Publié le 13 octobre 2018

ENVIRONNEMENT

[Science] Les solutions climatiques fondées sur les océans sont pour la plupart risquées ou peu efficaces

Une étude inédite, publiée le 4 octobre par une vingtaine d’experts, a sondé les solutions que peut offrir l’océan pour lutter contre le changement climatique. Alcalinisation de l’eau, énergies marines, contrôle de la radiation solaire ou encore manipulation des organismes… La méthode miracle n'existe pas sans une réduction drastique des émissions et une décarbonation de l’énergie, alertent les scientifiques.

Arctic Research local credit NOAA
Le contrôle des radiations solaires et la manipulation des espèces apparaissent comme des solutions risquées.
@NOAA

En amont de la publication du rapport du Giec sur un monde à 1,5°C, un collectif de 17 experts, dont certains issus de l’Iddri, ont publié une étude inédite sur les solutions climatiques basées sur l’océan dans la revue Frontiers in Marine Science le 4 octobre (1). "Jusqu’ici, l’océan a toujours été aux abonnés absents des conférences climat de l’ONU, et quand il est évoqué c’est toujours sous l’angle de la victime. Mais l’océan peut aussi être acteur du changement climatique", explique l’océanographe Jean-Pierre Gattuso.

Les scientifiques ont épluché un millier de références et identifié 13 solutions que l’océan peut offrir pour lutter contre le changement climatique. Protection des aires marines protégées, alcalinisation de l’eau (pour réduire l’acidité), lutte contre la pollution, énergies marines, contrôle de la radiation solaire ou encore manipulation des organismes... Leurs effets sont plus ou moins importants. Certaines méthodes présentent même de réels risques.

Énergies marines

"Certaines mesures locales peuvent apporter beaucoup de bénéfices, mais ne permettent pas de répondre au défi globalement. D’autres mesures plus importantes sont beaucoup trop incertaines et entraîneraient des effets néfastes", résume Jean-Pierre Gattuso. Parmi ces dernières mesures à éviter, il y a par exemple le contrôle des radiations solaires en couvrant l’océan d’une mousse afin de réduire la température de l’eau.

"Cette solution ne règle pas la question de l’acidification de l'océan et présente des effets négatifs puissants pour les organismes vivants, précise le scientifique. Même si ça fonctionnait, ça résoudrait les symptômes mais pas les causes du changement climatique, ce n’est donc pas pertinent." Selon le rapport, l’alcalinisation, la fertilisation de l’eau (pour stimuler la photosynthèse et stocker du CO2) ou encore la sélection d’espèces les plus résistantes ne seraient pas plus efficaces.

Parmi les solutions plébiscitées, on trouve en revanche le développement des énergies marines et la restauration et la conservation de la végétation et notamment des mangroves, ainsi que, à une échelle plus locale, la lutte contre la surpêche et la pollution, la protection des aires marines protégées et la restauration de l’hydrologie.

Pas de solution miracle

"L’idée serait de combiner à la fois des solutions locales et globales. Nous espérons ainsi poser le débat sur la table des décideurs, conclut Jean-Pierre Gattuso. Mais notre message est clair : il n’y a de toute façon pas de solution miracle sans passer par une réduction drastique des émissions et une décarbonation de l’énergie." 

"Ce rapport, celui du Giec (publié le 8 octobre) et ceux qui sont attendus en 2019 sont des pièces majeures du puzzle, estime Lola Vallejo, directrice du programme climat de l’Iddri. Nous sommes à un tournant, à un moment d’opérationnalisation pour mettre en place l’Accord de Paris. C’est un premier test que les États ne peuvent pas rater."

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir le rapport ici


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

24 000 milliards $ … le patrimoine océanique à l’abandon

Il est le grand oublié des négociations climatiques. Pourtant, l’océan joue un rôle déterminant dans la lutte contre le réchauffement climatique. Et sa détérioration va avoir des conséquences environnementales mais aussi économiques désastreuses. Pour faire prendre conscience de l’urgence...

La France lance la "mission océans" pour protéger les coraux des produits chimiques

La secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire Brune Poirson a annoncé le lancement d'une mission destinée à identifier les produits chimiques les plus toxiques pour les récifs coralliens, afin de mieux protéger ces écosystèmes fragiles. La France possède le deuxième domaine...

Le fonds souverain norvégien, le plus puissant au monde, s’engage contre la pollution plastique des océans

La pollution plastique des océans inquiète de plus en plus… à tel point que le plus gros fonds souverain au monde vient de s’engager à protéger les fonds marins. Un signal très important puisque celui-ci est présent dans plus de 9 000 entreprises à travers la planète.

Même dans les plus profonds océans, les animaux sont contaminés au plastique

Même à plus de 11 kilomètres de profondeur, les estomacs des créatures marines contiennent des microfibres de plastique. C'est le résultat d'une étude menée par l'Université de Newcastle et publiée le 14 novembre. "Plus aucune zone, même la plus reculée, ne semble épargnée par la pollution...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Les moules peuvent limiter le rechauffement climatique Pixabay

[Calendrier de l'Avent] Les moules peuvent nous sauver du réchauffement climatique

On le sait peu, mais les moules sont de véritables puits de carbone. Une nouvelle étude révèle même que leur production limite le réchauffement climatique. Jusqu’à Noël, Novethic vous propose d’ouvrir une case de son calendrier de l’Avent. Chaque jour, vous découvrirez une bonne nouvelle qui prouve...

Sport jeux olympiques biathlon Martin Fourcade JulienCrosnier DPPIMedia

COP24 : Le monde du sport veut monter sur le podium de la lutte contre le réchauffement climatique

Le monde du sport doit s'associer à l'effort pour endiguer le réchauffement climatique. Et le Comité international olympique (CIO) a l'intention de montrer la voie, a déclaré cette organisation lors de la 24e conférence de l'ONU sur le climat, en cours à Katowice en Pologne.

Woodside petroleum 1 North Ranking Complex Detail

Climat : Woodside, premier énergéticien australien, se convertit à la taxe carbone

Le géant énergétique australien Woodside a demandé au gouvernement de réintroduire un système de taxe carbone. Un revirement de la part du pétrolier qui s'était jusqu'à maintenant fermement opposé à une telle mesure. Il rejoint les géants miniers BHP et Rio Tinto qui affirment vouloir agir face au...

Defile de mode Benjamin Suomela

COP24 : Adidas, Burberry, H&M, Puma... 43 marques de mode s'engagent à réduire leurs émissions de CO2

Les annonces se multiplient à la COP24 de Katowice à Pologne. Cette fois, ce sont 43 enseignes de mode, parmi les plus émettrices, qui s'engagent à réduire leurs émissions de 30 % d'ici 2030. Parmi les signataires de la charte pour l'action climatique, on trouve Gap, Esprit, Inditex, H&M ou encore...