Publié le 22 octobre 2015

ENVIRONNEMENT

Justin Trudeau : le renouveau environnemental du Canada ?

Au pouvoir pendant neuf ans, les conservateurs ont fait du Canada un cancre en matière d’écologie et de lutte contre le réchauffement climatique. Le nouveau Premier ministre libéral Justin Trudeau, fraîchement élu, pourrait changer la donne. À quelques semaines de la COP21, son élection est un soulagement pour les écologistes, mais il reste très attendu sur le sujet.  

Justin Trudeau premier ministre Canadien sables bituminieux David Kawai NurPhoto afp
Justin Trudeau, le nouveau premier ministre canadien.
David Kawai / NurPhoto / AFP

 "Un virage est amorcé par rapport à l’ancien gouvernement", assure Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie de Greenpeace Canada, quand on l’interroge sur l’impact de l’élection de Justin Trudeau, le nouveau Premier ministre canadien. "Il a affirmé sa volonté de mettre fin à une triste époque dans la lutte contre le changement climatique, son ambition de réduire les gaz à effet de serre. Il respecte l’avis des scientifiques, c’est une vraie amélioration", souligne-t-il, soulagé.  

 

Une ouverture environnementale…

 

Si Justin Trudeau n’est pas tout vert, il promet tout de même de rattraper le retard accumulé durant les années Harper. Dès son premier discours, il affirme que "le gouvernement du Canada est de retour pour respecter ses engagements et ses responsabilités à l'échelle internationale". Du côté des ONG environnementales, on espère que cela inclut la question climatique, où le Canada n’a pas particulièrement fait figure de bon élève sous la mandature précédente.  

Au niveau national, en tout cas, le nouveau Premier ministre entend investir 1,2 milliard de dollars dans les énergies vertes, rendre les 40 millions que le gouvernement Harper avait retirés aux programmes de recherche océanographique, ainsi que débloquer 20 milliards pour favoriser les transports collectifs.

"Des propositions incontournables", pour Patrick Bonin. "Une entrée en matière qui signerait la fin de l’ère Harper, mais il faut prendre un virage plus important. Envoyer un signal clair !" Parmi ses promesses, son souhait de revoir le processus d’évaluation environnementale affaibli par Stephen Harper. "Il s'est engagé à réformer l’Office national de l’énergie, anti-démocratique et favorable à l’industrie. Il faut pouvoir évaluer correctement l’impact des projets, en prenant en compte les gaz à effet de serre".

La tâche s’avère ardue, tant le pays a fait marche arrière sur sa politique environnementale au cours de la dernière décennie. Désengagement du protocole de Kyoto en 2011, développement de l’exploitation des sables bitumineux, et une piètre ambition de contribution à l’effort climatique (30 % de réduction par rapport aux niveaux de 2005 d’ici à 2030) pour la COP21. Dire que l’ancien Premier ministre conservateur était frileux relève du pléonasme. Son successeur va-t-il se montrer plus ambitieux lors de son premier grand sommet ? "Justin Trudeau ne peut pas arriver à Paris les mains vides. Le gouvernement doit se décider avant le sommet, incarner une cible plus ambitieuse pour 2025, et s’engager à aider les pays en développement à hauteur de 4 milliards de dollars par année d’ici 2020", estime Patrick Bonin.  

 

… mais un soutien intact aux énergies fossiles

 

Pourtant, le parti libéral est le seul à ne pas avoir donné de garanties durant la campagne. Il a seulement annoncé son souhait de réunir, dans les 90 jours qui suivront la Conférence de Paris, "les chefs des provinces et des territoires pour établir un cadre pancanadien de lutte contre le changement climatique". Une décision qui serait prise en commun pour "respecter l’obligation universelle de protéger la planète, tout en stimulant l’économie". Et c’est là que le bât blesse… "Justin Trudeau est favorable à l’exploitation des énergies canadiennes, dont les sables bitumineux. Il y a une incompatibilité entre sa volonté d’exporter le pétrole le plus sale du monde et son désir de lutter contre le changement climatique", pointe le responsable de Greenpeace Canada.

Pire, si les libéraux promettent de faire mieux que les conservateurs dans la lutte contre les changements climatiques, ils prennent les mêmes engagements en faveur du développement de certains projets de pipelines de sables bitumineux. Vis-à-vis du projet Énergie Est, auquel il est favorable, le Premier ministre veut "un équilibre entre les emplois et l'environnement. Le développement de l'économie ne pouvant se faire au détriment des prochaines générations". Il s’oppose au projet Norther Gateway en Colombie-Britannique, mais il appuie le projet Keystone XL, devant desservir les États-Unis depuis l’Alberta. Or, si le Canada veut atteindre ses objectifs, "il doit écouter les scientifiques qui demandent un moratoire sur les projets d’oléoducs. 85 % des sables bitumineux doivent rester sous terre", affirme Patrick Bonin.

Refusant de choisir entre l’économie et l’environnement, le Premier ministre canadien devra faire ses preuves. "Paris sera un vrai test" reprend-il. "Justin Trudeau doit démontrer sa conviction. Être débout face à ceux qui vont essayer d’exploiter jusqu’à la dernière goutte de pétrole. Il doit faire ce que la population demande et non satisfaire les industries pétrolières".  

Johanna Sabys
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Canada: l'Alberta va doubler sa taxe carbone

Climat : le Canada s’engage a minima sur ses réductions d’émissions de gaz à effet de serre

Dans la lutte contre le changement climatique, le Canada traîne les pieds. Vendredi 15 mai, le gouvernement conservateur du pays a publié ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre. D’ici 2030, Ottawa s’engage à réduire ses émissions de 30 % par rapport à 2005. Des promesses...

Au Québec, les sables bitumineux menacent le fleuve Saint-Laurent

Depuis quelques semaines, les associations écologistes et les représentants de la population des communes qui bordent le Saint-Laurent se mobilisent pour défendre l’immense fleuve québécois et son écosystème. Selon eux, le transport des sables bitumineux exploités à l’ouest du pays le...

Pétrole : Obama dit non au projet d'oléoduc Keystone XL. Mais...

Le président américain a décidé mardi 24 février de mettre son veto à la loi autorisant ce pipeline géant, censé transporter le pétrole des sables bitumineux depuis le Canada jusqu'au golfe du Mexique. C'est un revers pour les Républicains au Congrès américain qui avaient voté ce texte....

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Tudiants grandes ecoles pollution 02

Polytechnique, AgroParisTech, ENS… Quand les futures élites claquent la porte

Après la vidéo virale des "ingénieurs qui bifurquent" d'AgroParisTech appelant leurs camarades à "déserter", c'est au tour des Écoles normales supérieures de se mobiliser pour que "la pratique scientifique" s'aligne sur "les enjeux impérieux de ce siècle", à savoir l'urgence écologique et sociale....

Canicule chaleur extreme pakistan AAMIR QURESHI AFP 01

Pakistan, Mexique, Égypte… Le monde suffoque sous des températures extrêmes

+51°C au Pakistan, +48°C au Mexique, +46°C en Égypte. Partout dans le monde, des températures historiques sont enregistrées, menaçant la santé humaine, l’approvisionnement en eau, les récoltes futures et même la biodiversité, qui ne résiste pas à une chaleur si accablante. Du côté de l’Hexagone, un...

Elisabeth borne premiere ministre matignon investiture CHRISTIAN HARTMANN POOL AFP

Ces chantiers écologiques qui attendent la nouvelle Première ministre, Élisabeth Borne

La cheffe de gouvernement devra être "attachée à la question sociale, à la question environnementale et à la question productive", a récemment promis le Président qui a multiplié les annonces en matière d’écologie depuis sa réélection. Ces intentions doivent se concrétiser à Matignon mais aussi lors...

Muhammad FAROOQ AFP australie

Inondations, incendies, méga-sécheresse... Quand l'Australie devient inassurable

Frappée de plein fouet par le changement climatique, l'Australie fait face à une "crise d'assurabilité", estiment des chercheurs dans une nouvelle étude. Le prix des assurances des propriétés en zone à risque va exploser les prochaines années, devenant inaccessible pour une grande partie de la...