Publié le 02 juin 2022

ENVIRONNEMENT

Stockholm+50 : le sommet de la Terre fête ses 50 ans et appelle à une "pause collective"

C'était il y a 50 ans ! En 1972, se tenait le premier sommet de la Terre à Stockholm. Ces 2 et 3 juin, la capitale suédoise accueille de nouveau la communauté internationale pour célébrer cet anniversaire mais surtout pour donner un nouvel élan à l'action environnementale alors que les défis sont toujours plus importants. Le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres et l'envoyé spécial du président des Etats-Unis pour le climat John Kerry figurent parmi les personnalités devant participer à la conférence.

Stockholm 50 PNUE
Stockholm+50 se tient les 2 et 3 juin dans la capitale suédoise pour célébrer le 50e anniversaire du premier sommet de la Terre.
@PNUE

Pour fêter le cinquantième anniversaire du tout premier sommet de la Terre, qui s’est tenu en 1972, l'Assemblée générale des Nations Unies organise une réunion internationale à Stockholm ces 2 et 3 juin, baptisée "Stockholm+50, une planète saine pour la prospérité de tous - notre responsabilité, notre opportunité". Ce sommet comprendra notamment "trois dialogues de leadership" sur le besoin urgent d'actions pour parvenir à une planète saine et à la prospérité ; la reprise durable et inclusive après la pandémie de coronavirus ; et l’accélération de la mise en œuvre de la dimension environnementale du développement durable. Une déclaration finale est attendue à l'issue de ces deux jours.

La Déclaration de Stockholm adoptée le 16 juin 1972 par la Conférence des Nations Unies sur l’environnement humain a été le premier document à reconnaître les interconnexions entre développement, pauvreté et environnement. C’est aussi la première conférence à introduire de façon significative l'environnement dans l'agenda mondial, marquant le début du multilatéralisme environnemental. C’est à ce moment-là qu’est né le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), rattaché à l'Assemblée générale, à qui l'on doit la création du Giec et de l'Ipbes. Vingt ans plus tard, en 1992, le sommet de la Terre de Rio – plus célèbre - a quant à lui donné naissance aux trois Conventions cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), la diversité biologique (CDB) et la désertification (CNULD) dont la COP15 vient de se tenir en Côte d’Ivoire.

"Ces 50 dernières années sont caractérisées par une croissance déséquilibrée"

En cinquante ans, un certain nombre d’engagements ont été obtenus : protocole de Montréal sur la couche d’ozone, protocole de Kyoto puis Accord de Paris sur les émissions de gaz à effet de serre, objectifs d’Aichi sur la biodiversité, cadre d’action de Sendai sur la désertification. Mais les niveaux de CO2 dans l'atmosphère battent des records d’année en année. Il en est de même pour les émissions de méthane, la pollution de l’air, la perte de biodiversité. Et nous avons déjà réchauffé la température moyenne de la Terre de 1,1°C, nous rapprochant dangereusement de la limite fixée à 1,5 °C.

"Aujourd'hui, l'humanité a le choix : nous pouvons continuer sur la voie des 50 dernières années, caractérisées par une croissance déséquilibrée, une richesse inégale et une consommation et une production non durables entraînant une dégradation de la planète et des inégalités croissantes, des problèmes de santé, la méfiance et le désespoir pour le plus grand nombre et une bonne vie pour quelques-uns. Ou nous pouvons collectivement faire une pause et avancer avec empathie et solidarité, anticipation et prévoyance vers une action collective pour un avenir meilleur. Stockholm+50 nous offre une opportunité pour une pause collective", explique le PNUE dans une notre de cadrage.

L'organisation propose notamment de renforcer la coopération au niveau international, de connecter les différents agendas onusiens, de repenser les conceptions et les mesures du progrès et du bien-être pour fournir une nouvelle boussole et d’assurer une reprise équitable après la pandémie et une transition juste. Cet événement pourrait ainsi marquer un nouvel élan avant deux sommets majeurs attendus d’ici la fin de l’année, la COP15 Biodiversité en Chine attendue à la fin de l'été et la COP27 sur le climat en Égypte en novembre.

Pour qu'il n'y ait pas de "Stockholm+100" !

"Six mois après la COP26, le monde a changé, dans le contexte de l'invasion brutale et illégale de l'Ukraine par Poutine. L'inflation, la dette et l'insécurité alimentaire sont des défis croissants. Nous devons démontrer que ces menaces ont accru, et non diminué, notre détermination à respecter le Pacte [de Glasgow adopté l’année dernière]. Accélérons maintenant le rythme pour assurer une transition nette zéro et résiliente au changement climatique avant la COP27", a déclaré Alok Sharma, le président de la COP26 sur le climat, en amont de Stockholm +50.

"Stockholm 1972 a servi de tribune d'expression, mais n'a pas été suivie de changements majeurs. Cette prise de conscience environnementale était indispensable. Maintenant que les choses se savent et que les solutions existent, il n'y a plus d'excuses pour ne pas agir. Stockholm+50 doit être le dernier Sommet de la Terre, sans quoi il y en aura jusqu'à ce qu'il soit trop tard", lance de son côté l’explorateur Bertrand Piccard dans une tribune publiée cette semaine dans le quotidien La Tribune

Concepcion Alvarez @conce1

 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Ampoule eteinte sobriete energetique pixabay neymark195

Engie, EDF, TotalEnergies... Quand les trois plus grands énergéticiens français appellent à une certaine "sobriété"

Dans une tribune inédite, les trois dirigeants des plus grandes entreprises de l'énergie en France appellent les consommateurs et les entreprises à la "sobriété". Face à des approvisionnements, en gaz russe notamment, de plus en plus incertains, ils craignent de devoir faire face à de nombreuses...

Tudiants poussent les entreprises a repondre a l urgence climatique Istock 01

Polytechnique, Sciences Po, AgroParisTech : comment la remise des diplômes, vitrine des grandes écoles, est devenue politique

Plus aucune remise de diplômes ne se déroule désormais sans un appel fort des jeunes à répondre à l'urgence climatique. Ce week-end, les étudiants de Sciences Po et Polytechnique n'ont pas manqué cette opportunité. Un "processus de politisation" de plus en plus présent dans les grandes écoles où la...

Marseille vieux port ludovic marin afp

Montée des eaux : D’ici 30 ans, des tsunamis vont déferler en Méditerranée

Alors que les océans indien et pacifique sont régulièrement touchés par des tsunamis, d'ici 2050, les côtes méditerranéennes seront elles aussi impactées. La probabilité est de 100 %, selon l'Unesco qui vient d'étendre son programme de protection à toutes les zones à risque dans le monde, dont la...

bruxelles tce @Friendsofearth

Traité sur la charte de l'énergie : l'Union européenne reste engagée dans cet accord décrié

Ce vendredi 24 juin se tenait le quinzième et dernier cycle de négociations sur le Traité sur la charte de l’énergie (TCE). Ce texte permet à des investisseurs d'attaquer des États quand ils adoptent des lois climatiques qui remettent en cause leurs intérêts. Critiqué depuis des années, le traité...