Publié le 18 octobre 2016

ENVIRONNEMENT

Climat : Trump président, le scénario catastrophe

Alors que se tient mercredi le dernier débat avant la présidentielle américaine, Donald Trump, le candidat républicain, n'en finit pas d'inquiéter les défenseurs de l'environnement. S'il est élu le 8 novembre prochain, il promet de relancer l'industrie du charbon, de détricoter toutes les réglementations environnementales, de supprimer l'Agence américaine de protection de l'environnement. Et de revenir sur l'Accord de Paris.

Donald Trump va-t-il affirmer une nouvelle fois que le changement climatique est un "canular" inventé par la Chine pour déstabiliser l'économie américaine, comme il l'a déjà fait à des dizaines de reprises durant la campagne ?
Tasos Katopodis / AFP

"Notre planète est en train de congeler, record de basses températures, nos climatologues se fourvoient dans la glace" ou "je crois en l'air pur, en l'air immaculé, mais je ne crois pas au changement climatique" : pendant l'hiver 2014, Donald Trump, qui n'était encore qu'un fantasque milliardaire, affichait déjà ouvertement ses opinions climato-sceptiques sur Twitter.

Deux ans plus tard, le désormais candidat républicain à la présidentielle américaine doit participer mercredi à un troisième débat face à Hillary Clinton, le dernier avant le scrutin prévu le 8 novembre prochain.

 

Le changement climatique, un "canular" pour Trump

 

Va-t-il affirmer une nouvelle fois que le changement climatique est un "canular" inventé par la Chine pour déstabiliser l'économie américaine, comme il l'a déjà fait à des dizaines de reprises durant la campagne ? "Tout ce qu'il dit nous inquiète beaucoup. Son action à la tête des États-Unis aurait des conséquences dramatiquement négatives pour le climat", résume Adam Beitman, porte-parole du Sierra Club, l'une des plus importantes associations écologistes américaines.

Sur son site, l'équipe de Donald Trump résume ainsi son programme, qui vise l'indépendance énergétique des États-Unis, une chimère depuis les années 70 : "L'administration Trump va lancer une révolution énergétique qui va apporter une nouvelle richesse à notre pays. Nous soutiendrons le charbon. Nous soutiendrons la fracturation hydraulique sans danger. Nous autoriserons aussi de larges zones de forage offshore pour une production sûre". Le candidat républicain assure que les États-Unis sont assis sur un "trésor énergétique inexploité" de pétrole et de gaz naturel de quelque 50 000 milliards de dollars, un chiffrage qu'il ne source pas, auxquels il faudrait ajouter des "centaines d'années de réserve de charbon".

 

Les électeurs des États charbonniers, un enjeu crucial

 

En supprimant toute réglementation environnementale, que Donald Trump appelle "des restrictions", il promet ainsi de créer 500 000 emplois par an, sans donner plus de détails. Mais l'argument fait mouche dans certains "swing states", ces États qui peuvent faire basculer le scrutin, comme la Virginie ou la Pennsylvanie, parce qu'ils ont été sinistrés par les faillites à répétition de l'industrie charbonnière.

Mais "le charbon aux États-Unis est structurellement sur le déclin depuis des décennies déjà, parce que la demande mondiale est plus faible et que le gaz naturel est moins cher. Supprimer les règles environnementales ne va pas faire revenir les emplois disparus", met en garde Jason Bordoff, de l'université Columbia.

 

Des climato-sceptiques parmi ses plus proches conseillers

 

Pour préparer la mise en œuvre de ce programme s'il est élu, Donald Trump s'est entouré de quelques proches conseillers, tous climato-sceptiques. C'est le cas de Mike McKenna, lobbyiste pour des groupes pétroliers et des géants de la chimie. Il est officiellement en charge de la "transition" du ministère de l'Énergie dans une future administration Trump.

C'est aussi le cas de Myron Ebell, directeur d'un think tank financé par le secteur des énergies fossiles et à la tête d'un groupe de réflexion qui questionne "l'alarmisme autour du changement climatique". Lui pourrait être nommé directeur de l'EPA, l'Agence américaine de protection de l'environnement, cette institution qui crée toutes les normes environnementales aux États-Unis. À terme, Donald Trump veut la voir purement et simplement disparaître, parce qu'il l'accuse d'utiliser les impôts des Américains de façon "totalitaire".  

 

L'Accord de Paris en danger réel

 

Sur la scène internationale, le programme climatique du candidat républicain, comme beaucoup de ses promesses de campagne, tient en une formule choc : il veut "annuler" l'Accord de Paris, ratifié en septembre dernier par l'actuel président Obama. Le peut-il ? Légalement, la procédure est longue et compliquée. Laurence Tubiana, l'ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique pendant la COP21, n'y croit d'ailleurs pas. "Il y a un effet de cliquet avec l'Accord de Paris. Il ne pourra pas revenir sur tout ce qui a déjà été acté", nous assurait-elle lors d'un déplacement à Washington il y a quelques mois.

Mais Donald Trump pourrait a minima ralentir considérablement la mise en oeuvre de cet Accord de Paris. Un danger bien réel. 376 membres de l'Académie nationale des sciences ont publié une lettre ouverte pour mettre en garde les citoyens américains. Le Prix Nobel Al Gore, défenseur du climat et candidat à la présidentielle américaine battu sur le fil en 2000, a lui choisi de sortir de sa réserve : depuis quelques jours, il bat la campagne aux côtés de la Démocrate Hillary Clinton.

Fannie Rascle
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climat : après la Chine, les Etats-Unis ratifient l'Accord de Paris

Après que le Parlement chinois a ratifié, samedi 3 septembre, l’Accord de Paris sur le climat, la Maison Blanche a annoncé à son tour avoir ratifié le texte. Cet accord, destiné à limiter le réchauffement climatique "nettement en dessous des 2°C" d'ici la fin du siècle, avait été adopté le...

Climat : les grands enjeux de la signature de l'Accord de Paris

Vendredi 22 avril, les représentants de 175 pays se sont retrouvés à New York, au siège de l’ONU, pour signer le texte entériné à l'issue de la COP21. Une étape cruciale pour commencer à mettre en œuvre les engagements pris à Paris en décembre dernier. L’occasion aussi de remettre sur la...

Etats-Unis : le climat, grand absent de la campagne présidentielle

Alors que Barack Obama avait fait de la lutte contre le changement climatique une des ses priorités, et un...

Campagne américaine : 1 dollar sur 5 provient du secteur des énergies fossiles

A l'exception du démocrate Bernie Sanders et de l’écologiste Jill Stein, tous les candidats reçoivent depuis le début de la campagne des fonds très importants du lobby du pétrole et du gaz. Y compris Hillary Clinton, la favorite côté démocrate. Une source de financement que des...

Clean Power Plan : un revers lourd de conséquences pour Obama

La Cour suprême a suspendu le 9 février le grand plan climat voulu par le président américain. Une victoire importante pour les États charbonniers qui mènent cette bataille juridique. Barack Obama n'a plus que neuf mois devant lui pour inscrire dans le marbre toutes les réformes...

Obama et l'environnement : ce qu'il a accompli, ce qu'il lui reste à faire

Dans son discours sur l'état de l'Union, le dernier de sa présidence, le président américain a vanté son bilan. Plan de réduction des émissions de CO2, signature de l'accord de Paris, abandon du projet de pipeline <link...</span>

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Forage petrolier moratoire joe biden pixabay

Joe Biden prend une première série de mesures environnementales

Une semaine après son investiture, Joe Biden s'attaque à l'héritage laissé par son prédécesseur avec notamment un moratoire sur les forages pétroliers et gaziers. Le nouveau président américain va également organiser un sommet climatique international le 22 avril prochain. Et il s'engage sur la...

Climate adaptation summit 2021 CAS2021

Face à la réalité du changement climatique, la question de l’adaptation commence (enfin) à prendre de l’ampleur

Les 25 et 26 janvier se tenait le tout premier sommet international consacré à l'adaptation climatique. Le sujet peinait à émerger face à celui de la réduction des émissions, jugé jusqu'alors comme prioritaire. Mais les dégâts du changement climatique se faisant déjà largement sentir, les dirigeants...

Affiche Legacy Yann Arthus Bertrand Goodplanet

Découvrez le film "Legacy", le nouveau cri d’alerte de Yann Arthus-Bertrand pour notre planète

Tout n’est pas perdu dans la lutte climatique selon Yann Arthus-Bertrand. Mais pour cela , il faut que tout le monde, y compris ceux encore loin de l’écologie, se joignent au combat. C’est l’objet du dernier film du réalisateur, Legacy, qui est diffusé ce mardi 26 janvier sur M6, dans le cadre d’une...

Temps sablier objectif neutralite carbone retard france pixabay

Après un répit en 2020 sur les émissions de CO2, les plans de relance sont la dernière chance de sauver le climat

Les experts sont formels : si nous voulons rester sous la barre des 1,5°C, il nous reste moins de dix ans pour agir. Or, le monde n'est pas du tout sur la bonne trajectoire. Et bien que la pandémie de Covid-19 a permis une chute brutale des émissions en 2020, le répit ne devrait être que de courte...