Publié le 25 février 2015

ENVIRONNEMENT

Climat : l'Union européenne cherche à réformer son marché du carbone

C'est une réforme clé si l'Europe veut atteindre son objectif de réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030. Il s'agit de créer une "réserve" de quotas d'émissions de CO2 pour réguler le prix du carbone. L'enjeu : faire remonter son prix pour qu'il envoie le bon signal aux industriels. Mais entre la protection du climat et la défense de l'industrie, parlementaires européens et Etats membres sont tiraillés.

Usine électrique alimentée au Charbon de Vattenfall, dans l'est de l'Allemagne, en décembre 2014.
Jochen Eckel / Picture Alliance / Picture-Alliance / AFP

La réforme est vitale pour la politique européenne de lutte contre le réchauffement climatique. Il s'agit de réparer son principal outil: le système d'échange de quotas d'émission de CO2, le fameux ETS (ses initiales, en anglais).

Depuis 2005, il impose aux industriels européens une double obligation: réduire leurs émissions polluantes et/ou payer pour le CO2 produit. Chaque entreprise se voit attribuer un plafond annuel d'émissions, si elle le dépasse, elle doit acheter des droits d'émission à une autre entreprise qui a émis moins que son quota.

"C'est un instrument majeur puisqu'il concerne 50% des émissions de CO2 de l'UE. L'ETS doit conduire les principaux émetteurs de CO2 sur une trajectoire bas carbone. C'est le signal prix du CO2 qui doit assurer la transition énergétique du secteur industriel", explique Emilie Alberola, spécialiste du marché du carbone à la Caisse des Dépôts - Climat (CDC Climat).

 

Quotas : un surplus de 2 milliards

 

Mais le dispositif n'a pas fonctionné comme prévu.

Les émissions européennes ont bien été réduites. Moins 19% entre 2005 et 2014.

Mais le prix du carbone n'y est pas pour grand-chose. Une étude de la CDC Climat montre que les principaux facteurs de cette réduction sont le déploiement des renouvelables suivi de la crise économique.

Avec le ralentissement de l'activité industrielle, il y a eu trop de quotas en circulation et le prix du carbone s'est effondré. Après un pic à presque 30 euros la tonne en 2008, il tourne aujourd'hui entre 5 et 7 euros.

"Ces prix bas n'ont aucun effet dissuasif sur les pollueurs. Ils sont insuffisants pour générer auprès des entreprises des investissements dans les énergies renouvelables et les technologies propres en Europe", souligne Sam Van den Plas, du WWF.

"On estime qu'il y aura un surplus de quotas de 2 milliards d'ici à 2020", précise la spécialiste de la CDC Climat. D'ici à 2030, les dirigeants européens veulent garder l'ETS comme dispositif central pour atteindre le nouvel objectif de réduction de 40% des gaz à effet de serre par rapport à 1990. C'est ce que les chefs d'Etat et de gouvernement des vingt-huit ont décidé au Conseil européen d'octobre dernier.

L'UE doit donc absolument remettre sur pied son système pour qu'il envoie le bon signal prix aux industriels.

 

Créer une réserve avec les excédents

 

La Commission européenne a imaginé un mécanisme de mise en réserve de quotas excédentaires afin de mieux réguler le marché.

Il s'agit de retirer des quotas du marché du carbone quand il y a surplus et d'en réinjecter quand il y a pénurie.

La Commission a mis sur la table en janvier 2014 une proposition législative. Le texte fixe des seuils et des pourcentages pour déclencher automatiquement ce mécanisme de "réserve de stabilité".

 

Bras de fer sur la date de mise en oeuvre

 

L'objectif est de pouvoir réguler le prix du carbone à la hausse ou à la baisse. Mais dans la situation actuelle, cela signifie concrètement de le faire monter. Et pour les industriels gourmands en énergie, ce n'est pas une bonne nouvelle, surtout dans les pays consommateurs de charbon.

Autant dire que la réforme n'a pas que des amis. La principale bataille au Parlement européen et au conseil des ministres porte sur la date de mise en œuvre de la réserve.

"Si on attend l'après-2020 comme l'a proposé la Commission européenne, le prix du CO2 sera à zéro. Idéalement, le plus tôt est le mieux", analyse Emilie Alberola de la CDC Climat.

Au Parlement européen, le rapporteur conservateur belge Yvo Belet a réussi à réunir in extremis, le 24 février, une majorité avec les socialistes et les libéraux pour une mise en place anticipée de deux ans, soit au plus tard fin 2018.

Mais les conservateurs du PPE (Parti populaire européen) sont tiraillés. "Les acteurs économiques doivent bénéficier d'un climat de confiance, de stabilité, on ne peut pas changer les règles du jeu en cours de route, il faut attendre l'après-2020", défend Françoise Grossetête, au nom de la délégation française du PPE.

Les Italiens et les Polonais sont sur la même longueur d'onde. Du côté des ministres européens, le bras de fer a lieu pour l'instant en coulisse. Mais l'Allemagne, le Royaume-Uni et la France poussent pour une mise en œuvre rapide, dès 2017.

La Pologne et ses voisins freinent des quatre fers, inquiets du coût supplémentaire qui pèsera sur leurs économies alimentées au charbon.

Les négociations entre les Etats membres et les eurodéputés vont commencer. Objectif: un accord dès la première lecture, soit d'ici l'été.

A Bruxelles, Julie Majerczak
© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Journées mondiales de désinvestissement: le Fonds de Réserve des Retraites au coeur de la controverse

Les premières Journées mondiales pour le désinvestissement ont eu lieu les 13 et 14 février. Des dizaines de manifestations se sont déroulées partout dans le monde pour réclamer des banques, des assurances et des investisseurs publics qu’ils cessent de financer les énergies fossiles. En...

Un compte épargne CO2 pour lutter contre le réchauffement climatique

Le Compte Epargne CO2 est un concept créé en 2013 par une start-up brestoise. Il permet de donner une valeur marchande aux kilos de CO2 économisés. Et le principe fonctionne : deux ans après son lancement, 3400 ménages et une vingtaine d’entreprises adhèrent à ce produit d’épargne original...

Transition énergétique : banques et assurances peuvent mieux faire

Jusqu’où les banques et assurances européennes contribuent-elle au financement d’une économie plus verte ? Novethic a essayé de répondre à cette question en analysant les informations publiées par les 32 principaux groupes bancaires et d’assurance européens. S’ils reconnaissent que leur...

Investisseurs et climat : le vent tourne

Le fonds norvégien qui exclut plusieurs dizaines d’entreprises en raison de leurs nuisances environnementales, les actionnaires de BP et Shell qui vont débattre en assemblée générale (AG) de l’évolution du modèle pétrolier... Le risque carbone est devenu une réalité pour bon nombre...

Risque carbone : le fonds norvégien se désengage de 22 entreprises dans les secteurs du charbon, des sables bitumineux et du ciment

Alors qu’à Genève, les délégations de 195 pays discutent des prémices d’un accord global sur le climat, le fonds norvégien a annoncé, le 5 février, qu’il exclut de son portefeuille 22 entreprises présentes dans les secteurs du charbon, des sables bitumineux et du ciment. Un signal fort à...

Risque carbone : BP et Shell reconnaissent la nécessité de baisser leurs émissions de gaz à effet de serre

Le secteur pétrolier est en pleine révolution. Bousculées sur le changement climatique, certaines compagnies s’adaptent au risque carbone. Shell, puis BP ont appelé leurs actionnaires à soutenir la résolution sur le changement climatique, déposée par 150 investisseurs. Elles reconnaissent...

Risque carbone : BP et Shell sous la pression des investisseurs

Quel sera l’impact du changement climatique sur les compagnies pétrolières ? Cette question devrait animer les prochaines assemblées générales de Shell et de BP au printemps 2015. Plus d’une cinquantaine d’investisseurs d’importance viennent de déposer des résolutions pour obliger ces deux...

Economistes atterrés : la transition écologique au cœur de leur nouveau manifeste

Quatre ans après leur premier manifeste, les Economistes atterrés reviennent à la charge. Cette fois, ils veulent dépasser le constat de l’échec des politiques libérales, pour mettre en avant leurs solutions alternatives. Au cœur de leurs propositions, la question de la transition...

2015, année décisive pour le climat

Le sommet de Paris (la COP 21) se tiendra au parc des expositions du Bourget du 30 novembre au 11 décembre prochains. 50000 acteurs et délégués internationaux seront mobilisés à cette occasion, avec l’objectif de mettre en place un accord multilatéral sur le climat. Un enjeu qui concerne...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Edouard Philippe dans l Aude Inondation premierMinistre

Météo-France va recevoir un nouveau "supercalculateur" pour mieux anticiper les phénomènes climatiques extrêmes

Météo-France sera bientôt doté d'un "supercalculateur" supplémentaire qui lui permettra de mieux prévoir l'intensité des intempéries, ont annoncé mardi 16 octobre la ministre de la Justice et la ministre auprès du ministre de l'Intérieur, au lendemain des inondations meurtrières dans l'Aude.

Zad du moulin

[Infographie] Carte des ZAD en France : qui succédera à Notre-Dame-des-Landes ?

En France, une cinquantaine de "zones à défendre" (ZAD) sont répertoriées et regroupent un nombre variable de militants. Elles sont sous l'étroite surveillance des renseignements. Une douzaine de sites font même l’objet d’une vigilance accrue car la situation pourrait dégénérer à tout moment. Alors...

Emmanuelle Wargon ministre de l ecologie DR

Remaniement : Emmanuelle Wargon, ancienne directrice chez Danone, devient secrétaire d’État à l'Écologie

Emmanuelle Wargon, 47 ans, est nommée secrétaire d'État à l'Écologie. Elle était depuis trois ans directrice des affaires publiques chez Danone, après vingt ans dans la haute fonction publique et l'expérience de nombreux ministères. Elle a déjà été ministre sous les présidences de Nicolas Sarkozy et...

Innondations Aube SylvainThomas AFP

Inondations dans l’Aude, sécheresse en Franche-Comté… La France aussi affronte le changement climatique

Le changement climatique ne menace pas que les pays insulaires et ceux en zones tropicales. En ce début octobre, deux événements extrêmes touchent le territoire. D’un côté, des inondations meurtrières dans l’Aude, de l’autre, une sécheresse prolongée qui menace les troupeaux en...