Publié le 30 juin 2016

ENVIRONNEMENT

"Le Brexit ne changera rien à l'engagement du Royaume-Uni sur le climat"

Quelques jours seulement après le vote des Britanniques en faveur de la sortie de l'Union européenne, le Brexit a fait irruption dans le Business and Climate Summit, qui se tenait à Londres ces deux derniers jours. Alors que plusieurs experts s'inquiètent de ses effets sur la politique climatique et environnementale du Royaume-Uni, le message délivré à la fois par la Secrétaire d'État à l'Énergie et au changement climatique britannique, Amber Rudd, et la Secrétaire exécutive de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements climatiques, Christiana Figueres, est clair : le Brexit n'aura pas d'impact sur les engagements pris.

"Le Brexit ne changera rien à l'engagement du Royaume-Uni sur le climat", assure la Secrétaire d'État britannique à l'Énergie et au changement climatique Amber Rudd.
Anne-Catherine Husson-Traore / Novethic

Difficile. Voire impossible de ne pas en parler, quelques jours seulement après le référendum. Le Brexit s'est donc invité à la seconde édition du Business and Climate Summit qui se tenait à Londres. S'il était dans toutes les discussions et prises de parole, c'est Christiana Figueres, la secrétaire exécutive de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements climatiques, qui tenait son dernier discours dans son rôle, qui a crevé l'abcès mardi par un symbolique "stay calm and transform on!".

"Le Brexit n'est pas un vote contre le changement climatique. Malgré les incertitudes politiques de court terme, l'action contre le changement climatique ne peut pas être arrêtée", a-t-elle ajouté, précisant que "le Royaume-Uni et l'Union européenne ont un important leadership sur le sujet. Il n'y a pas de raison de changer cela". Même si le Brexit demandera "peut-être" néanmoins quelques ajustements au niveau de la contribution (NDC) de l'Union européenne, a-t-elle reconnu.

 

Le Royaume-Uni restera leader sur le climat, veut croire la secrétaire d'État britannique à l'Énergie

 

C'est aussi le message qu'est venue délivrer le lendemain la Secrétaire d'État britannique à l'Énergie et au changement climatique Amber Rudd aux investisseurs et entreprises engagés sur le climat. Le Brexit "n'a pas diminué la menace du changement climatique. Celui-ci reste l'un des risques de long terme les plus sérieux qui pèsent sur notre économie et la sécurité nationale", a-t-elle souligné.

Même si le Brexit rendra les choses "plus difficiles", le Royaume-Uni "continuera donc d'exercer un fort leadership sur le sujet", a-t-elle affirmé à la tribune. "Les relations fortes que nous entretenons avec les États-Unis, la Chine, l'Inde, le Japon et les pays européens nous permettront de mettre en œuvre les engagements pris à Paris (lors de la COP21, NDLR)", a ajouté Amber Rudd.

Comme prévu, le cinquième budget carbone qui doit fixer les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre britanniques – soit une baisse de 57% d'ici 2032 par rapport au niveau de 1990 – sera approuvé ce jeudi, a-t-elle encore assuré. Et ses engagements en matière énergétique ne changeront pas. "Offrir une énergie propre et abordable est une priorité", a-t-elle affirmé. Le soutien annuel aux énergies renouvelables (10 milliards de livres) et l'arrêt des centrales à charbon restent d'actualité. Tout comme le projet de la centrale nucléaire d'Hinkley Point et la construction d'autres centrales plus petites, a-t-elle précisé.

 

Éviter de reproduire l'erreur du Brexit 

 

La secrétaire d'État, qui avait fait campagne sur le Bremain (le maintien dans l'Union), veut pourtant retenir les leçons du Brexit pour la lutte contre le changement climatique. "Nous avions montré très clairement les risques économiques d'une sortie, mais la décision finale de quitter l'UE a finalement été prise, en large partie, sur l'argument émotionnel", analyse-t-elle. Pour assurer un basculement de l'économie vers une économie bas carbone, "il est essentiel d'avoir les bonnes structures financières et des investissements verts... Mais il est tout aussi essentiel de ne pas négliger l'argument émotionnel. Celui-ci concerne la protection de la planète et l'état dans lequel nous la lèguerons aux générations futures". Un discours de réassurance bienvenu selon le directeur de Greenpeace UK, John Sauven, interrogé par le quotidien The Independant. "Mais des mots apaisants ne peuvent pas tout, tempère-t-il. "La confiance des investisseurs verts dans le Royaume-Uni a été ébranlée dès avant le Brexit par les positions changeantes et incohérentes de ce gouvernement", estime-t-il, dénonçant notamment un très fort soutient au nucléaire au détriment des énergies renouvelables.

Reste aussi à savoir ce que fera le prochain gouvernement. Car le conservateur Boris Jonhson, pressenti comme successeur de David Cameron au poste de Premier ministre, s'est jusque-là plutôt illustré par ses prises de position climato-sceptiques, comme en témoigne l'un de ses éditoriaux, publié il y a quelques années dans The Telegraph.

Béatrice Héraud, envoyée spéciale à Londres
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climat : les investisseurs intègrent davantage les coûts du réchauffement global

La deuxième journée du Business and Climate Summit, qui se déroulait au cœur de la City de Londres, était consacrée à la finance. Un secteur qui a beaucoup évolué ces dernières années sur la question du risque climatique, mais qui reste à mobiliser dans son ensemble tant le besoin de...

Business & Climate Summit : des partenariats entre entreprises au chevet du climat

La deuxième édition du Business & Climate Summit, qui se déroule en ce moment à Londres, dresse un constat clair : seuls, les États ne parviendront pas à contenir les émissions de gaz à effet de serre "bien en-deçà des 2°", tel que le prévoit l’Accord de Paris. Pour les épauler, les...

Le secteur privé se pose en acteur clé de la lutte contre le changement climatique

A l’occasion du Business and Climate Summit, qui se déroule en ce moment à Londres, les entreprises veulent montrer le rôle positif qu’elles peuvent jouer dans la lutte contre le changement climatique. Si elles sont responsables d’une grande partie des émissions de CO2, elles peuvent...

Brice Lalonde : "Le Business & Climate Summit, lieu de rencontre du secteur privé sur le climat"

La deuxième édition du Business & Climate Summit s’ouvre aujourd’hui à Londres. Durant deux jours, entreprises et investisseurs échangeront sur les bonnes pratiques et les mesures pour lutter contre le changement climatique. Six mois après l’adoption de l’Accord de Paris et alors que le...

Pascal Canfin (WWF) : le Brexit, une fenêtre pour geler Hinkley Point

Le Brexit préoccupe le directeur France du WWF. Pascal Canfin s’inquiète des conséquences de la sortie britannique de l’Union européenne sur l’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique ; mais il y voit aussi l’opportunité de mettre un coup d’arrêt à l’EPR d’Hinkley...

Climat : division des pays européens sur l’application de l’Accord de Paris

Si les chefs d’Etat européens se sont mis d’accord à Bruxelles sur le principe d’une ratification de l’Accord de Paris "la plus rapide possible", sa mise en application divise les 28 pays membres. Derrière ce processus se profile un enjeu climatique crucial : 2016 est l’année où l’Europe...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Dataviz Carbon Brief Pays CO2 ok

Quel pays réchauffe le plus la planète : la vidéo impressionnante de Carbon Brief

Le site Carbon Brief vient de publier une datavisualisation extrêmement parlante sur la responsabilité de certains pays dans le réchauffement climatique. Fait inédit, il a inclus dans son analyse les émissions de CO2 provenant de l'utilisation des terres et de la forêt, en plus de celles provenant...

Climat affaire du siecle THOMAS SAMSON AFP

L’Affaire du siècle : un symbole est-il capable d’enrayer le réchauffement climatique ?

En seulement trois années, les quatre ONG à l’origine de l’Affaire du siècle ont réussi à exercer une "pression climatique" sur l'État, jusqu’à le faire condamner, le 14 octobre, à réparer le non-respect de ses engagements. Un symbole fort et une sucess-story rare. Mais cette condamnation va-t-elle...

Affaire du siecle victoire 2

Affaire du siècle : La France est condamnée, pour la première fois, à réparer son manque d’action climatique

C'est une décision inédite que vient de rendre le tribunal administratif de Paris, dans le cadre de l'Affaire du siècle, soutenue par une pétition signée par plus de 2 millions de citoyens. Les juges ont condamné l'Etat à réparer le préjudice écologique causé par le non-respect de ses engagements...

Biocarburant iStock

Les carburants durables : le pari de l’aviation pour atteindre la neutralité carbone en 2050

Sans eux, le transport aérien ne parviendra pas à atteindre la neutralité carbone d’ici la moitié du siècle. Les carburants aériens durables sont au cœur de la nouvelle feuille de route présentée par l'Association internationale du transport aérien. S’ils peuvent en effet contribuer à réduire...