Publié le 03 avril 2020

ENVIRONNEMENT

La COP26 sur le climat est reportée mais les États seront jugés sur la durabilité de leur plan de relance

Après la COP15 biodiversité, c'est désormais la COP26 sur le climat qui a été officiellement reportée en raison du coronavirus. L'année 2020 devait être charnière pour avancer sur ces deux sujets cruciaux. En échange, les experts et les ONG appellent les États à ne pas laisser de côté l'environnement dans les plans de relance qu'ils vont mettre en place au sortir de la crise. 

Test planete cop26
Face à l'épidémie de coronavirus, la COP26 qui devait se tenir à Glagow en novembre, a été reportée en 2021.
@CC0

Ce devait être le moment de vérité pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Mais la COP26 sur le climat n’aura pas survécu au coronavirus. Prévue du 9 au 19 novembre à Glasgow, en Écosse, elle a été reportée à 2021, a annoncé mercredi 1er avril la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (Ccnucc). Ce sommet devait permettre aux États de présenter des nouveaux engagements plus stricts en matière d'émissions de gaz à effet de serre, les nouvelles contributions déterminées (NDC).

"Compte tenu des effets actuels de COVID-19 dans le monde entier, il n'est plus possible de tenir une ambitieuse et inclusive COP 26 en novembre 2020. Sa reprogrammation permettra que toutes les parties soient pleinement dédiées aux questions à débattre lors de cette conférence vitale et de disposer de plus de temps pour les préparatifs nécessaires", explique la Ccnucc.

Les plans de relance passés au crible

"Le COVID-19 est la menace la plus urgente à laquelle l'humanité est confrontée aujourd'hui, mais nous ne pouvons pas oublier que les changements climatiques sont la plus grande menace à laquelle l'humanité est confrontée à long terme", explique Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la Ccnucc. "Bientôt, les économies vont redémarrer. Ce sera une opportunité pour les pays de mieux se redresser, d'inclure les plus vulnérables dans ces plans et de façonner l'économie du XXIe siècle de manière propre, verte, saine, juste, sûre et plus résiliente".

Les plans de relance qui suivront la sortie de crise seront ainsi passés au crible et serviront de véritables tests pour que les États rehaussent bel et bien leur ambition climatique en amont du sommet climatique. "Le report de la COP 26 offre l’occasion et le temps de revoir les NDC et les stratégies à long terme. Les plans de relance doivent s'appuyer sur la transition écologique et l'accélérer", estime Laurence Tubiana, cheville ouvrière de l’Accord de Paris en 2015.

"Les gouvernements ont maintenant le choix : nous enfermer dans des décennies de dépendance aux combustibles fossiles ou se concentrer sur la santé des gens, les emplois et les besoins pour des systèmes énergétiques résilients et décentralisés basés sur des sources renouvelables. La pandémie de coronavirus met en relief la façon dont le système actuel fait échouer les plus vulnérables et génère de multiples crises, y compris la dégradation du climat", complète Anna Vickerstaff, chargée de campagne au sein de 350.org.

Changement dans l'ordre de priorité

À ce jour, six États ont publié de nouveaux engagements, représentant 2,8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre : les îles Marshall, le Suriname, la Moldavie, la Norvège, Singapour et le Japon. Ce-dernier vient juste de publier son NDC révisée, en pleine crise du coronavirus, avec des objectifs inchangés par rapport à 2015 alors qu’il représente plus de 3,7 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Mais avec le report de la COP26, le gouvernement japonais va peut-être revoir sa copie qualifiée de "honteuse" par les ONG.

Ce report arrange en tout cas les affaires de l’Union européenne qui va avoir une chance de prendre réellement le leadership climatique. Bruxelles a lancé une étude sur les impacts d’une rehausse des objectifs à 2030, dont les résultats connus d’ici l’été, n’auraient pas permis un vote d’ici novembre. Les élections américaines, prévues en novembre, pourraient aussi changer la donne si Donald Trump n'était pas réélu. Le Royaume-Uni et l'Italie, qui accueilleront la COP et la pré-COP26, prendront respectivement en 2021 la présidence du G7 et du G20. De quoi mobiliser largement ! 

Outre le climat, les événements liés à la biodiversité ont également été reportés alors que 2020 devait constituer une année charnière sur ces deux sujets. La COP15 Biodiversité qui devait se tenir en Chine en octobre a été repoussée, et le Congrès mondial pour la Nature, prévu à Marseille en juin, a aussi été reporté à janvier 2021. "Une fois le calendrier clarifié, il faut espérer que la mobilisation pourra reprendre", indique Aleksandar Rankovic, expert à l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri). Le risque est toutefois qu'avec cette crise sanitaire majeure, le ralentissement brutal des économies et le risque de chômage massif, on assiste à un "changement dans l'ordre de priorité", reconnait cet expert.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Tourisme surfrequentation calanques Noel Bauza de Pixabay

Tourisme : Victimes de surfréquentation, ces sites français limitent désormais leur accès

Face aux risques liés à la pandémie de Covid-19, les Français ont privilégié l'année dernière les voyages dans l'Hexagone, au risque de faire peser une forte pression environnementale sur des lieux touristiques trop fréquentés. En raison de l'afflux de visiteurs, certains sites comme les Calanques,...

Heart Pixabay @Alicia3690 grande barrière de corail Australie

La géoingénierie pour sauver la planète : blanchir les nuages pour refroidir la mer

Faire de l’ombre sur la planète avec des nuages bien blancs, c’est la solution imaginée par des scientifiques pour refroidir la Terre et limiter les effets du réchauffement climatique. En Australie, une équipe de chercheurs teste l’idée en la cantonnant au-dessus de la Grande barrière de corail,...

Californie incendie electricite JOSH EDELSON AFP

Entre les vagues de chaleur et les incendies, le système électrique américain vacille

La Californie, cinquième puissance économique mondiale, dévastée par les incendies et les températures extrêmes, s'habitue à être plongée, par intermittence, dans le noir. Le réseau d'électricité de l'ouest américain a dû mal à résister aux impacts du changement climatique. Les opérateurs sont...

Phytoplankton @FotoshopTofs Pixabay

La géoingénierie pour sauver la planète : fertiliser les océans pour augmenter le captage du CO2

La solution serait simple et peu coûteuse, il s'agirait de transformer l'océan en une gigantesque pompe à CO2 en boostant le développement de microalgues, capteurs de gaz carbonique, grâce à un engrais : le sulfate de fer. Si la méthode semble prometteuse, elle est aujourd'hui interdite à grande...