Publié le 03 octobre 2018

ENVIRONNEMENT

Climat : 3 chiffres pour comprendre le nouveau rapport du GIEC sur un monde à 1,5°C

Depuis le début de la semaine, les pays membres des Nations Unies se penchent sur l’avenir de la planète. Ils épluchent les 400 pages du nouveau rapport du Giec, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat. Ce document qui doit être publié lundi 8 octobre, après avoir obtenu l’aval des États, détaille les conséquences d’un réchauffement de la température d’1,5°C par rapport à l’ère préindustrielle.

Les risques se trouveraient nettement réduits à +1,5°C, par rapport à +2°C, mais le niveau de la mer continuerait de monter inexorablement.
@Pixabay

Commandé par les gouvernements en décembre 2015, lors de la COP 21 de Paris, le rapport spécial du Giec sur un réchauffement planétaire de 1,5°C passe en ce moment sous les fourches caudines des 193 États membres de l’ONU. Réunis en Corée du Sud, des scientifiques doivent, d’ici la fin de la semaine, se mettre d’accord sur l’alerte qu’ils veulent envoyer au monde entier.

"Cette décennie est celle de la croisée des chemins. Tout dépendra des choix collectifs et individuels pris à court terme, et non pas dans un futur lointain", analyse Valérie Masson-Delmotte, climatologue et coprésidente du groupe de travail numéro un du Giec (Étude des principes physiques du climat). "Nous ne disons pas qu’il est trop tard pour agir, mais qu’il faut accélérer un effort encore trop balbutiant pour espérer rester sous la barre de 1,5°C. Même si la température est stabilisée, le niveau de la mer continuera à monter inexorablement forçant des millions de personnes à se déplacer".

  •  1,5°C

Ce chiffre est au cœur du rapport. Celui-ci s’attache à définir les différentes trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre compatibles avec l’objectif 1,5 °C, conformément aux engagements pris par les signataires de l’Accord de Paris en décembre 2015. Dans chaque scénario, les bénéfices/risques sont précisées en fonction des options retenues en termes d’impact sur l’éradication de la pauvreté et la réduction des inégalités.  

Selon les premières fuites, il apparaît que les risques se trouvent nettement réduits à +1,5°C, par rapport à +2°C. Cela concerne tous les domaines : nombre d'événements extrêmes, vagues de chaleur dans le monde, précipitations diluviennes, feux de forêts, invasions ou d'extinctions d'espèces, productivité des océans, rendement agricole global, fonte du permafrost...

Toutes les solutions sont envisagées, à l’exception de la manipulation du rayonnement solaires qui a généré le plus de commentaires de la part des experts consultés. Et la plupart des trajectoires compatibles avec une stabilisation à 1,5 °C des températures mentionnent les techniques "d’extraction de CO2 de l’atmosphère" comme inéluctables, précise Valérie Masson-Delmotte.

  • 5 000 publications citées

Le travail du Giec consiste en une évaluation des publications scientifiques portant sur le sujet, et diffusées avant le 15 mai dernier. Ainsi, ce sont 5 000 références qui sont citées dans le rapport avec un vocabulaire dit "calibré", qui précise le niveau de confiance en termes de probabilité qu'on peut attribué à chacune des études.

Le premier jet du document a reçu 13 000 commentaires de 489 experts, et le second jet, 25 590 commentaires de 570 experts. Des records ! Enfin, le résumé pour dirigeants, qui doit être approuvé cette semaine, a reçu 3 600 commentaires sur la version préliminaire émanant de 60 gouvernements. Tous ci seront publiés en annexe du rapport.

  • 86 auteurs

Si les sources sont foisonnantes, le nombre d’auteurs l’est tout autant. Sur 560 candidats, 86 scientifiques de 39 pays ont été sélectionnées pour participer à ce travail titanesque. 38 % sont des femmes et 51 % sont originaires de pays en développement, un ratio particulièrement exemplaire.

La France compte quatre auteurs. La palme revient aux États-Unis avec sept citoyens. Cette place interpelle alors que le Président américain, Donald Trump, n'hésite pas à afficher son climato-scepticisme. "Les États-Unis pourraient soutenir la science, comme ils l'ont fait dans le passé, ou se mettre à faire de l'obstruction", dit un auteur sous couvert d'anonymat. "Toutefois, souligne Valérie Masson-Delmotte, quand un pays n’est pas d’accord, son nom est inscrit en bas de page et il est rare qu’un gouvernement accepte d’être ainsi épinglé." 

La validation du rapport du Giec, qui se fait par consensus, promet de longues discussions. D’ores et déjà, l’hebdomadaire britannique The Observer soutient que plusieurs éléments caractérisant la gravité des impacts du changement climatique auraient disparu du document pour qu’il soit "accepté" par des pays tels que l’Arabie Saoudite, l’Australie ou les États-Unis.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Manif climat changer le systeme

Gilets jaunes aux fenêtres, activistes climatiques en ligne… malgré le Coronavirus, les contestations continuent

C'est la première fois depuis le début de leur mobilisation qu'ils n'ont pas manifesté un samedi. Face au Coronavirus, les Gilets jaunes s'adaptent. Ils appellent désormais les citoyens à "cogner" sur des casseroles chaque samedi à 21 heures. Du côté du climat, l'activiste Greta Thunberg invite les...

Climate change 2254711 1280

[Infographie] La crise environnementale ne doit pas être effacée par le coronavirus

Le coronavirus occupe – non sans raison – les radars médiatiques et politiques depuis quelques semaines. Mais il est une autre crise, moins visible mais tout aussi grave, qui progresse très vite sans être suffisamment prise en compte, celle du climat et de l'environnement. Selon de nouvelles données...

A N

Coronavirus : les députés rejettent un amendement qui devait préparer un après-crise plus durable

45 députés ont déposé un amendement dans le cadre du projet de loi sur l’état d’urgence sanitaire pour réfléchir au "jour d’après". Le texte a été rejeté sans même être débattu, après l’avis défavorable du gouvernement. Mais cette proposition aura tout de même permis de faire émerger le débat au...

Deforestation amazonie soja greenpeace

[Science] L'Amazonie pourrait disparaître en 50 ans à cause du changement climatique et de la déforestation

D'ici 50 ans, la forêt amazonienne pourrait disparaître sous l'effet de sécheresses répétées et de coupes rases pour la production d'huile de palme, de biocarburants, de soja ou de viande bovine. Cela va avoir des impacts sur des dizaines de millions de personnes qui dépendent de la forêt pour leur...