Publié le 05 mars 2022

ENVIRONNEMENT

Pourquoi le changement climatique et la guerre en Ukraine sont liés

"Le changement climatique et les conflits ont les mêmes racines : les combustibles fossiles". C'est ce qu'a déclaré la météorologue et membre du GIEC ukrainienne Svitlana Romanko en pleine invasion russe. Plusieurs ONG dénoncent en effet une "machine de guerre" alimentée par les industries fossiles alors que 36 % des recettes de l'État russe proviennent des exportations de gaz et de pétrole.

Ukraine guerre fossile climat Viktor Antonyuk Sputnik via AFP
L'Union européenne dépend à 40 % de Moscou pour son approvisionnement en gaz.
Viktor Antonyuk / Sputnik via AFP

C’est un rapport majeur pour la compréhension des impacts du changement climatique et l’urgence de l’adaptation. Et pourtant, malgré la vague de réactions qu’elles ont suscitées dans le monde entier, les conclusions du nouveau rapport du Giec, ce groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique, n’ont pas fait la Une des journaux télévisés. Le compte Twitter Climat Medias a comptabilisé le temps dédié à la sortie du rapport dans les principaux JT. Depuis le lundi 28 février, seulement trois minutes de temps d’antenne ont été consacrés au rapport dans les JT de TF1, France 2, France 3 et M6 cumulé. 

En pleine guerre en Ukraine, il semble difficile pour les médias de faire de la place à l’actualité climatique. Elles sont pourtant liées. C’est en tout cas ce que soutient Svitlana Krakoska, météorologue ukrainienne et membre du Giec. Dans une réunion vidéo du groupe d’experts internationaux, la spécialiste a déclaré : "L’argent qui finance cette agression (russe en Ukraine, NDR) est directement lié au changement climatique puisque cet argent vient des énergies fossiles, pétrole et gaz. Si nous ne dépendions pas de ces énergies, la Russie n’aurait pas les moyens d’entreprendre cette guerre", a-t-elle ajouté. 

Construire un "avenir résilient"

Et la chercheuse n’est pas la seule à dénoncer ces liens entre énergies fossiles et guerre. Dans une lettre publiée le 3 mars, plusieurs ONG dont 350.org pointent le rôle central que jouent les combustibles fossiles dans les conflits. La militante et stratège climatique basée en Ukraine Svitlana Romanko écrit d’ailleurs : "Le changement climatique et les conflits ont les mêmes racines -les combustibles fossiles- et notre dépendance à leur égard. Nous ne capitulerons pas en Ukraine, et nous espérons que le monde ne capitulera pas dans la construction d’un avenir résilient au changement climatique".

Aujourd’hui, la Russie est le deuxième exportateur de gaz au monde et le troisième exportateur de pétrole. Ce commerce représente 36 % des recettes de l’État russe et contribue à la richesse personnelle de Vladimir Poutine. Or, aujourd’hui, l’Union européenne dépend à 40 % de Moscou pour son approvisionnement en gaz. "La machine de guerre a été financée, nourrie et alimentée par les industries du charbon, du pétrole et du gaz qui encouragent à la fois l’invasion qui menace l’Ukraine et la crise climatique qui menace l’avenir de l’humanité", écrivent les ONG. 

Baisser le thermostat 

D’où la demande de l’ONG Reclaim Finance, adressée à plusieurs banques, de ne plus financer les entreprises qui exploitent les énergies fossiles en Russie. "Le fonds souverain norvégien a déjà fait savoir qu’il désinvestira des entreprises russes présentes dans son portefeuille, nous vous appelons à en faire de même, en commençant par vous retirer des entreprises du secteur des énergies fossiles", écrit l’ONG dans une lettre ouverte adressée à Philippe Brassac, PDG du groupe Crédit Agricole.

Un tel désinvestissement implique également un sevrage des sociétés occidentales aux énergies fossiles. En attendant, le directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie, Fatih Birol, recommande très sérieusement de baisser notre thermostat pour consommer moins d’énergie et par conséquent moins de gaz. "La Russie utilise ses ressources en gaz naturel comme une arme économique et politique. C’est clair pour tout le monde dans le monde", a-t-il souligné. 

Marina Fabre Soundron @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Carte emissions co2 gaz a effet de serre pollution climate trace

Climate Trace : les plus gros émetteurs de CO2 répertoriés sur une carte inédite

Alors que les émissions carbone ne cessent d’augmenter, une initiative imaginée par la coalition Climate Trace vient apporter un nouvel éclairage sur les sites et les secteurs les plus polluants. Répertoriant des dizaines de milliers de données sur une seule et unique carte, ce nouvel outil...

Ministre des tuvalu pieds dans l eau COP26 simon kofe

COP27 : du paradoxe d'accepter de réparer les impacts du changement climatique sans s’attaquer à ses causes

La COP27 sur le climat, qui s'est achevée ce week-end à Charm el-Cheikh, en Egypte, laisse un goût amer. Si elle a effectivement avancé au-delà des espérances sur les pertes et dommages, en créant un fonds dédié, elle a en revanche échoué à s'attaquer aux principales causes du changement climatique,...

Reparations pertes et dommages COP27 MOHAMMED ABEDAFP

COP27 : accord historique sur le financement des pertes et dommages, les pays du Sud enfin entendus

La COP27 de Charm el-Cheikh s'est achevée tard dans la nuit de samedi à dimanche 20 novembre. Les 196 pays présents se sont mis d'accord pour créer un nouveau fonds dédié aux pertes et dommages. Une décision historique. En revanche, les longues tractations de la fin n'ont pas permis d'évoluer sur la...

Cop 27 ouverture JOSEPH EID AFP

COP27 : les cinq principales annonces à retenir

La COP27 de Charm el-Cheikh, en Égypte, doit officiellement se terminer ce vendredi 18 novembre. Mais les négociations promettent de jouer les prolongations tant les avancées ont été lentes au cours de ces deux semaines. En attendant un accord final, qui va se jouer en grande partie sur la prise en...