Publié le 01 avril 2020

ENVIRONNEMENT

Sous prétexte de la crise de Coronavirus, l’administration américaine suspend les exigences environnementales des entreprises

L’administration américaine en charge de l’environnement a temporairement autorisé les entreprises à ne pas respecter les limitations de rejets polluants. Cela doit leur permettre de mieux passer la crise du coronavirus et même de mieux protéger la population, assurent les autorités. La décision révolte les défenseurs de l’environnement.

Donald Trump White House WhiteHouse
Donald Trump n'a jamais caché sa volonté de détricoter les lois environnementales de l'ère Obama et la crise du Coronavirus lui en donne l'opportunité.
WhiteHouse

Comme on le voit de plus en plus chaque jour, l’épidémie de Coronavirus risque de cogner très fort aux États-Unis et l’administration de Donald Trump n’hésite pas à sortir l'artillerie lourde, en particulier pour ce qui est de la dépense publique pour miner les dégâts économiques et sociaux. Au milieu de ces nombreuses décisions, l’Environmental Protection Agency (l’EPA), l’agence américaine en charge de l’environnement, a pris une décision qui a soulevé l’ire des écologistes.

Afin de ne pas contraindre les entreprises dans cette période, elle a assoupli les règles portant sur la protection de l’eau et de l’air. L’EPA autorise les entreprises à temporairement faire fi des règles limitant les rejets polluants dans l’atmosphère et dans l’eau. "L’EPA ne prévoit pas de sanctions pour les violations de la surveillance de conformité, des tests d'intégrité, d'échantillonnage, d'analyse en laboratoire, de formation et d’obligations de déclaration ou de certification dans les situations où l'EPA convient que le Covid-19 était à l'origine de la non-conformité", explique l’Agence.

Santé des travailleurs

L’EPA "reconnaît que les défis résultant des efforts visant à protéger les travailleurs et le public contre le Covid-19 peuvent avoir un impact direct sur la capacité des installations réglementées à respecter toutes les exigences réglementaires fédérales", justifie l’administrateur Andrew R. Wheeler. Toutefois l’agence appelle à un maximum de responsabilité en limiter au maximum dans le temps la non-conformité des installations industrielles.

Pour Gina McCarthy, ancienne administratrice de l’EPA sous l’ère Obama, citée par l’AFP, il s’agit d’"une licence ouverte pour polluer". Elle ajoute : "cette directive effrontée n'est rien de moins qu'une abdication abjecte de la mission de l'EPA de protéger notre bien-être". Selon Richard Pearshouse, responsable Crise et environnement à Amnesty International, "le gouvernement de Donald Trump profite de cette crise pour atteindre l’objectif qu’il s’était fixé avant la crise du COVID-19, à savoir faire disparaître les normes environnementales aux États-Unis. La suspension pour une durée indéterminée des garanties prévues par les lois relatives à l’environnement est une décision qui va tuer ou menacer la santé d’un grand nombre de personnes".

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Credits carbone marche carbone CO2 arbres istock

Après les enquêtes du Guardian et de Cash Investigation, voilà pourquoi il ne faut pas (encore) tuer les crédits carbone

De nouvelles enquêtes publiées ces derniers jours ont démontré une nouvelle fois le manque de fiabilité des crédits carbone, utilisés notamment par les grandes entreprises pour compenser leurs émissions de CO2 au lieu de les réduire. Un débat qui n'est pas nouveau et qui jette l'opprobre sur ce...

Scientifiques en rebellion devant dassault Lyuba XR France

Scientifiques en rébellion : "j’aurais plus peur pour mon avenir si j’étais un cadre de TotalEnergies qu’un scientifique engagé"

Il y a quelques semaines, Rose Abramoff, une scientifique américaine, était licenciée après avoir arboré une banderole appelant les scientifiques à l’action, lors d’un congrès. Un choc pour ses collègues du monde entier, dont Jérôme Santolini, biochimiste, directeur de recherche au CEA et l’un des...

Virus pandemie covid 19 pixabay

Maladies infectieuses : le changement climatique tue

Tuberculose, paludisme, le changement climatique va faire progresser ces maladies infectieuses, touchant des populations qui ne sont pas immunisées et qui auront du mal à y faire face, alerte le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. En outre, avec la fonte des...

Sophie Godin Beekmann couche d ozone CNRS

Reconstitution de la couche d’ozone : Une victoire qu'on ne peut pas répliquer au climat

Le trou dans la couche d'ozone devrait se résorber d'ici quarante ans au-dessus de l’Antarctique, et dès 2040 dans le reste du monde. Il avait été créé par la pollution humaine, particulièrement les chlorofluorocarbures (CFC) autrefois émis par de nombreux réfrigérateurs. Mais un protocole...