Publié le 05 mars 2020

ENVIRONNEMENT

La loi climat européenne se heurte au scepticisme de Greta Thunberg

Très attendue, la loi climat de la commission européenne, présentée mercredi 4 mars, entérine le principe de neutralité carbone en 2050 et confirme le lancement d'une taxe carbone aux frontières. Une loi jugée insuffisante par Greta Thunberg. La jeune activiste, qui était invitée à Bruxelles pour l’occasion, estime que le texte constitue une "capitulation".

Ursula von der leyen et greta thunberg CE
Greta Thunberg a été invitée à Bruxelles pour la présentation de la loi climat.
@Commission européenne

Les applaudissements durent plusieurs minutes et les parlementaires européens finissent par se lever pour saluer le discours de Greta Thunberg à la tribune. La jeune activiste suédoise, invitée à Bruxelles pour la présentation de la loi climat européenne par la Commission européenne (1), vient pourtant de réduire en morceaux le texte qui constitue selon elle "une capitulation". 

"Depuis un an et demi, nous sacrifions notre éducation pour protester contre votre inaction. Vous voyez que la maison brûle mais vous faites comme si de rien n’était, sans même prévenir les pompiers", leur a-t-elle lancé quelques minutes auparavant. "Cette loi ignore les budgets carbone que la science a fixé et entérine un objectif 2050 bien trop lointain. C’est une capitulation et nous ne vous laisserons pas capituler sur notre futur", a conclu Greta Thunberg.

La taxe carbone aux frontières est lancée

Bras juridique du Pacte vert européen, la loi climat européenne entérine l’objectif de neutralité carbone en 2050. "Un objectif qui doit être endossé par tous les pays", a précisé Frans Timmermans, le vice-président exécutif de la Commission européenne. Le texte prévoit également d’évaluer tous les cinq ans les mesures prises au regard de cet objectif et d’adresser des recommandations aux États membres dont les actions seraient jugées insuffisantes. Ceux-ci auront l'obligation d'y donner suite ou de justifier leur inaction auprès de la Commission.

La mise en place d’un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières (taxe carbone) est confirmée afin d’éviter les fuites de carbone et assurer la compétitivité des industriels européens. Il s’agit d’appliquer un tarif douanier sur les produits importés en fonction de leur empreinte carbone. Ce mécanisme devrait voir le jour rapidement, selon les ministres européens du Commerce et de l’Industrie, avec une première étude d’impact qui vient d’être publiée.

"Cette feuille de route pour les 30 prochaines années va nous guider dans la construction d’un nouveau modèle de croissance", veut croire Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne. "Cet acte apporte de la prévisibilité et de la transparence à l'industrie et aux investisseurs européens. Il nous permet de nous positionner en tant que leaders et de pousser nos partenaires à nous suivre", a-t-elle ajouté.

Pas d’objectif pour 2030 avant 2021

Sans surprise, le texte ne fixe pas de nouvel objectif intermédiaire pour 2030. Dans une lettre publiée mardi 3 mars, 12 États membres, dont la France, avaient appelé la Commission à présenter au plus tard en juin 2020 la révision de la contribution climatique européenne (NDC) dans le cadre de l’accord de Paris et ainsi avoir un effet d’entraînement pour la COP26. L’objectif initial de l’UE est de - 40% (par rapport à 1990), et la Commission a annoncé une étude d’impact pour fixer un nouvel objectif compris entre -50% à -55%.

Seulement, les résultats ne devraient être connus qu'en septembre et les votes par le Parlement et le Conseil n'aboutiraient qu'en 2021, après le sommet climatique décisif de Glasgow. "Certains nous accusent de perdre du temps mais je crois au contraire que nous allons en gagner", se justifie Frans Timmermans. "Nous nous assurons de mesurer tous les impacts afin que les objectifs soient endossés par tous et que les faits ne soient pas contestés", a-t-il expliqué.

Dans une autre tribune publiée en amont de la présentation de la loi climatique, 34 jeunes, parmi lesquels Greta Thunberg, dénonçaient le fait que la crise climatique n'ait jamais été traitée comme telle. "Ce que nous avons dit à Greta ce matin c’est que sans le mouvement qu’elle a inspiré, nous n’aurions probablement pas eu ce Pacte vert ni cette loi. Nous ne sommes pas d’accord et ce n’est pas un problème", leur a simplement répondu le vice-président exécutif de la Commission. Une nouvelle mobilisation de la jeunesse est prévue le 13 mars partout dans le monde. Greta Thunberg défilera quant à elle en France.  

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir la proposition de loi européenne pour le climat


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[Infographie] Le double-jeu de l’Union européenne sur le charbon

Pour la première fois, les éoliennes et le solaire ont fourni plus d’électricité que le charbon au sein de l’Union européenne. Une bonne nouvelle pour le climat mais c’est sans compter sur les importations d'électricité à partir de charbon depuis les pays frontaliers de l’UE. Rien qu’en...

Pacte vert européen : vers une taxe carbone aux frontières plus juste pour les ménages modestes

Parmi les nombreuses mesures du Pacte vert européen, il y a la mise en place d'un mécanisme carbone aux frontières : comprendre une taxe carbone ou une extension du marché carbone européen aux produits importés. Selon une étude de l'OFCE et de l'Ademe, celle-ci pèserait moins sur les...

Green deal européen : l’UE met 100 milliards d’euros sur la table pour une transition juste qui embarque tous les citoyens

Promesse tenue pour la nouvelle présidente de la Commission européenne. Une dizaine de jours seulement après sa prise de fonction, Ursula von der Leyen a présenté au Parlement européen ce mercredi 11 décembre son Pacte vert (ou Green deal). Celui-ci acte la neutralité climatique du...

Green Deal européen : 1 000 milliards d’euros sur les dix années à venir pour le climat

Mercredi 11 décembre, la nouvelle commission européenne révélera son Pacte vert. Tandis que sa présidente Ursula von der Leyen en a donné un avant-goût au cours de la COP25 en annonçant 1 000 milliards d’euros d’investissements sur 10 ans, le commissaire en charge de ce dossier, Frans...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Alok sharma Foreign and commonwealth office

La COP26 est reportée d’un an à novembre 2021 pour mieux relever l’ambition, promettent les États organisateurs

La COP26 sur le climat a officiellement été reportée d'un an. Elle se tiendra du 1er au 12 novembre 2021 à Glagow, en Écosse. Alors que certains y voient un constat d'échec, les États organisateurs et plusieurs experts assurent que c'est le temps nécessaire pour relever l'ambition climatique. Le...

Essec

ESSEC, Sciences Po, Polytechnique : les grandes écoles prennent le tournant de la transition

L'école de commerce Essec vient de dévoiler son plan de transformation durable. Tous les cours intégreront désormais les dimensions environnementales et sociétales. Une démarche ambitieuse alors que les grandes écoles à l’instar de Sciences Po et Polytechnique intègrent de plus en plus ses enjeux...

Ursula von der leyen CE 270520

Plan de relance européen : la Commission veut construire une "Union de la durabilité pour les générations futures"

Très attendu, le plan de relance européen a été présenté mercredi 27 mai par la Commission européenne. Il propose un nouvel instrument de relance de 750 milliards d'euros, dont 500 milliards de subventions, qui seraient mutualisées entre tous les États membres. L'objectif est d'aider les pays les...

A320 AIr France

Air France va réduire de 40 % ses vols domestiques pour limiter son empreinte environnementale

Air France a annoncé, lors de son assemblée générale, vouloir réduire de 40 % son offre sur son réseau domestique. Une décision qui répond aux attentes du gouvernement, qui avait conditionné son aide de 7 milliards d'euros à des contreparties environnementales. Mais pour le think tank The Shift...