Publié le 23 mars 2016

ENVIRONNEMENT

Climat : division des pays européens sur l’application de l’Accord de Paris

Si les chefs d’Etat européens se sont mis d’accord à Bruxelles sur le principe d’une ratification de l’Accord de Paris "la plus rapide possible", sa mise en application divise les 28 pays membres. Derrière ce processus se profile un enjeu climatique crucial : 2016 est l’année où l’Europe doit adopter les mesures législatives du paquet climat-énergie 2030. Seulement, l’ambition de ce plan climat est insuffisante pour répondre aux objectifs climatiques fixés à Paris lors de la COP21. Décryptage.

Miguel arias Cante le Commissaire europeen a l action climatique et a l energie lors d une conference de presse sur lAccord de Paris le 14 decembre 2015. Wiktor Dabkowski Picture Alliance AFP
Lors de la COP21, l’Union européenne (en photo le commissaire à l’Action climatique et à l’Energie Miguel Arias Cañete), affichait de grandes ambitions climatiques. Mais la division au sein de l’Union risque de les rendre difficilement réalisables.
Wiktor Dabrowski - Picture-Alliance/AFP

L’Accord de Paris adopté, il s’agit désormais qu’un nombre suffisant de pays le ratifient puis, surtout, de l’appliquer. Pour l’Union européenne, cela signifie deux choses : signer et ratifier l’accord, mais aussi finaliser la législation en matière de climat et d’énergie à l’horizon 2030. 

En ce qui concerne la ratification, les 28 États membres pourront engager le processus – qui suppose l’accord des Parlements nationaux dans la plupart des cas – dès que le texte aura officiellement été signé le 22 avril prochain, au siège des Nations unies à New-York. D’un point de vue formel, l’UE et ses États membres doivent ratifier le texte ensemble, car celui-ci touche aux compétences européennes et nationales. 

 

Une ratification, deux options

 

La France, où l’accord a été adopté en décembre dernier, doit à ce titre être exemplaire, souligne la ministre de l'Environnement et présidente de la COP21, Ségolène Royal. Elle souhaite donc que le pays figure parmi les premiers États à avoir accompli ses procédures internes de ratification de l'Accord de Paris.

Dans un communiqué, la ministre précise que la consultation interministérielle sur le projet de loi a été menée et que le texte sera examiné par le Conseil d'État juste après la signature de l'accord par le Président de la République le 22 avril prochain à New-York. L’objectif est de promulguer la loi autorisant la ratification de l'Accord au cours de l'été. 

L’élan français sera-t-il communicatif ? Rien n’est moins sûr. "Toute la question est de savoir à quelle vitesse les États membres veulent engager le processus de ratification, relève Rosalind Cook, experte de la diplomatie climatique européenne au sein de l’organisation E3G sur le climat. Deux options s’ouvrent à la Commission. Soit elle emprunte la voie traditionnelle et attend que tous les 28 pays membres ratifient l’accord, mais cela peut prendre entre 2 et 3 ans. Soit elle définit et met en place une procédure accélérée permettant une ratification de l’accord par la Commission d’ici la fin de l’année", souligne l’analyste. 

 

L’enjeu : la hausse des ambitions climatiques de l’UE 

 

Quels enjeux derrière ces deux options ? Une ratification rapide impliquerait une révision à la hausse prochaine des ambitions climatiques européennes. De fait, ces ambitions, telles qu’elles sont définies dans le plan climat actuel, restent insuffisantes pour respecter les objectifs adoptés à Paris en décembre dernier, comme le soulignent de nombreuses organisations environnementales. 

Pour être à la hauteur des objectifs affichés lors de la COP21 – notamment en tant que membre de la coalition mondiale de la plus "haute ambition", qui plaide pour une limitation du réchauffement global à 1,5°C – l’UE doit revoir ses outils de régulation (prix du carbone par exemple), ses objectifs d’efficacité énergétique mais aussi de développement des énergies renouvelables pour 2030, estime le WWF. "Alors que 9/10èmes de l'électricité nouvelle installée dans le monde est renouvelable, il est temps d’accélérer la transition énergétique européenne. A un mois de la signature de l’Accord de Paris à New York, l'UE doit expliquer et démontrer au plus haut niveau comment elle entend donner vie à l’accord ", souligne ainsi le directeur général de l’ONG en France, Pascal Canfin. Or, si des pays comme la France, l'Allemagne, l'Autriche ou le Luxembourg ont explicitement demandé que l'Union européenne relève son objectif pour 2030 de réduction des émissions de gaz à effet de serre, fixé à 40%, ce n’est pas le cas de la Commission européenne. Du moins pour le moment.

Car d’autres pays sont beaucoup moins allants que les premiers : l'Italie, la Pologne, la République tchèque et la Hongrie ont opposé une fin de non-recevoir à toute révision à la hausse de cette ambition. "Pour ces pays, l’Accord de Paris met en danger leurs secteurs énergétiques traditionnels. C’est particulièrement vrai pour la Pologne, qui veut préserver son industrie du charbon", poursuit Rosalind Cook.

 

Un casse-tête diplomatique 

 

Un véritable casse-tête diplomatique s’annonce donc pour une Commission déjà aux prises avec la crise des réfugiés et celle du Brexit. L'échéance suivante ? Le prochain sommet européen, en juin. "La Commission aura deux questions à trancher : la répartition des efforts à fournir et les détails de la procédure accélérée de ratification", explique Rosalind Cook. 

Deux préalables nécessaires pour une clarification de la stratégie climatique européenne. Attendue par les acteurs économiques et financiers. "Les investisseurs attendent de l’Union européenne qu’elle envoie un signal fort et qu’elle balise la voie vers une économie bas-carbone. Il est donc important que la Commission et les États membres ratifient l’accord rapidement."

Claire Stam, correspondante à Francfort
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climat : l’adaptation, étape cruciale de l’application de l’Accord de Paris

L'adaptation des États aux conséquences déjà visibles du réchauffement climatique constitue l'un des enjeux majeurs de l'Accord de Paris. Le Comité de l’adaptation s'en saisira du 1er au 3 mars, à Bonn, en Allemagne, au siège du Secrétariat de la Convention-Cadre des Nations unies sur les...

Accord de Paris : comment poursuivre la dynamique amorcée par les entreprises ?

Mobilisées pendant la COP21, les entreprises françaises veulent désormais obtenir des garanties quant aux objectifs de lutte contre le changement climatique fixés par l’Accord de Paris. Elles...

Pascal Canfin (WWF) : "L'époque du mécénat pur est terminée"

Après avoir été député européen, ministre délégué au développement et conseiller principal chargé des questions climatiques au WRI (World Ressources Institute), Pascal Canfin a récemment pris les rênes du <link...

"La multiplication des accords de libre-échange est incompatible avec la lutte contre le changement climatique"

Alors que l’Accord de Paris fixe l'objectif d'une limitation du réchauffement climatique à + 2°C, des traités de libre-échange comme le TAFTA continuent à être négociés. Un paradoxe selon Thomas...

Climat : 2016, l’année de la mise en application de l’accord de Paris

L’Accord de Paris sur le climat est l’aboutissement d’un (très) long travail diplomatique. Et le point de départ de l’action climatique. Véritable feuille de route, il définit les...

COP21 : l’accord de Paris impacte déjà les marchés financiers

Le charbon orienté à la baisse, les énergies renouvelables à la hausse… Les marchés financiers commencent à interpréter l’accord de Paris pour ce qu’il est : le signe qu’un modèle économique basé sur les énergies fossiles n’est pas compatible avec un scénario d’augmentation de la...

Climat : après le succès de la COP21, tout reste à faire

C'est sur une éclatante réussite que s'est achevée la COP21 : samedi 12 décembre, un accord international a été adopté sur le climat. Un texte...

COP21 : un accord historique adopté

C'est à 19h30, samedi 12 décembre, que l'accord de Paris a été adopté au Parc des expositions du Bourget. Un accord historique, mais surtout "ambitieux et équilibré" selon Laurent Fabius,...

COP21 : Ce que contient l'accord de Paris

C'est un accord "ambitieux et équilibré" qu'a présenté samedi Laurent Fabius aux 196 délégations présentes au Bourget. Un texte...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Blocage Lafarge Pantin XR

Pollution du BTP : les militants écolos bloquent Lafarge après avoir ciblé BlackRock

Après avoir pris pour cible BlackRock la semaine dernière, les activistes écologistes ont bloqué le 17 février les sites des cimentiers Lafarge et Cemex pour dénoncer l'impact sur l'environnement et la biodiversité du BTP. À l'initiative du mouvement de désobéissance civile Extinction Rebellion,...

Protocole de kyoto NB ina

[À l’origine] Le protocole de Kyoto, 1er accord international sur le climat, n’a que quinze ans

Si la reconnaissance des problèmes liées au changement climatique date des années 80, le premier accord international sur le climat, le Protocole de Kyoto, n'est entré en vigueur qu'en 2005, sans la plupart des plus gros pollueurs comme les États-Unis, le Canada, la Chine ou l'Inde. 15 ans plus...

Elisabeth borne conseil des ministres elysee

Adaptation, biodiversité, exemplarité de l'État : ce qu’il faut retenir du 4e Conseil de défense écologique

Au menu du quatrième Conseil de défense écologique, qui se tenait ce mercredi 12 février, le gouvernement a promis des mesures d’adaptation au changement climatique censées protéger 17 millions de Français. Il confirme la protection d’un tiers du territoire dans le cadre de la conférence onusienne...

Pacte vert européen : vers une taxe carbone aux frontières plus juste pour les ménages modestes

Parmi les nombreuses mesures du Pacte vert européen, il y a la mise en place d'un mécanisme carbone aux frontières : comprendre une taxe carbone ou une extension du marché carbone européen aux produits importés. Selon une étude de l'OFCE et de l'Ademe, celle-ci pèserait moins sur les ménages les...