Publié le 03 juillet 2015

ENVIRONNEMENT

COP 21 : les objectifs sud-coréens de réduction d'émissions de CO2 très insuffisants

La Corée du Sud a publié le 30 juin dernier sa contribution climatique en vue de la COP 21. Ses objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre sont très modestes. Séoul se fixe comme ambition une diminution de ses émissions de 37 % par rapport à un scénario " business as usual". En 2009, le pays s'était déjà engagé à une réduction de 30 % d'ici 2020 par rapport à ce scénario. Un effort très léger qui ne répond pas à l’urgence climatique.

Séoul, la capitale sud-coréenne, sous un nuage de pollution.
Johan_kok / istock

Quelques heures après la très attendue contribution chinoise sur le climat, c’est son voisin Sud-Coréen qui a fait connaître ses objectifs d’ici à 2030 pour lutter contre le changement climatique. La contribution du 12ème émetteur mondial de gaz à effet de serre était elle aussi très attendue, même si elle a été éclipsée par les annonces climatiques de Pékin.

Le gouvernement Sud-Coréen a opté pour une réduction de 37 % de ses émissions par rapport à un scénario d’émissions non contrôlées, dit scénario business as usual ("les affaires avant tout"), le programme de projection utilisé prédisant un pic d’émission à 850 millions de tonnes de CO2 en 2030.

Une réduction de 37 % reviendrait à ramener les émissions sud-coréennes à environ 536 millions de tonnes en 2030, en lieu et place des 669 millions de tonnes émises en 2012. L’objectif, s’il peut paraître ambitieux, n’est pourtant pas à la hauteur des enjeux climatiques.

Si l’on compare l’évolution des émissions du pays entre 1990 et 2030, les émissions auront augmenté de plus de... 78 %, à mettre en parallèle avec les 40 % de réduction prévus en Europe ou avec les 17 % de réduction consentis par les Américains sur cette même période. La Corée du Sud fait donc figure de mauvaise élève, car elle se situe au 12ème rang des pays les plus émetteurs du monde.

L’objectif de diminution de 37 % fixé à 2030 est étonnamment faible au regard de l’objectif intermédiaire pris en 2009. Il consistait à réduire de 30 % les émissions par rapport à un scénario business as usual d’ici 2020. Cela signifie que si Séoul parvient à tenir son engagement en 2020 (ce qui n’est pas garanti), la réduction sur la décennie 2020-2030 ne sera que d’une douzaine de millions de tonnes de CO2, soit une réduction annuelle de… 0,2 %.

 

L’hyper-dépendance coréenne aux énergies fossiles

 

Le choix d’un objectif calé sur un scénario de non-maîtrise des émissions peut également surprendre. Ce type d’engagement laisse la possibilité aux économies émergentes, au nom du droit au développement, d’atteindre leur pic d’émission plus tard que les économies modernes, dont le taux de croissance est faible. Or, en tant que 13ème puissance économique mondiale, la Corée du Sud ne se classe pas dans la catégorie des puissances émergentes.

Pour comprendre ce choix politique, il faut notamment se référer à la composition du mix énergétique du pays, constitué à 75 % d'énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon).

Le pays disposant de peu de ressources, il importe une très grande part des énergies fossiles qu’il consomme. Dans ce mix énergétique, la part d’énergies sobres en carbone ne dépasse pas 17 % de la consommation nationale. Les énergies renouvelables ne représentent quant à elles que 2 % du total. Trop peu pour répondre à la demande en électricité, qui ne cesse de croître. À l’avenir, le pays devra massivement investir dans les énergies renouvelables s’il souhaite conserver son indépendance énergétique et réduire ses émissions.

 

Un objectif loin d’être suffisant

 

Dans son 5ème rapport, paru en 2014, le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) recommande une réduction de 40 à 70 % des émissions mondiales d’ici à 2050. Plusieurs grandes économies se sont avancées vers des objectifs réellement ambitieux, à l’instar de l’Allemagne, qui espère réduire ses émissions de 80 à 95 % d’ici 35 ans.

Dans une déclaration à la presse, Ban Ki-moon s’est pourtant félicité de l’annonce des objectifs sud-coréens pour lutter contre le changement climatique. Pour le Secrétaire général de l'ONU, ces annonces officielles "représentent une contribution importante pour construire une dynamique et renforcer les perspectives de parvenir à un nouvel accord significatif sur le changement climatique lors de la COP 21 à Paris à la fin de l'année".

Gary Dagorn
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climat : La Chine publie une contribution prudente avant la COP 21

En visite officielle en France, Li Keqiang, le Premier ministre chinois, a dévoilé le contenu de la contribution de Pékin avant le sommet climatique de Paris (COP 21). La Chine se donne pour objectif d'atteindre son pic d'émissions de gaz à effet de serre en 2030 au plus tard. Le pays le...

Les Pays-Bas condamnés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre

C’est une première et elle risque de mettre la pression sur les États. La justice néerlandaise vient de condamner le pays à réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 25% d’ici 2020. Un niveau bien plus élevé que les 17% que les Pays-Bas auraient atteint sinon. L’ONG Urgenda...

COP 21: des territoires mobilisés mais qui rechignent à s'entendre sur un objectif chiffré

Le sommet mondial climat et territoires de Lyon s'est achevé par une déclaration de bonnes intentions de la part des collectivités locales du monde entier. Toute leur bonne volonté n'aura pas suffi: elles n'ont pas réussi à s'accorder sur des objectifs concrets de lutte contre le...

Gilles Vermot Desroches (Schneider Electric) : "Les collectivités locales ont besoin des solutions des entreprises"

Le Sommet mondial Climat et Territoires, qui se tient ces 1er et 2 juillet à Lyon, réunit près d'un millier d'acteurs territoriaux : des collectivités locales, mais aussi des entreprises comme Schneider Electric, qui travaille en coopération étroite avec celles-ci. Entretien avec son...

Fermetures de 5 centrales à charbon : vers la fin d’une époque en Allemagne

COP 21 : Les territoires veulent peser sur la négociation climatique

Le Sommet mondial Climat et Territoires ouvre ce mercredi à Lyon. Il va accueillir un millier d’acteurs non-étatiques : des élus locaux, des responsables d’ONG, des chefs d’entreprises ou encore des représentants de syndicats, qui vont ensemble signer une déclaration et prendre des...

Canada: l'Alberta va doubler sa taxe carbone

Risque climatique : les agences de notation appelées à la vigilance

Leur responsabilité a largement été reconnue dans la crise financière de 2008. Les agences de notation sont-elles sur le point de reproduire les mêmes erreurs en minimisant les risques liés au réchauffement climatique ? C’est la question que se posent les experts du CIEL (Center for...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Integration enjeux ecologique programme enseignement superieur

Les directeurs et enseignants du supérieur appellent à l'intégration des enjeux écologiques dans les formations

C'est au tour des directeurs d'établissement et des enseignants du supérieur de se mobiliser. Ils sont plus de 6 000 à avoir signé un appel du Shift project réclamant plus de formations sur les enjeux écologiques et climatiques dans les programmes. Une lacune que les écoles et universités commencent...

Desobeissance civile extinction rebellion Raphael Kessler Hans Lucas

[Génération climat] La désobéissance civile : des actions radicales qui attirent une jeunesse dans l'urgence

Les actions de désobéissance civile connaissent un nouveau souffle en France, en partie portées par un attrait de la jeunesse pour des méthodes plus radicales. Les pétitions et les marches ne suffisent plus à répondre au sentiment d'urgence de cette génération, la première à connaître les...

Adaptation changement climatique mangrove CC0

[Infographie] Adaptation au changement climatique : investir 1 800 milliards de dollars et en gagner 7 000

La Commission mondiale sur l'adaptation, créée en octobre 2018 par le philanthrope Bill Gates, publie son premier rapport sur l’urgence de l’adaptation au changement climatique. Elle estime qu'investir 1 800 milliards de dollars dans cinq actions prioritaires permettrait d’engendrer plus de 7 000...

Letitia James procureure de New York Matt Cohen

Climat : la politique pro-charbon de Donald Trump attaquée par 22 États et 7 grandes villes

Aux États-Unis, 22 États et 7 grandes villes ont décidé de porter plainte contre la politique environnementale du gouvernement. Les plaignants dénoncent la nouvelle réglementation de l'administration Trump qu'ils jugent inefficace à la fois pour lutter contre le changement climatique et la...