorage, le thermomètre affichait 32,2 °C le 4 juillet, un record depuis le début des mesures.

L'Alaska connaît une période chaleur qui affecte de nombreuses espèces endémiques.
CC0

Décidément, peu de zones du globe sont épargnées par la vague de chaleur. En Alaska, une vague de chaleur s'est abattue sur l'État, explosant les records de températures. Dans la capitale, Anchorage, le thermomètre affichait 32,2 °C, un record. 

"Ce nouveau record absolu pourrait être battu ces prochains jours. On attend en effet des températures de plus de 30 °C tous les jours d’ici lundi", note Météo France. Ces températures inédites sont dues à la formation d’un dôme d’air chaud qui empêche la formation de nuages.

La chaleur a provoqué des incendies 

Ces températures anormalement élevées ont entraîné des incendies et des feux de forêt. Mais contrairement à ce qu’on pourrait croire, les fumées pourraient baisser les températures. "Les températures prévues au cours des prochains jours pourraient être un peu plus fraîches pendant cette vague de chaleur", explique Météo Media. "En effet, les particules dispersées de la fumée vont absorber la lumière du Soleil et créer ainsi un léger effet de refroidissement".

La qualité de l’air sera cependant très détériorée. "Les personnes ayant des problèmes respiratoires peuvent avoir du mal à respirer à l’extérieur", a averti le Servi météorologique national qui a émis un avis de "fumée dense" pour l’est.

L'Alaska se réchauffe deux fois plus vite que le reste des États-Unis

L’Alaska est particulièrement touché par la crise climatique. Les scientifiques estiment que l’État se réchauffe deux fois plus vite que le reste des États-Unis. En cause, la fonte des glaces et le réchauffement des océans. "Les mers du nord Bering et du sud des Tchouktches sont en train de cuire", a tweeté lundi 1er juillet le climatologue de l’université de l’Alaska Fairbanks. "La hausse de la température de l’océan a entraîné une diminution de la banquise, ce qui entraîne une hausse de la température de l’océan". Un cercle vicieux décrit par le climatologue.

Les conséquences de ce réchauffement sont désastreuses pour les habitants. Les Alaskiens pouvaient compter sur les routes de sol gelé pour se déplacer mais elles sont de moins en moins sûres, voire inexistantes. Les communautés locales rapportent que des animaux sont morts de faim, peu habitués à ces températures. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Job de reve pixabay

La nouvelle plateforme Shift your job : le Pôle emploi du climat

Vous êtes journaliste, ingénieur, DRH, informaticien... Et êtes à la recherche d'un travail qui ne contribue pas à la crise climatique ? Des bénévoles du think tank Shift Project viennent de créer la plateforme Shift your job pour vous guider vers les entreprises dont l'activité est alignée avec les...

Fumee incendies Californie DAVID MCNEW GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

210 milliards de dollars, c’est le coût record des catastrophes naturelles en 2020

Ouragans, inondations, incendies… L’année 2020 a dénombré 980 catastrophes naturelles, qui ont coûté 210 milliards de dollars, en forte augmentation par rapport à 2019. Le changement climatique, qui entraîne une température plus élevée de l’atmosphère et des océans, explique cette multiplication des...

Banderole 2 millions affaire du siecle nicolas chauveau

Affaire du Siècle : la rapporteure publique reconnaît une faute de l'État dans la lutte contre le changement climatique

C'était une audience très attendue. Deux ans après avoir lancé la pétition "L'Affaire du Siècle" raflant plus de deux millions de signatures, quatre associations environnementales avaient rendez-vous avec l'État devant le tribunal administratif de Paris. La rapporteure publique a reconnu la faute de...

HEC Homepage 1980x1212

Les étudiants et anciens élèves de HEC font pression pour changer l'enseignement

Des étudiants et anciens de HEC Paris ont publié une lettre ouverte appelant leur école à choisir un nouveau directeur général qui soit engagé sur les questions environnementales. Un appel qui fait suite à la pression, menée ces dernières années, par des collectifs étudiants comme le Réveil...