Publié le 18 juin 2015

ENVIRONNEMENT

Le Vatican se pose en acteur de la négociation climatique

Présentée aujourd’hui, l’encyclique du Pape François consacrée à l’écologie s’adresse à un public bien plus large que les seuls catholiques. C’est un appel à toutes les forces vives du monde pour prendre à bras le corps la protection de la planète, notamment dans la perspective de la Conférence onusienne sur le climat (COP 21).

Nicolas Hulot, envoyé spécial du Président Hollande sur le climat, en visite au Vatican, le 24 janvier 2014.
Gabriel Bouys / AFP

"J’adresse une invitation urgente à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète." Avec son encyclique Laudato si (Loué sois-tu) entièrement consacrée à l’écologie, le Pape entend peser dans la diplomatie climat et les échéances décisives à venir. 

Voilà pourquoi il s’adresse non pas aux seuls catholiques (qui sont déjà plus d’1,2 milliard dans le monde) mais aussi aux consommateurs, chefs d’entreprise, chefs d’État : "Le défi urgent de protéger notre maison commune inclut la préoccupation d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer."  

Un message largement partagé par les ONG et par les institutions onusiennes. Achim Steiner, secrétaire général du Pnue (Programme des Nations Unies pour l'environnement) se félicite de cet "appel sans équivoque à l'action face à la dégradation de l'environnement mondial et le changement climatique. Nous sommes la dernière génération à pouvoir éviter les pires impacts du réchauffement climatique."

Le climat, un bien commun  

 

Très documenté, le premier chapitre fait le point sur l’état des données scientifiques en matière d’environnement, en partant du climat, considéré comme un "bien commun". Le Pape pointe les responsabilités humaines dans le réchauffement de la planète et appelle à un changement de comportement.  

"L’humanité est appelée à prendre conscience de la nécessité de réaliser des changements de style de vie, de production et de consommation pour combattre ce réchauffement ou, tout au moins, les causes humaines qui le provoquent ou l’accentuent. Il  y a certes d’autres facteurs (…), mais de nombreuses études scientifiques signalent que la plus grande partie du réchauffement global des dernières décennies est due à la grande concentration de gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane, oxyde de nitrogène et autres) émis surtout à cause de l’activité humaine."

Les climato-sceptiques, et leurs relais américains certes aujourd’hui moins actifs, au sein du Vatican, apprécieront…  

 

Dégradation de la vie humaine et sociale

 

Puis ce sont les énergies fossiles qui sont pointées du doigt. Le changement climatique "est renforcé en particulier par le modèle de développement reposant sur l’utilisation intensive de combustibles fossiles, qui constitue le cœur du système énergétique mondial. (…) Voilà pourquoi il devient urgent et impérieux de développer des politiques pour que, les prochaines années, l’émission du dioxyde de carbone et d’autres gaz hautement polluants soit réduite drastiquement, par exemple en remplaçant l’utilisation de combustibles fossiles et en accroissant des sources d’énergie renouvelable."  

Le Pape part de la question du réchauffement climatique pour élargir son propos, afin d’en expliquer les conséquences en termes de dégradation de la vie humaine et sociale, proposant ce qu’il nomme une "écologie intégrale" : "Le changement climatique est un problème global aux graves répercussions environnementales, sociales, économiques, distributives et politiques, et constitue l’un des principaux défis actuels pour l’humanité. (…) Beaucoup de ceux qui détiennent plus de ressources et de pouvoir économique ou politique semblent surtout s’évertuer à masquer les problèmes ou à occulter les symptômes." 

 

Appel de "l'un des leaders les plus influents"

 

Dans une veine anti-capitaliste, le pape évoque la notion de "dette écologique" des pays du Nord envers les pays du Sud, qui se cumule à une inégale redistribution des richesses. Teresa Ribera, directrice de l'Iddri (Institut du développement durable et des relations internationales) et ancienne secrétaire d'État au changement climatique en Espagne, salue "l'appel moral fort" lancé par "l'un des leaders les plus influents".

"Le Pape souligne que le changement climatique n'est pas une question scientifique ou technologique, mais une menace pour la justice et la paix. Cet appel à un sens de la justice, à la nécessité d'une solidarité entre États, nous rappelle que nous ne disposons que d'une seule planète", écrit-elle dans un communiqué.  

 

Un jugement sévère sur les récents échecs internationaux  

 

Voilà pourquoi le Pape en appelle à une action urgente : il juge très sévèrement les échecs politiques passés. "La faiblesse de la réaction politique internationale est frappante" écrit-il. "La soumission de la politique à la technologie et aux finances se révèle dans l’échec des Sommets mondiaux sur l’environnement."

Le Pape pointe particulièrement l’inertie dans la mise en œuvre des accords du sommet de Rio en 1992, "sommet prophétique et novateur", notamment dans sa proposition de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.  

Le pape exhorte au courage les décideurs notamment dans la perspective de la COP 21 de décembre à Paris. La France en attend beaucoup, Nicolas Hulot ayant tout de même fait trois voyages au Vatican dans le cadre de ses fonctions d’envoyé spécial du Président Hollande pour la préparation de ce sommet.   

 

L’hymne à la nature et l’appel à une conversion "intégrale"  

 

Le Pape, en guide spirituel, leur offre ainsi un supplément d’âme, appelant à une vraie conversion écologique. Une conversion qui suppose un changement d’attitudes dans une optique plus sobre et responsable : il mentionne les "bonnes pratiques" mises en place dans différents pays, tels l’assainissement de rivières polluées, la récupération de forêts autochtones… 

"L’Église n’a pas la prétention de juger des questions scientifiques ni de se substituer à la politique, mais j’invite à un débat honnête et transparent", précise le Pape. Une invitation au débat qu’il devrait notamment mener à l’ONU et aux États-Unis en septembre.

Virginie Riva
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Iceberg antarctique

[Science] Plus de la moitié des grandes barrières de glace pourraient se fracturer sous l'effet du changement climatique

Le réchauffement climatique a des effets néfastes sur les calottes glaciaires. Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Nature, plus de la moitié des grandes barrières de glace pourraient se fissurer, avec le risque de déverser dans l'océan les glaciers qu'elles contribuent à retenir. Ce...

Glacier fonte Copernicus

Le plus grand glacier de l’Arctique se brise sous la chaleur liée au réchauffement climatique

Des scientifiques viennent de constater qu'une gigantesque masse de glace, équivalente à la surface de Paris, s'est détachée du plus grand glacier de l'Arctique. Ils expliquent ce phénomène par des étés de plus en plus chauds et une hausse des températures moyennes liées au changement climatique....

Fumee incendies Californie DAVID MCNEW GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Les incendies américains sont si puissants que leur fumée atteint la France

Les monstres de feu qui dévastent l’ouest américain ne faiblissent pas et leur puissance est telle que la fumée qu'ils dégagent ont atteint l'Europe en traversant l'Atlantique. Telles sont les résultats observés par le réseau de surveillance satellitaire Copernicus. Le ciel du Nord de la France a...

Ursula von der leyen discours etat de l union septembre 2020 CE

La Commission européenne vise une baisse de 55 % des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030

Après l'appel de centaines d'entreprises et d'investisseurs à relever l'ambition climatique européenne, la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a défendu ce mercredi 16 septembre un objectif de réduction des émissions d'ici 2030 devant les eurodéputés. C'est bien au-delà des...