Publié le 18 avril 2022

ENVIRONNEMENT

Le climat fait une entrée en fanfare dans la campagne présidentielle de second tour

Du discours d’Emmanuel Macron à Marseille samedi 16 avril au mouvement d’occupation de la Porte de Saint Denis à Paris par Extinction Rebellion, le changement climatique a pris une place de premier plan dans l’entre deux tours des Présidentielles. Cela suffira-t-il pour en faire un élément déterminant du choix des électeurs dimanche 24 avril alors que l’action climatique a été quasi absente de la campagne précédente ?

Climat extinction rebellion paris JULIEN DE ROSA AFP
Depuis le 16 avril, des militants du groupe Extinction Rebellion bloque les Grands Boulevards dans le centre de Paris.
JULIEN DE ROSA / AFP

Contre toute attente, la lutte contre le changement climatique semble être devenue le thème sur lequel les deux candidats aux Présidentielles, Emmanuel Macron et Marine Le Pen, vont le plus clairement s’opposer. Le Président candidat a prononcé à Marseille samedi 16 avril dans les jardins du Pharo, un discours aux accents résolument écologistes. Il s’est engagé à "planter 140 millions d'arbres" et nommer un Premier ministre "directement chargé de la planification écologique" ce que recommandait Jean-Luc Mélenchon. Il serait encadré par deux ministres, le premier chargé de "la planification énergétique", "aura pour mission de faire de la France la première grande nation à sortir du pétrole, du gaz et du charbon". Le second s'occupera de la "planification écologique territoriale" des transports et de la rénovation des logements.

Pour donner des gages de crédibilité à ce projet destiné à accélérer l’ambition climatique de la France qu’il n’avait pas évoqué jusque-là, Emmanuel Macron a étendu ses propositions aux entreprises. Il voudrait, par exemple, que la rémunération de leurs dirigeants soient liées à l’atteinte des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il a enfin lancé pour mieux affirmer sa différence avec Marine Le Pen : "Le choix est clair : l'extrême droite est un projet climato-sceptique qui veut détruire les éoliennes" ajoutant : "Le 24 avril sera un référendum pour ou contre l'Union européenne, pour ou contre l'écologie, pour ou contre notre jeunesse, pour ou contre notre République".

Le même jour Marine Le Pen, en déplacement à Saint-Rémy-sur-Avre (Eure-et-Loir) qui compte moins de 4000 habitants, a affiché sa volonté de défendre la ruralité qu’elle associe au "localisme", son thème environnemental. "On est là dans la péri-urbanité, la ruralité, qui sont des sujets importants de cette présidentielle" a-t-elle affirmé soulignant que la France des villes et la France des champs n’ont pas les mêmes priorités électorales. 

Du climat au débat d’entre deux tours ?

Pour que le changement climatique devienne effectivement un thème déterminant de la dernière ligne droite de la campagne présidentielle, il doit être au cœur du débat d’entre deux tours, programmé mercredi 20 avril. C’est pourquoi plusieurs organisations environnementales ont écrit une lettre ouverte aux deux présentateurs du débat, Lea Salamé et Gilles Bouleau, pour leur demander un quota minimum d’au moins 20 % de questions liées au changement climatique. 

Cela devrait être le cas puisque le discours d’Emmanuel Macron a fait de sa politique sur le climat le critère de ralliement des électeurs de Jean-Luc Mélenchon, qui est loin de lui être acquis. La consultation lancée par la France Insoumise auprès de plus de 200 000 personnes qui soutiennent le mouvement, indique que près de 38 % d’entre eux voteront blanc ou nul, 33 % soutiendront Emmanuel Macron et près de 29 % préfèrent l’abstention. 

Voter ne suffit plus 

Il sera tout aussi difficile de convaincre les manifestants d’Extinction Rebellion que le temps de l’écologie de gouvernement est venu. A Paris comme à Londres, ses adeptes de la désobéissance civile ont choisi de bloquer des points névralgiques pour alerter sur l’urgence climatique. Un millier de manifestants bloquent la Porte Saint Denis sur les Grands Boulevards, en plein cœur de Paris. Ils estiment que "voter ne suffit plus" et multiplient les actions spectaculaires pour que l’urgence climatique devienne la priorité absolue des dirigeants politiques.

Si les électeurs plébiscitent le vent vert de l’entre-deux tours, il faudrait qu’il ne s’arrête pas de souffler après le 24 avril pour que le rapport du GIEC soit bien la boussole du futur gouvernement. 

Anne-Catherine Husson Traore, @AC_HT, directrice générale de Novethic


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Fuite Nord Stream1 Danish Defence

Fuites sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 : un impact sans précédent sur le climat ?

S'il est encore difficile d'estimer précisément la quantité de gaz qui fuit dans la mer Baltique et la quantité de méthane qui sera relâchée dans l'atmosphère, les quatre fuites détectées sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2, reliant la Russie à l'Allemagne, vont avoir des conséquences certaines sur...

Objectif rate cible NDC istock DNY59

COP27 : Les pays les plus émetteurs ont échoué à revoir leurs objectifs climatiques à la hausse

Les pays les plus riches du monde, ceux qui sont les plus responsables du changement climatique, ont échoué à revoir leurs objectifs climatiques avant la COP27 de Charm el-Cheikh, en Égypte, début novembre. La plupart des pays du G20, qui représentent à eux seuls 80 % du PIB mondial, n'ont pas...

Loi climat justice balance istock

Avant la COP27, des ONG brandissent la menace des procédures judiciaires en cas d’inaction climatique

À quelques semaines de la COP27, les ONG mettent la pression sur les gouvernements du monde entier. Elles se disent déterminées à utiliser l’arme judiciaire si aucune décision d'ampleur n’est prise pour lutter contre le dérèglement climatique. Au total, plus d’une vingtaine d'associations, dont...

Somalie refugie secheresse 2022 Yasuyoshi Chiba AFP

La famine progresse dans les pays vulnérables, amplifiée par les catastrophes climatiques

Somalie, Haïti, Kenya, Afghanistan, Guatemala… Le risque de famine progresse de façon alarmante dans le monde et les conséquences du réchauffement climatique aggravent le phénomène. Une étude d’Oxfam sur dix pays particulièrement exposés aux catastrophes climatiques, comme la sécheresse, montre que...