Publié le 23 septembre 2015

ENVIRONNEMENT

L'ONU veut embarquer les entreprises dans la lutte contre le changement climatique

Le Sommet des Nations Unies sur le développement durable s'ouvre vendredi 25 septembre à New-York. L'objectif est d'entériner un nouveau programme de développement. La lutte contre le réchauffement climatique y tiendra désormais une place centrale. Aux côtés de la centaine de leaders mondiaux attendus, Ban Ki-moon tient à mettre l'accent sur le rôle des entreprises dans ce processus.

Ban ki Moon ONU climat MONIKA FLUECKIGER NURPHOTO
Ban ki Moon veut inclure les entreprises dans la lutte contre le changement climatique.
Monika Flueckiger / Nurphoto / AFP

C'est un rendez-vous important sur le chemin vers la COP21. Le Sommet des Nations Unies sur le développement durable s'ouvre vendredi 25 septembre à New-York. Quelque 150 chefs d'Etat et de gouvernement sont attendus pour signer ensemble un nouveau programme de développement, qui prendra le relais des " Objectifs du Millénaire pour le développement ".

Aux côtés de ces dirigeants politiques, le secteur privé se voit accorder une place de plus en plus importante dans les enceintes onusiennes.

 

" ODD " pour Objectifs de développement durable

 

Alors que les " Objectifs du Millénaire pour le développement ", fixés il y a quinze ans, arrivent à échéance, l'ONU lance à ses membres un défi plus qu'ambitieux : " transformer notre monde " d'ici 2030.

Ces 17 nouveaux objectifs mettent particulièrement l'accent sur la lutte contre le changement climatique, qui constitue désormais une espèce de fil rouge à tous les autres ODD. Parmi ces objectifs de développement durable négociés pendant des mois, citons la nécessité de " conserver et d'exploiter durablement les océans " (n°14), l'injonction de " gérer durablement les forêts et de combattre la désertification " (n°15) ou encore celle d' " assurer des modes de production et de consommation durables " (n°12).

Ce Sommet sur le développement durable permettra de " planifier une nouvelle ère de développement durable où la pauvreté sera éradiquée, où la prospérité sera partagée et où l'on s'attaquera aux causes mêmes du changement climatique ", a résumé le secrétaire général des Nations Unies.

 

Monsanto, Total et Google invités par l'ONU

 

Au lendemain de l'ouverture de ce sommet, le même Ban Ki-moon lancera un autre rendez-vous, lui aussi organisé dans l'enceinte de l'ONU : le Forum des Nations Unies pour le secteur privé.

Un choix d'agenda qui ne doit rien au hasard. Ban Ki-moon a invité près de 200 représentants d'entreprises ou d'investisseurs privés pour en faire des acteurs à part entière de la réalisation des " Objectifs de développement durable ". Quitte à ouvrir les institutions onusiennes à des compagnies très critiquées dans ce domaine comme Monsanto ou Total.

Parmi les autres participants attendus : Google, Chanel, Benetton, Ikea ou encore Nestlé. Cette injonction faite aux entreprises de s'engager dans le processus onusien se fait de plus en plus pressante. Invitée d'un débat autour de cette question organisé à Washington mardi 22 septembre, Laurence Tubiana, l'ambassadrice de la France aux négociations climatiques pour la COP 21, a carrément plaidé pour une " innovation dans la gouvernance de l'ONU pour convier à la table des discussions le secteur privé ".

 

Les entreprises américaines moins climatosceptiques que le Congrès?

 

A ses côtés, Robert Diamond, conseiller de Barack Obama en charge de l'engagement du secteur privé, s'y est aussi montré très favorable. Pour des raisons pragmatiques : " à Washington, nous en sommes encore à discuter des preuves scientifiques du réchauffement climatique avec certains membres du Congrès qui devront éventuellement valider l'accord politique obtenu à la COP21 à Paris. Au contraire, il y a un consensus assez fort dans le secteur privé pour passer à l'action dès maintenant ", a-t-il jugé.

De leur côté, pour s'engager plus avant dans un modèle de développement durable, de nombreux acteurs du secteur privé réclament aujourd'hui la fixation d'un prix du carbone. Ce sera d'ailleurs l'un des enjeux centraux des discussions à l'ONU dans les jours qui viennent. Invitée à débattre aux côtés de Robert Diamond et Laurence Tubiana, Christine Lagarde, la directrice générale du FMI, a défendu l'instauration d'une taxe, plutôt qu'un marché carbone, pour pousser les entreprises à se métamorphoser. " Je suis bien placée pour en parler parce que j'ai échoué à mettre en place cette politique dans mon pays ", a confié l'ancienne ministre française de l'Economie.

Fannie Rascle, correspondante à Washington
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

L’environnement, bête noire de Volkswagen

Le 1er constructeur allemand est pris dans la tourmente du Volkswagate. Les répercussions sur le groupe seront aussi lourdes que difficiles à évaluer. Cet épisode est pourtant celui du scandale annoncé tant Volkswagen se montre obstiné à contourner les règles environnementales....

Les bases d’un bon prix du carbone selon la Banque mondiale

Fixer un prix du carbone est de plus en plus courant dans le monde. 39 pays et 23 entités sub-nationales l’ont déjà adopté, que ce soit au travers d'un marché carbone ou une taxe. C’est ce que révèle un rapport de la Banque mondiale qui publie aussi, avec l’OCDE et le FMI, une étude sur...

Le changement climatique va bouleverser l’économie mondiale des pêches

D’ici 40 ans, le monde de la pêche hauturière sera profondément transformé. Des projections scientifiques tablent sur une augmentation moyenne des captures de pêche de 30 à 70 % dans les régions de haute latitude et une baisse pouvant aller jusqu’à 40 % dans les régions tropicales. En...

45 entreprises épinglées pour leur lien avec des lobbies néfastes pour le climat

Près de la moitié des 100 plus grandes entreprises au monde contribue à bloquer ou ralentir les politiques climatiques. C’est ce que révèle ce mercredi 16 septembre l’ONG

Si nous brûlons toutes les énergies fossiles, le réchauffement climatique pourrait atteindre 11°C

Que se passerait-il si l’humanité brûlait toutes ses réserves d’énergies fossiles ?  C’est à cette question que quatre chercheurs de l’Institut de Potsdam pour la Recherche sur les Impacts Climatiques ont tenté de répondre dans un

Énergie solaire : des innovations qui changent la donne ?

Plusieurs innovations récentes devraient inciter les particuliers à produire, voire auto-consommer, de l’électricité photovoltaïque. Loin d’être toujours révolutionnaire sur le plan technologique, son apport consiste parfois à employer au mieux des technologies existantes pour simplifier...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Californie incendie electricite JOSH EDELSON AFP

Entre les vagues de chaleur et les incendies, le système électrique américain vacille

La Californie, cinquième puissance économique mondiale, dévastée par les incendies et les températures extrêmes, s'habitue à être plongée, par intermittence, dans le noir. Le réseau d'électricien de l'ouest américain a dû mal à résister aux impacts du changement climatique. Les opérateurs sont...

Phytoplankton @FotoshopTofs Pixabay

La géoingénierie pour sauver la planète : fertiliser les océans pour augmenter le captage du CO2

La solution serait simple et peu coûteuse, il s'agirait de transformer l'océan en une gigantesque pompe à CO2 en boostant le développement de microalgues, capteurs de gaz carbonique, grâce à un engrais : le sulfate de fer. Si la méthode semble prometteuse, elle est aujourd'hui interdite à grande...

Convention des entreprises pour le climat 150 dirigeants

Avec ses 150 dirigeants, la Convention des entreprises pour le climat est désormais lancée

Heineken France, Kaporal, Greenweez, Seafoodia... 150 dirigeants d'entreprises du secteur de la construction, de la culture, de l'alimentation ou encore de l'énergie, viennent d'être recrutés pour intégrer la Convention des entreprises pour le climat. L'objectif est que les dirigeants construisent...

Terre soleil atmosphere Nasa

La géoingénierie pour sauver la planète : déployer des ombrelles solaires dans l’espace

Rien n’y fait : le CO2 continue à monter et l’effet de serre s’emballe. En dernier recours, l’humanité pourrait essayer de diminuer la quantité de rayonnement solaire reçu par la Terre. 1 à 2 % en moins suffirait à reprendre le contrôle du mercure. Mais pour cela, ce sont des parasols qu’il faudrait...