Publié le 11 août 2015

ENVIRONNEMENT

Climat : l’Australie publie une contribution décevante pour la COP21

L’Australie a finalement publié mardi 11 août son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Tony Abbott a annoncé une réduction de 26 à 28 % des émissions en-dessous des niveaux de 2005, d’ici à 2030. Qualifié de "juste" et d’"ambitieux" par le Premier ministre australien, cet objectif est cependant loin d’être suffisant pour lutter contre le réchauffement climatique.


La centrale au charbon de Bayswater Power Station, en Australie

À quelques mois de la COP 21, le dernier des pays développés à ne pas avoir publié sa contribution volontaire se faisait attendre. La contribution dévoilée ce mardi par le 13ème émetteur mondial prévoit de réduire d’ici 2030 de 26 à 28 % les émissions de GES (gaz à effet de serre) en-dessous des niveaux de 2005. Pour atteindre cet objectif, le pays espère porter la part des énergies renouvelables à 23 % en 2020, et augmenter l’efficacité énergétique d’au moins 40 % sur les quinze prochaines années.

 

Un objectif bien en-dessous du minimum nécessaire

 

En conférence de presse, le Premier ministre Tony Abbott a vanté "l’ambition" de l’Australie, promettant d’être "un participant très constructif" à la COP 21 qui se tient en décembre 2015 à Paris : "Nous ne sommes pas en tête, mais nous ne sommes certainement pas à la traîne", a-t-il déclaré.

Rapporté à 1990, la baisse n’est pourtant que de 6,6 %. C’est bien moins que la plupart des pays développés comme l’Union Européenne (-40%) ou la Russie (-25%). Elle est également inférieure à la contribution des États-Unis, qui prévoient la même baisse que l’Australie mais sur une période plus courte (2005-2025).

Surtout, l’objectif australien paraît très insuffisant si l’on se fie aux recommandations des climatologues. Un groupe d’experts de l’autorité australienne sur le changement climatique a estimé que le pays devrait réduire de plus de 60 % ses émissions par rapport à 2005 afin d’être compatible avec un réchauffement contenu sous la barre des 2°C. L’organisation Oxfam chiffre quant à elle cette réduction à 65 %.

 

Une annonce "défaitiste" et "insuffisante" pour les ONG

 

De nombreuses organisations n’ont pas tardé à réagir à l’annonce du gouvernement australien, critiquant l’insuffisance d’une telle contribution : "le gouvernement semble décidé à se plier aux ordres des gros pollueurs et à maintenir notre économie dépendante des énergies du siècle dernier : le charbon et le gaz", regrette l’Australie Conservation Foundation, qui juge l’objectif de réduction entériné par l’Australie "défaitiste".

L’association australienne Climate Council a également fait part de sa déception : "Non seulement cet objectif est largement insuffisant pour protéger les Australiens des impacts du changement climatique, mais il ne représente tout simplement pas une contribution équitable au regard de l’effort mondial pour garder le réchauffement climatique sous contrôle."

Lors de la conférence de presse, Tony Abbott a défendu son plan, estimant que le gouvernement devait aussi "être responsable au niveau économique". "Nous devons réduire nos émissions d’une manière compatible avec une croissance forte et continue", a-t-il ajouté.

Le docteur Helen Szoke, à la tête d’Oxfam Australie, estime quant à elle que le vent peut encore tourner : "Il est important de comprendre que cet objectif est provisoire. Il est encore temps pour l’Australie de fixer un cap plus ambitieux à Paris", a-t-elle conclu.

Gary Dagorn
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Glacier italie istock

Effondrement d’un glacier en Italie, typhon en Chine, canicule… un week-end catastrophe sous le signe du changement climatique

Ce week-end, des évènements extrêmes liés au changement climatique se sont enchaînés partout dans le monde. Alors qu’un glacier s’est effondré en Italie après un record de chaleur, un typhon s’est abattu sur la Chine. Autant de phénomènes qui nous rappellent l’urgence à agir et à s’adapter comme à...

EP ok jpg

"Non, il ne faut pas arrêter de faire des enfants pour sauver la planète", selon Emmanuel Pont

"Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ?". C'est la question à laquelle répond Emmanuel Pont dans son dernier livre alors que nous serons bientôt 8 milliards d'êtres humains sur Terre. Il revient ainsi sur l’étude polémique de 2017 qui avait évalué le "poids" écologique d’une...

Dont look up pop culture influence climat netflix

Mobilisation climatique : la pop culture plus efficace que le rapport du GIEC

Climat, limites planétaires, perte de biodiversité… Les rapports scientifiques se multiplient pour nous pousser à agir face à l’urgence écologique, mais peinent à toucher le grand public. Pour changer d’échelle, la culture populaire a un rôle à jouer. Dans une nouvelle étude, l’Ademe et Place to B...

Elisabeth borne Julien de rosa afp

Les ministres et haut-fonctionnaires vont être formés aux enjeux écologiques

Le gouvernement a entendu l’appel de la société civile. Alors qu’une pétition réclamait la formation des ministres aux enjeux environnementaux, la Première ministre Élisabeth Borne a approuvé leur demande. En plus des équipes ministérielles, 25 000 fonctionnaires cadres devraient être formés. Si...