Publié le 19 octobre 2015

ENVIRONNEMENT

COP21 : vive contestation du texte de négociation par les pays en développement

Alors que s’ouvre à Bonn l’ultime session de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), les délégués des pays en voie de développement ont vivement contesté la validité du texte de négociation présenté par les deux coprésidents début octobre. Et ils ont été entendus. Décryptage.

À Bonn, les représentants des 196 parties vont tenter de faire progresser les négocaitions climatiques en vue d'un accord à Paris à la fin de l'année.
Mathias Balk / DPA / AFP

C’est un sérieux coup de semonce dans le monde pourtant feutré de la diplomatie climatique. L’Afrique du Sud, s’exprimant au nom des 134 pays en voie de développement réunis au sein du groupe G77, a déclaré ce lundi 19 octobre pendant la séance d’ouverture que le texte présenté début octobre par les deux coprésidents s’apparentait à "de l’apartheid" pour les pays en voie de développement.

 

Un texte qui avantage les pays développés

 

Ce groupe, qui compte des poids lourds comme la Chine et l’Inde, juge le texte trop partisan, trop favorable aux pays développés. Il estime que les enjeux clés pour ses pays membres - à savoir le financement de l’adaptation au réchauffement climatique et celui du processus dit des "pertes et dommages" - ne sont pas assez pris en compte : de fait, aucun élément de langage employé dans le texte ne prévoit de mesures contraignantes pour les pays développés envers les pays en développement.

Pire encore pour des pays sujets à des phénomènes climatiques extrêmes, la question de la sécurité alimentaire a disparu du document présenté début octobre. "Le texte, sous sa forme actuelle, n'est constitué que des titres de chapitres. Rien de substantiel en-dessous", critique Saleemul Huq, du Centre international pour le changement climatique et le développement. "L’adaptation et le processus de pertes et dommages bénéficient bien de paragraphes séparés, ce qui est positif, mais les détails sur leur financement restent vagues ou sont absents".   

 

"Insertions chirurgicales"  

 

"Si le format est plus simple à l’emploi pour les négociateurs, le projet d’accord des co-présidents est aujourd’hui sous le feu des critiques car il manque cruellement d’ambition", analyse Pierre Cannet, responsable du programme Climat et Energie au WWF France. "Mais la tension peut être apaisée cette semaine si les ambitions du document sont considérablement renforcées, notamment par l’intégration d’un véritable mécanisme de 'l'ambition' tous les cinq ans" pour réévaluer à la hausse les engagements des pays.

C’est ce à quoi se sont attelés les pays en développement : ils ont exigé des co-présidents de pouvoir réintégrer dans le texte leurs revendications. Une réintégration présentée comme des "insertions chirurgicales" dans une ébauche d'accord déjà âprement discutée. Leur demande a été entendue.

Les négociations ont véritablement commencé.

Claire Stam, correspondante en Allemagne
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

COP21 : le nouveau brouillon du texte de négociation épuré et clarifié

A moins de deux mois de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris (COP21), les deux co-président de l’Assemblée des négociateurs aux Nations unies, l’Algérien Ahmed Djoghlaf et l’Américain Dan Reifsnyder, ont publié lundi 5 octobre un texte de négociation...

À quoi servent les contributions climatiques avant la COP 21 ?

Depuis février 2015 et la contribution de la Suisse, une centaine de pays ont soumis à l’ONU leurs " contributions climatiques ", appelées INDC (

Intended Nationally...

Carbon Risk : une application pour mesurer l'urgence climatique

Comment rendre concrets les impacts économiques et financiers du réchauffement climatique? C'est en essayant de répondre à cette question que notre application "Carbon Risk"est...

COP21 : les 100 milliards à portée de main

A Lima, au Pérou, les banques multilatérales viennent d’annoncer qu’elles consacreraient 15 milliards de dollars supplémentaires au climat d’ici 2020. L’enjeu est de donner du crédit à la promesse faite en 2009 par les pays du Nord de verser 100 milliards de dollars aux pays du Sud pour...

Chiffrer le coût de l’inaction, un tournant dans la prise de conscience climatique ?

En 2006, un rapport jette un pavé dans la mare climatique. Il évalue en effet le coût de l’inaction contre le changement climatique entre 5 % et 20 % du PIB mondial contre … 1 % pour celui de l’action ! Si ce rapport a fait grand bruit à l’époque, c’est aussi qu’il émanait non pas d’une...

Liu Yang Sheng : "La priorité pour la Chine, c'est de réduire le charbon"

Brocardée comme mauvaise élève des négociations internationales sur le climat à Copenhague en 2009, la Chine est aujourd’hui beaucoup mieux notée. En particulier grâce à ses forts investissements dans les énergies renouvelables. Liu Yang Sheng a créé Hao capital, un fonds de...

Désinvestissement des énergies fossiles : une arme contre le réchauffement climatique

Désinvestir. Le mot revient de plus en plus souvent dans le débat autour du réchauffement climatique. La campagne pour le désinvestissement des combustibles fossiles, relayée depuis plusieurs années par l’organisation non gouvernementale (ONG) 350.org, est en train de porter ses fruits. De...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Session a bonn negociations internationales CCNUCC

La crise du Covid-19 est l’occasion de réinventer les négociations climat et biodiversité, aujourd’hui à bout de souffle

Congrès mondial de la nature, sommet biodiversité de New York, COP15 sur la diversité biologique, COP26 sur le climat : tous les grands événements environnementaux de 2020 ont été reportés à l’année prochaine en raison de la crise du Covid-19. Une occasion manquée ou une opportunité pour accélérer...

Transition energetique solaire eolienne iStock LeoWolfert

163 grands patrons de multinationales réclament une relance post-Covid zéro carbone

Les patrons de 163 grandes sociétés comme Nestlé, Accor, Orange, Schneider Electric, Ecovadis, Sopra Steria ou Suez demandent aux gouvernements et décideurs d’aligner leurs efforts de relance avec l'ambition d’atteindre la neutralité carbone bien avant 2050. Ces entreprises ont déjà elles-même...

Ursula von der leyen Parlement europeen 130520

La Commission européenne mise sous pression pour allier relance économique et Green Deal

Plus d'un million de citoyens, une centaine d’ONG environnementales, des dirigeants d’entreprises et 18 États membres réclament un grand plan de relance vert, au cœur duquel le Green Deal (Pacte vert) doit jouer un rôle central. Le think tank Jacques Delors propose quant à lui un plan...

Urgence climatique autorite de regulation

Huit autorités de régulations françaises veulent faire de l'urgence climatique leur priorité

Ce sont des organismes qui sont chargés de la surveillance des banques, de la régulation des transports, de la protection de nos données numériques, mais ils n'oublient pas la crise climatique. Huit autorités de régulations françaises dont le Conseil supérieur de l'audiovisuel et l'Autorité des...