Publié le 02 juillet 2019

ENVIRONNEMENT

Épinglé par Greta Thunberg, le gouvernement français est accusé d’avoir délogé violemment des militants pacifiques pour le climat

Se retrouver sur le fil Instagram de Greta Thunberg, visage mondial de la lutte pour le climat, et y être dénoncé pour une répression trop brutale de militants pacifiques en faveur du climat. Telle est la très mauvaise image qui vient frapper le gouvernement français, assurant pourtant pourtant avoir donné un virage écologique au quinquennat. Ce sont 300 militants d’Extinction Rebellion qui ont été aspergés assez gratuitement de gaz lacrymogène sous l’objectif des smartphones présents.

Samedi 28 juin, des militants d'Extinction Rebellion ont manifesté au pont de Sully à Paris en faveur du climat.
@MathiasZwick/HansLucas

"Aujourd'hui, des militants français pacifiques du climat et des écoliers grévistes à Paris ont été aspergés de gaz lacrymogène. Le même jour, il faisait 45,9 ° en France en juin (…) Ce n'est pas "la nouvelle normale", écrivait sèchement la militante suédoise Greta Thunberg sur son compte Instagram comptant 2,1 millions d’abonnés.

Insta Greta

C’est sans doute le pire bad buzz possible pour ce gouvernement qui a assuré avoir engagé un tournant écologique. Et c’est du pain béni pour les opposants politiques. Le député européen (EELV) Yannick Jadot et le premier secrétaire du PS Olivier Faure ont crié au "scandale". La députée France insoumise Mathilde Panot y voyant le symbole de "l'autoritarisme fort contre les militants écologistes" pratiqué, selon elle, par le gouvernement.

"C'est indigne d'avoir des jeunes qui se battent pour notre climat, qui se battent pour notre avenir... et la seule réaction du gouvernement ce n'est pas d'agir, c'est de leur balancer des gaz lacrymogènes. Ça, c'est scandaleux", a dénoncé Yannick Jadot sur BFMTV et RMC, rappelant que les "jeunes ont fait de l'écologie la première force politique pour les Européennes" (en réalité, la quatrième en termes de nombre de députés au Parlement, ndr).

De Rugy justifie le gazage

"Au lendemain de ces images, le gouvernement aurait dû s'excuser, il aurait dû dire "c'est insupportable". On ne peut pas avoir dans ce pays des forces de l'ordre qui se mettent à gazer à bout portant des manifestants pacifiques, assis", qui sont "20, 30, 40" et "ne sont pas des casseurs", a ajouté Olivier Faure. Pour l’heure, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a demandé un rapport au préfet de police de Paris sur "les modalités" de cette évacuation.

De son côté, le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy justifie : "Au début les CRS appellent les manifestants à débloquer (...) Ce sont des manifestants très radicaux. Quand vous leur demandez pacifiquement de dégager la voie, ce qu'ont fait les forces de l'ordre avec des hauts-parleurs et qu'évidemment ils refusent (...) on est obligé de mobiliser des CRS pour prendre les personnes une par une et essayer de les enlever". Selon la préfecture de police, les forces de l'ordre sont intervenues pour faire "cesser l'entrave à la circulation générée par cette action".

Des arguments loin de convaincre certaines stars qui revendiquent leur militantisme vert, "Cher gouvernement français, pouvez-vous m'expliquer ces images ?  Insoutenables !", a réagi par exemple sur Instagram l'actrice Marion Cotillard. "Des activistes français et des étudiants en grève se font asperger de gaz lacrymogène alors qu'ils protestent pacifiquement, à Paris, contre une situation climatique désastreuse et trop ignorée", a-t-elle ajouté. Dans la foulée, le réalisateur et militant Cyril Dion, auteur du documentaire "Demain", avait annoncé qu'il refusait sa promotion dans l'ordre national du Mérite en raison de ces "violences".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Gilets jaunes champs elysees janvier 2019 Olivier Ortelpa Flickr

Un an après les Gilets jaunes, la taxe carbone est au point mort, mettant la transition énergétique française en péril

Un an après leur première mobilisation, les Gilets jaunes lancent un nouvel appel à manifester sur les Champs-Élysées, samedi 16 novembre, alors que tout rassemblement y est interdit depuis la mi-mars, à la suite du saccage de la célèbre avenue. Grand débat national, convention citoyenne sur le...

Manif etudiants manif climat AmisdelaTerre Twitter

[Édito] Climat et précarité, le cocktail explosif d'une jeune génération en colère

La jeunesse est dans la rue. Elle l’est pour sauver le climat, pointant du doigt l’inaction de leurs aînés en la matière. Et elle l’est pour des raisons sociales, unie sous le slogan "la précarité tue", alors qu’un étudiant s’est immolé après avoir perdu sa bourse. Ces deux combats, qui se...

Californie embouteillage CCO

En Californie, Toyota, General Motors, Fiat-Chrysler soutiennent Donald Trump plutôt que le climat

Trois grands constructeurs automobiles ont pris le parti de l’État fédéral contre la Californie, dans la bataille qui les oppose sur les normes d’émissions de gaz à effet de serre pour les véhicules. Toyota, General Motors et Fiat-Chrysler soutiennent la décision de l’administration de Donald Trump...

Capture 01

[Génération climat] Les étudiants du Réveil écologique publient un guide anti-greenwashing pour choisir leur futur employeur

Les étudiants passent à la vitesse supérieure. Après un manifeste signé par plus de 31 000 étudiants, le collectif Pour un réveil écologique publie un guide anti-greenwashing pour aider les étudiants à choisir leur futur employeur. Des outils qui augmentent un peu plus la pression exercée sur les...