Publié le 21 novembre 2019

ENVIRONNEMENT

Malgré les feux en Australie, le gouvernement minimise l'impact du réchauffement climatique

Une partie de l'Australie est ravagée par les flammes depuis des semaines. Le gouvernement, critiqué par la société civile sur sa politique environnementale trop frileuse, refuse d'y voir un lien arguant avoir "pris sa part" dans la lutte contre le réchauffement climatique. Depuis le début des feux de brousse, six personnes sont mortes et des centaines de koalas et marsupiaux ont été brûlés vivants. 

Australie feux de brousse greenpeace
Les militants de Greenpeace ont déployé une banderole pour alerter le gouvernement.
©Michaela Skovranova / Greenpeace

Depuis des semaines, des feux de brousse sans précédent ravagent certaines zones de l’Australie. Dans le sud, une centaine d’écoles ont été fermées et les compagnies ont coupé l’électricité à des milliers de personnes. Alors que l’été n’a pas encore commencé dans le pays, plusieurs États ont subi des températures atteignant plus de 40°C mercredi 20 novembre.

Sydney, est, elle, enveloppée d’un épais brouillard toxique dû aux incendies depuis vendredi dernier. Les niveaux de pollution ont atteint des niveaux "dangereux" dans la mégalopole selon des chiffres officiels. Ces feux sont de saison, mais ils ont surpris cette année par leur précocité. Surtout, ils attisent la colère d'une partie de la population contre le gouvernement conservateur, ardent défenseur de l'industrie minière, qui continue de minimiser la menace du réchauffement climatique.

Dix fois la surface de New York partie en fumée

Pendant des jours, le chef du gouvernement Scott Morrison a refusé de répondre aux questions sur le lien avec le changement climatique, s'abritant derrière l'urgence de l'aide aux victimes. Ce jeudi 21 novembre, il a démenti que sa politique environnementale était responsable des incendies qui dévastent le pays, arguant que le gouvernement avait déjà fait suffisamment contre le réchauffement climatique. 

Mais cette position est de plus en plus compliquée à tenir vu l'ampleur de la catastrophe. Les feux de brousse auraient brûlé l’équivalent de dix fois la surface de New York soit 10 000 km². Après plusieurs jours à coordonner l'action des pompiers des zones rurales de Nouvelle-Galles du Sud, leur chef, le commissaire Shane Fitzsimmons a clairement fait le lien avec les dérèglements climatiques. Le Bureau de météorologie, une agence qui dépend du gouvernement, a d'ailleurs lui même reconnu que le réchauffement climatique, provoqué par les activités humaines, avait un "impact sur la fréquence et la gravité des incendies"

Des feux plus intenses et fréquentes avec le changement climatique

Les scientifiques établissent un lien indiscutable entre le réchauffement et les incendies, même si les interactions sont complexes et que d'autres paramètres entrent en jeu, comme la température de l'océan Indien ou l'évolution des masses d'air en Antarctique. "Les feux de forêts ne sont pas directement attribuables au changement climatique", explique Janet Stanley de l'Université de Melbourne. "Cependant, le réchauffement rapide du climat rend les incendies plus fréquents et plus intenses."

Pour rappel, depuis le début des feux, plusieurs personnes ont trouvé la mort. La faune est également touchée. Une vidéo d’une femme sauvant un koala des flammes a d’ailleurs créé des émules sur les réseaux sociaux. Les associations, sur place, estiment que des centaines de koalas et de marsupiaux ont été brûlés par les flammes. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Dont look up pop culture influence climat netflix

Mobilisation climatique : la pop culture plus efficace que le rapport du GIEC

Climat, limites planétaires, perte de biodiversité… Les rapports scientifiques se multiplient pour nous pousser à agir face à l’urgence écologique, mais peinent à toucher le grand public. Pour changer d’échelle, la culture populaire a un rôle à jouer. Dans une nouvelle étude, l’Ademe et Place to B...

Elisabeth borne Julien de rosa afp

Les ministres et haut-fonctionnaires vont être formés aux enjeux écologiques

Le gouvernement a entendu l’appel de la société civile. Alors qu’une pétition réclamait la formation des ministres aux enjeux environnementaux, la Première ministre Élisabeth Borne a approuvé leur demande. En plus des équipes ministérielles, 25 000 fonctionnaires cadres devraient être formés. Si...

Haut conseil pour le climat JULIEN DE ROSA AFP

Le Haut conseil pour le climat appelle à un "sursaut" de la France

C'est un appel à un "sursaut" qu'a lancé le Haut Conseil pour le climat dans un nouveau rapport publié le 29 juin. L'instance pointe un "risque majeur" de ne pas atteindre les objectifs climatiques renforcés pour 2030. Un message fort qui intervient au moment où la ministre de la Transition...

New normal meteoo

Réchauffement climatique : Météo France revoit à la hausse ses "normales" saisonnières

Paris prend les températures de Bordeaux, Strasbourg celles de Lyon... La mise à jour des normales de saison dessine une France plus chaude et plus sèche, particulièrement dans l'Est, et au printemps et en été. Sur la nouvelle période de référence 1990-2020, Météo-France a calculé une hausse des...