Publié le 20 novembre 2019

ENVIRONNEMENT

[Génération climat] "Ok Boomer" : une formule qui symbolise la fracture entre les générations sur le climat

Ce sont deux mots qui claquent comme un fouet. "OK, Boomer" est la nouvelle expression utilisée par la jeunesse pour dénoncer la condescendance des personnes issues du baby-boom, sur la question climatique notamment. La formule s'est largement popularisée depuis qu'une députée néozélandaise de 25 ans l'a utilisée en plein hémicycle. Voici le neuvième épisode de notre série consacrée à la mobilisation des jeunes pour le climat.

Greta thunberg et les jeunes qui attaquent l etat climat
Ok Boomer est une expression qui pourrait être traduit par "Cause toujours Boomer"
@Our Children's Trust

"OK Boomer marque la fin des relations amicales entre génération". Voilà comment le New York Times qualifie cette expression venue des États-Unis et qui a provoqué un buzz sur les réseaux sociaux. À l’origine de cette popularisation, la députée écologiste néozélandaise de 25 ans Chlöe Swarbrick. Dans un discours sur le changement climatique, elle déclarait le 4 novembre. 

"En 2050, j’aurai 56 ans. Pourtant, en ce moment, dans cette Assemblée, la moyenne d’âge est de 49 ans", déclarait-elle avant d’être interrompu par un collègue qui, selon The Washington Post, se moquait de son âge. Elle l’a donc tancé d’un "OK Boomer" pour le faire taire, avant de poursuivre son discours. Cela pourrait-être traduit par "Cause toujours vieux", boomer faisant référence à la génération des baby-boomers nés entre 1945 et 1965 environ.

Cette expression cristallise le ressentiment des jeunes envers les personnes d'une autre génération qui peuvent parfois se montrer condescendantes face aux angoisses liées au changement climatique des plus jeunes. On a ainsi vu nombre d’hommes politiques dire à Greta Thunberg, la jeune activiste suédoise qui a entamé une grève scolaire, de "retourner à l’école". 

Les jeunes dénoncent la condescendance des "boomers"

"Nous grandissons et nous arrivons à l’âge adulte, et nous réalisons que les générations précédentes ont décidé de foutre en l’air notre planète, de créer des guerres sans fin et de gâcher notre économie", a déclaré sur Instagram Live la députée américaine Alexandria Ocasio-Cortez. "OK Boomer" dénonce la responsabilité des générations précédentes sur le dérèglement climatique. Mais, en réalité, cette formule reflète un sentiment plus global. "Ça veut dire : on ne va pas donner plus d’explications, car on sait que les baby-boomers n’écoutent pas nos explications", a expliqué à l’AFP Nina Kasman, étudiante de 18 ans dans l’État de l’Illinois aux États-Unis. 

Avant d’arriver aux oreilles du grand public, c’est sur le réseau Tik Tok, très populaire chez les jeunes, que l’expression "OK Boomer" s’est développée. Dans une vidéo, un homme aux cheveux blancs, casquette de baseball vissée sur la tête, sermonne cette génération qui n’accepte pas "la réalité". "Les Millenials et la génération Z ont le syndrome de Peter Pan, ils ne veulent pas grandir", blâme-t-il alors qu’un jeune, lassé, griffonne un "Ok Boomer" sur son cahier, en guise de réponse. Sa vidéo sera vue des centaines de milliers de fois.

"Les générations plus vieilles ont grandi avec une mentalité très particulière et notre perspective est différente aujourd’hui", explique Shannon O’Connor, 19 ans, au New York Times. "Beaucoup d’entre eux ne croient pas au réchauffement climatique, ne pensent pas que des gens peuvent avoir un travail lorsqu’ils se teignent les cheveux, et ils sont nombreux à être têtus là-dessus. Les adolescents leur répondent : "Ok boomer." C’est pour dire "Ok, on va te montrer que tu as tort, que nous allons quand même réussir, parce que le monde change".

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

+50°C en Australie, +43°C en Argentine, +44°C en Uruguay : la planète brûle

Une chaleur étouffante s'abat dans l'hémisphère sud, de la côte ouest de l'Australie jusqu'à l'Argentine, en passant par l'Uruguay où un nouveau record vient d'être battu. Les températures dépassent la barre des 40°C, voire même des 50°C comme ce fut le cas en Australie, menaçant la santé des...

Travail en groupe reflexion transition empreinte carbone collaboration istock dorian2013

Climat : MyCO2 propose de se sevrer des énergies fossiles sur le modèle des Alcooliques Anonymes

Et si la solution pour passer à l'action était de faire ça en groupe. C'est le pari de Carbone 4, qui vient de lancer MyCO2. Le cabinet spécialisé dans la transition écologique propose des conférences interactives assez courtes et gratuites pour permettre à chacun de calculer sa propre empreinte...

Inondations riviere pixabay

Le coût des catastrophes climatiques en France pourrait doubler d'ici 2050

Des sécheresses plus fréquentes, des inondations plus coûteuses et une facture qui pourrait doubler sur les trente prochaines années, si on prend le scénario le plus pessimiste. C'est le panorama que dresse la Fédération française de l'assurance (FFA) pour l'avenir. Le réchauffement climatique est...

Temperature chaleur italie Antonio Masiello GETTY IMAGES EUROPE Getty Images via AFP

Changement climatique : Les sept dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, et ce n’est que le début

2021 ne fait pas exception et se place parmi les années les plus chaudes alors que nous battons des records depuis 2015. La température moyenne mondiale par rapport à l'ère pré-industrielle a déjà augmenté de 1,1 à 1,2°C. Les conséquences sont déjà visibles et vont encore s'accentuer. Des chercheurs...