Publié le 17 décembre 2017

ENVIRONNEMENT

[LE CHIFFRE] Entre 30 % et 40 % des mariages forcés de mineurs au Malawi sont liés au changement climatique

C’est une autre conséquence – insoupçonnable – du réchauffement climatique. La pauvreté et la faim provoquées par des catastrophes naturelles conduisent à une hausse des mariages forcés de mineurs. Selon l’Unicef, le nombre de ces unions pourrait doubler et atteindre jusqu'à 310 millions d'ici 2050, si la tendance actuelle se poursuit.

Environ 1,5 million de filles risquent de se marier de force en raison d'événements liés au changement climatique au Malawi.

"Nous n'avons pas de chiffres détaillés, mais je dirais que 30 % à 40 % des mariages d'enfants au Malawi sont dus aux inondations et aux sécheresses causées par le changement climatique", révèle Mac Bain Mkandawire, le directeur exécutif de Youth Net and Counselling, une organisation qui lutte pour les droits des femmes et des enfants. "Selon nos estimations, environ 1,5 million de filles risquent de se marier en raison d'événements liés au changement climatique dans le pays. C'est énorme."

Chaque année, quelques 15 millions de jeunes filles mineures sont mariées de force dans le monde, soit 37 000 enfants par jour. Selon l’Unicef, le nombre de ces unions pourrait doubler et atteindre jusqu'à 310 millions d'ici 2050, si la tendance actuelle se poursuit. Les événements extrêmes liés au changement climatique poussent en effet de plus en plus de familles à sacrifier une ou plusieurs filles, car elles ne parviennent plus à subvenir à leurs besoins.

Une nouvelle génération d’enfants mariés de force

"Pour de plus en plus de jeunes filles en Afrique, la manifestation la plus palpable du changement climatique, c'est le bébé qu'elles tiennent dans leurs bras alors qu'elles s'assoient pour regarder leurs amies aller à l'école", écrit ainsi Gethin Chamberlain, journaliste membre d’un groupe d’investigation sur la façon dont le changement climatique crée une nouvelle génération d’enfants mariés de force, baptisé "Brides of the sun" (Les épouses du soleil).

Du Malawi au Mozambique, les témoignages sont les mêmes. Ntonya a été mariée de force à 13 ans après avoir supplié ses parents de ne pas le faire. Mais face aux inondations qui ont ravagé toutes leurs récoltes, la perspective d'avoir une bouche de moins à nourrir les a vite fait trancher.

Dix mois plus tard, la jeune fille donnait naissance à son premier enfant. Carlina, mariée elle aussi à 13 ans, explique qu’elle ne voulait pas se marier si jeune et qu’elle aurait voulu aller à l’école. Pour Maliya, mise enceinte par son professeur à 15 ans, le mariage n’a finalement rien arrangé. Elle a arrêté d'aller à l'école et ne parvient pas à subvenir aux besoins de son garçon de six mois.

Des bancs d’école vides

"Les filles ont tendance à abandonner l’école pendant la période avant le mariage ou peu de temps après. Leur nouveau rôle d’épouse ou de mère consiste à prendre soin de la maison, des enfants et de la famille”, explique l’ONG Girls not Brides qui tire la sonnette d’alarme face au lien entre le changement climatique et l’augmentation des mariages des mineures.

Le Mozambique occupe la 9e place dans le classement mondial relatif au mariage des enfants, avec près d'une fille sur deux qui se marie avant 18 ans, et une sur sept avant 15 ans. D’autres États comme le Malawi ont interdit le mariage entre mineurs. En vain. Selon le collectif de journalistes Brides of the sun, nous assistons là à "un désastre humanitaire, caché en pleine vue, causé par des bouleversements climatiques dont on n’imagine les conséquences que dans un lointain futur apocalyptique : celui de toute une génération d’enfants mariées dont le changement climatique accouche en silence sous nos yeux".

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Decouplage croissance et environnement croissance verte decroissance istock

Pour atteindre nos objectifs climatiques, il faut renoncer à la croissance, prévient l’Agence européenne de l'environnement

Cette fois c'est l'Agence européenne de l'environnement, que l'on peut difficilement taxer de décroissante, qui lance le débat. Dans une note publiée en janvier, elle estime que le découplage entre croissance économique et pressions sur l'environnement semble peu probable. Dès lors, elle appelle les...

Boris Johnson COP26 040220 COP26

COP26 : le Royaume-Uni "fera tout" pour qu’elle se tienne en présentiel

Alors que la pandémie limite encore les déplacements à travers le monde, la présidence britannique de la COP26 a annoncé s'organiser pour maintenir le sommet international en présence physique. L'évènement, qui devait avoir lieu en 2020, a été décalé d'un an pour des raisons sanitaires. Cette 26ème...

Rencontre Castex 150 convention XoseBouzas HansLucas AFP

[Édito] Convention citoyenne pour le climat : une vraie avancée et beaucoup de limites

La Convention citoyenne pour le climat, avec ses 150 citoyens tirés au sort pour réfléchir à la baisse des émissions de CO2 de la France, va maintenant laisser le fruit de ses travaux au Parlement. L'évènement a largement mobilisé le pays sur les questions environnementales. Une réussite, toutefois...

Emmanuel macron convention citoyenne pour le climat CHRISTIAN HARTMANN POOL AFP

Ultime réunion de la Convention citoyenne pour le climat pour évaluer la future loi issue de leurs travaux

Après des mois de travaux de la Convention citoyenne pour le climat, arrive l'heure du bilan : ses 150 membres se pencheront de vendredi à dimanche sur les réponses faites par le gouvernement à leurs propositions et les suites à tirer de cette expérience inédite.