Publié le 04 septembre 2015

ENVIRONNEMENT

COP 21 et contributions INDC : vers un réchauffement de 3°C ?

Les contributions volontaires des États en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre sont insuffisantes et inadaptées, selon le Climate Action Tracker (CAT), une alliance de quatre organismes de recherche sur le climat. Selon eux, bien loin du scénario cible des 2°C, les engagements actuels des États mèneraient vers un réchauffement d’environ 3°C.

Mine de charbon aux Etats-Unis.
istock

À l’heure où les négociations pré-COP 21 qui se déroulent à Bonn, en Allemagne, semblent avancer "à pas d’escargots" comme Ban Ki-moon l’a récemment souligné, c’est un avertissement supplémentaire qu’adresse le Climate Action Tracker (CAT) dans un communiqué daté du 2 septembre.

"Les objectifs climatiques soumis aux Nations-Unies par les États conduisent à des émissions mondiales bien supérieures aux niveaux requis pour maintenir le réchauffement sous les 2°C", a déclaré ce consortium de quatre instituts de recherche sur le climat.

 

L’objectif des 2°C bientôt "inatteignable" ?

 

Selon les estimations du CAT, les contributions climatiques  des États - appelées INDC (Intended Nationally Determined Contribution) - sont largement insuffisantes pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique. Le fossé entre les réductions projetées et les réductions nécessaires est de 17 à 21 milliards de tonnes pour l’année 2030.

Cela signifie que les gouvernements doivent revoir à la hausse leurs engagements afin de combler ce fossé conséquent. Pour donner un ordre d’idée, 17 milliards de tonnes de CO2, cela représente plus du tiers de nos émissions actuelles de gaz à effet de serre.

"Il est indiscutable que si la conférence à Paris se contente des engagements actuels pour 2030, maintenir le réchauffement sous les 2°C deviendra infaisable et l’objectif des 1,5°C sera hors de portée. Étant donné le niveau d’ambition des engagements, il serait préférable que les États s’engagent sur 2025", analyse Bill Hare, de Climate Analytics.

Le CAT a formulé ses premières projections en décembre 2014 à Lima, en se basant sur les brouillons des engagements européens, états-uniens et chinois (soit 51 % des émissions mondiales à eux trois). Depuis ces premières projections, les engagements pris (56 États représentant environ 60 % des émissions) n’ont quasiment pas changé la donne. Selon les calculs actuels, le réchauffement en 2100 pourrait atteindre entre 2,9 et 3,1°C.

 

La nécessité de revoir les ambitions à la hausse

 

Pratiquement tous les États ayant présenté leur contribution estiment qu’elle est "juste", "équitable" et "ambitieuse". Pourtant, sur les 15 engagements INDC examinés par le Climate Action Tracker, seules deux contributions ont été jugées "suffisantes" (le Maroc et l'Éthiopie), sept ont été jugées totalement "inadéquates" et six "moyennes". Parmi les mauvais élèves, l’ONG cite le Canada, la Nouvelle-Zélande ou encore la Russie, dont les engagements INDC sont "totalement incompatibles avec leurs objectifs à long-terme (2050)".

Pour que les "2°C"restent un objectif réalisable, le constat est donc clair : il faudra des coupes bien plus ambitieuses dans les émissions. C’est tout l’enjeu du round de négociations de Paris.

Gary Dagorn
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Charbon : un risque pour les investisseurs selon Standard & Poor’s

Le charbon peut constituer un investissement risqué. C’est ce qu’affirme l’agence de notation Standard & Poor’s dans un rapport publié fin août. En cause : la demande, plus faible que prévue, qui va continuer à décliner et la montée en puissance du débat sur le réchauffement climatique...

Protocole de Kyoto : comment une partie du dispositif a échoué à réduire les émissions de gaz à effet de serre

Une étude de l’Institut de Stockholm pour l’Environnement (SEI), publiée lundi 24 août, révèle que le mécanisme de la Mise en œuvre Conjointe (MOC) du protocole de Kyoto n’a pas forcément réduit les émissions de gaz à effet de serre (GES). Le SEI estime en effet que la différence entre les...

Désinvestissement des énergies fossiles : le mouvement prend de l'ampleur

L'ONG Go fossil free continue de mener la bataille du désinvestissement des énergies fossiles à travers le monde, en appelant les fonds universitaires, les fonds de pension ou les fondations à exclure de leurs portefeuilles les entreprises engagées dans les énergies fossiles. Le 1er...

Éthique et partage, le premier fonds français qui exclut les énergies fossiles

"Éthique et partage" est l’un des premiers fonds éthiques français. Il vient d'annoncer qu’il exclurait désormais les énergies fossiles. Cette annonce, une première en France, symbolise l’émergence d’un mouvement de désinvestissement des entreprises les plus nuisibles pour le climat. Pour...

COP 21 : la pression monte à 90 jours du sommet climatique de Paris

"Nous n’avons plus de temps à perdre". À moins de 100 jours de la conférence onusienne sur le climat, qui se tiendra à Paris à partir du 30 novembre, c’est ce qu’est venu marteler Ban Ki Moon, secrétaire général des Nations Unies, lors d’un déplacement dans la capitale le 26 août. Les...

Climat : Total se retire officiellement du charbon

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Assemblee nationale PLFR3

PLFR3 : Les entreprises aidées publiquement sont désormais soumises à des engagements écologiques

L'Assemblée nationale vient d'adopter en première lecture le troisième projet de loi de finances rectificative (PLFR3). Demandée depuis le début du confinement par de nombreux élus et ONG, l'écoconditionnalité des aides versées aux grandes entreprises est entérinée. Les grandes entreprises dans...

Action greenpeace notre dame climat

Greenpeace dénonce "l'écologie de façade" du gouvernement en déployant une banderole au-dessus de Notre-Dame

L'ONG Greenpeace a déployé ce matin à 6h une banderole en haut de la grue de Notre-Dame de Paris pour dénoncer l'inaction climatique du gouvernement. Une action vue par la nouvelle ministre de l'Écologie, Barbara Pompili, comme un "cadeau de bienvenu". La pression monte sur les épaules de la...

Jeanne barseghian maire ecolo de Strasbourg PATRICK HERTZOG AFP

État d’urgence climatique déclaré à Strasbourg et Bordeaux, deux villes emportées par des écologistes

C'est leur premier acte en tant que maire : à Strasbourg et Bordeaux, Jeanne Barseghian et Pierre Hurmic, deux écologistes tout juste élus, déclarent l'état d'urgence climatique sur leur territoire. Des centaines de conseils municipaux à travers le monde ont pris le même engagement. Mais celui-ci...

Le Haut conseil pour le climat torpille la politique climatique de la France dans un nouveau rapport

La France n'est toujours pas sur la bonne trajectoire climatique pour atteindre la neutralité carbone en 2050, alerte une nouvelle fois le Haut conseil pour le climat. Installée par Emmanuel Macron fin 2018, en pleine crise des Gilets jaunes, l'instance est la vigie de l'action climatique du...