Publié le 31 août 2015

ENVIRONNEMENT

COP 21 : la pression monte à 90 jours du sommet climatique de Paris

"Nous n’avons plus de temps à perdre". À moins de 100 jours de la conférence onusienne sur le climat, qui se tiendra à Paris à partir du 30 novembre, c’est ce qu’est venu marteler Ban Ki Moon, secrétaire général des Nations Unies, lors d’un déplacement dans la capitale le 26 août. Les négociateurs vont d’ailleurs reprendre leurs travaux cette semaine pour une avant-dernière session préparatoire de la COP 21 à Bonn, en Allemagne. Et les événements officiels et officieux se multiplient pour faire avancer les points les plus cruciaux d'un futur accord, comme la question du financement.

Le ministère français des affaires étrangères mobilisé en vue de la COP 21.
Antonin Amado / Novethic

"Cela fait 23 ans que nous négocions, nous n’avons plus de temps à perdre car le changement climatique est là. Chacun doit prendre ses responsabilités, Paris constitue la date butoir. Je demande aux dirigeants du monde entier d’accélérer les négociations et d’aller dans une direction claire" a déclaré Ban Ki Moon à Paris, lors de la semaine des Ambassadeurs qui a eu lieu à Paris du 24 au 28 août.

Le traditionnel rendez-vous de rentrée pour la diplomatie française a cette fois été largement marqué du sceau climatique. Le secrétaire général des Nations Unies a ainsi demandé à l’ensemble des diplomates français en poste à l’étranger d’user de leur influence pour mobiliser tous les pays, afin de parvenir à un accord à la fin de l’année. "Je suis sûr que nous parviendrons à un succès, car nous sommes à un moment historique", a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse qui s’est tenue dans la foulée.

 

Le temps presse : plus que 10 jours de négociations avant la COP 21

 

Un nouveau round de négociations préparatoires débute ce lundi à Bonn, en Allemagne, pour 5 jours. Y seront notamment examinées les avancées de l’été. Fin juillet en effet, une réunion - considérée comme "informelle" en raison de son caractère non officiel - d’une cinquantaine de ministres, représentatifs de l’équilibre des forces en présence dans la négociation, s’étaient accordés sur des points cruciaux, comme la pérennité du futur accord de Paris, ou la révision à la hausse des contributions étatiques (INDCs) tous les 5 ans. Des avancées saluées par l’ensemble des États parties à la négociation qui ont eu connaissance par la suite d’un document résumant l’état des discussions.

Puis, toujours fin juillet, le texte restructuré de l’accord présenté par les deux co-présidents de l’assemblée des négociateurs, l’Algérien Ahmed Djoghlaf et l’Américain Daniel Reifsnyder, avait lui aussi été salué comme un outil intéressant pour la suite des négociations, même s’il doit encore être amélioré.

 

La question du financement de plus en plus pressante

 

Mais si avancées il y a, celles-ci restent trop lentes au goût de bien des acteurs. À partir d’aujourd’hui, il ne reste que 10 jours de négociations officielles avant le sommet de Paris, et les points de discussion restent nombreux, sur le fond comme sur la forme de l’accord.

Reste notamment l’épineuse question du financement, qui doit être abordée dans les détails en septembre/octobre. "Si nous voulons réussir à Paris, il ne faudra pas seulement des engagements politiques. Il faudra des financements. C’est là que nous devrons mobiliser toutes les solutions et les énergies", a ainsi déclaré François Hollande, lors de la semaine des Ambassadeurs.

Le président de la République française en a ainsi profité pour annoncer le rapprochement de l’AFD (Agence française de développement) avec la Caisse des Dépôts, rapprochement dont les modalités seront précisées dans les prochains jours et qui devrait permettre à la France de disposer, "comme en Allemagne, d’une véritable agence de financement mieux dotée, mieux équipée et qui sera encore plus liée avec les collectivités locales et les entreprises, à l’exemple de ce que fait déjà la BPI (Banque publique d’investissement). L’AFD y gagnera un ancrage, des ressources, et sera dotée d’un nouveau projet, de nouveaux moyens au service du développement de la transition énergétique et du rayonnement de la France", a assuré François Hollande.

Une annonce destinée à rassurer les pays du Sud sur la réalité des financements climat Nord-Sud, absolument cruciale pour amener les pays en développement à rallier l’accord de Paris. "Il est impératif que les pays développés donnent des éclaircissements sur le sujet des 100 milliards de dollars", a ainsi insisté Ban Ki Moon. Une somme qu’ils se sont engagés à fournir chaque année à compter de 2020, en faveur des pays en développement, pour les aider à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et s’adapter d’ores et déjà au changement climatique. La question de la part des fonds privés et publics censés alimenter ce fonds n'est pas encore tranchée.

Le financement sera donc LE gros sujet de la prochaine "informelle" des ministres qui réunira ceux des Finances les 5 et 6 septembre prochains, toujours à Paris. Puis à New York, lors du sommet sur le développement durable de l’ONU où une journée sera consacrée au climat, le 27 septembre prochain. Mais c’est surtout en octobre (du 9 au 11), à Lima au Pérou, que sont attendues les décisions, lors des assemblées d’automne de la Banque mondiale et du FMI. La question devrait aussi être à l’ordre du G20, qui se tiendra du 15 au 16 novembre à Antalya, en Turquie.

D’ici là, on devrait aussi obtenir la presque totalité des engagements des États parties en matière de lutte contre le changement climatique. L’Inde, le Brésil et l’Indonésie sont particulièrement attendus et devraient publier bientôt leur contribution à l’effort climatique. À date, 56 États, représentant plus de 60 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales, ont rendu leur copie (les fameux INDC sont consultables ici). Elles sont encore largement insuffisantes pour espérer limiter le réchauffement global de la planète à 2° C.

Concepcion Alvarez et Béatrice Héraud
© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climat : Total se retire officiellement du charbon

COP 21 : François Hollande met la transition énergétique au menu de sa rentrée politique

À 100 jours de la Conférence mondiale sur le climat qui se tiendra à Paris fin novembre, le président de la République met le cap sur les énergies renouvelables. Et insiste sur l’importance d’un accord international sur le climat. Un nouvel élan qu'il a voulu lancer le 20 août lors de sa...

Le Conseil Constitutionnel valide l'essentiel de la loi sur la transition énergétique

Le Conseil constitutionnel a validé, jeudi 13 août, la loi sur la transition énergétique adoptée le 22 juillet dernier à l’Assemblée nationale. Le Conseil, saisi par 60 sénateurs Les Républicains au lendemain du vote, et rejoints par 60 députés du même parti quatre jours plus tard, a...

Climat : l’Australie publie une contribution décevante pour la COP21

L’Australie a finalement publié mardi 11 août son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Tony Abbott a annoncé une réduction de 26 à 28 % des émissions en-dessous des niveaux de 2005, d’ici à 2030. Qualifié de "juste" et d’"ambitieux" par le Premier ministre...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Les moules peuvent limiter le rechauffement climatique Pixabay

[Calendrier de l'Avent] Les moules peuvent nous sauver du réchauffement climatique

On le sait peu, mais les moules sont de véritables puits de carbone. Une nouvelle étude révèle même que leur production limite le réchauffement climatique. Jusqu’à Noël, Novethic vous propose d’ouvrir une case de son calendrier de l’Avent. Chaque jour, vous découvrirez une bonne nouvelle qui prouve...

Sport jeux olympiques biathlon Martin Fourcade JulienCrosnier DPPIMedia

COP24 : Le monde du sport veut monter sur le podium de la lutte contre le réchauffement climatique

Le monde du sport doit s'associer à l'effort pour endiguer le réchauffement climatique. Et le Comité international olympique (CIO) a l'intention de montrer la voie, a déclaré cette organisation lors de la 24e conférence de l'ONU sur le climat, en cours à Katowice en Pologne.

Woodside petroleum 1 North Ranking Complex Detail

Climat : Woodside, premier énergéticien australien, se convertit à la taxe carbone

Le géant énergétique australien Woodside a demandé au gouvernement de réintroduire un système de taxe carbone. Un revirement de la part du pétrolier qui s'était jusqu'à maintenant fermement opposé à une telle mesure. Il rejoint les géants miniers BHP et Rio Tinto qui affirment vouloir agir face au...

Defile de mode Benjamin Suomela

COP24 : Adidas, Burberry, H&M, Puma... 43 marques de mode s'engagent à réduire leurs émissions de CO2

Les annonces se multiplient à la COP24 de Katowice à Pologne. Cette fois, ce sont 43 enseignes de mode, parmi les plus émettrices, qui s'engagent à réduire leurs émissions de 30 % d'ici 2030. Parmi les signataires de la charte pour l'action climatique, on trouve Gap, Esprit, Inditex, H&M ou encore...