Publié le 29 juillet 2022

ENVIRONNEMENT

Bombes climatiques : à l'instar de la ferme des 1000 vaches, la ferme des 1200 taurillons suscite une forte opposition

La ferme des 1000 vaches a définitivement fermé ses portes après cinq ans à attendre l'autorisation d’atteindre ce seuil tant décrié. Dans la Vienne, un autre projet de ferme-usine suscite lui aussi la polémique depuis maintenant huit ans : celui de la ferme d'engraissement de 1200 taurillons. Toute la semaine, Novethic vous a proposé un tour de France des projets les plus climaticides, en s’appuyant sur l’étude "Projet local, impact global" publiée en mai dernier par le cabinet BL Évolution et l’association Terres de luttes*. Dernier épisode aujourd’hui.

Ferme usine 1200 taurillons vienne collectif aspect
Plusieurs dizaines de manifestants ont bloqué à deux reprises les travaux sur la ferme usine de taurillons.
@collectif Aspect

Vignettes projets climaticides 5

C’est une partie de ping-pong qui dure depuis 2014 autour de l’installation d’une ferme usine de 1200 taurillons dans le village de Coussay-les-Bois, un millier d’habitants, près de Châtellerault, dans la Vienne. D’un côté, il y a Pierre Liot, un industriel du sérail, âgé de 84 ans, propriétaire de fermes bovines et d’usines d’alimentation animale, récemment épinglé pour des manquements à la réglementation sur l’un de ses sites. De l’autre, il y a le collectif d’opposants Aspect, qui regroupe une douzaine d’organisations nationales et locales. Ils sont soutenus par le maire de la commune et même par l’ancienne ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili.

Le projet se situe à l’écart du village, dans un ancien site d’enfouissement de déchets, qui a fermé en 2013, sur une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) et proche d’une nappe phréatique. Il prévoit la construction de trois bâtiments, surmontés de toits photovoltaïques, qui accueilleront les taurillons, de jeunes bovins mâles non castrés, pour les engraisser pendant plusieurs mois. Ils seront ensuite envoyés à l’abattoir puis vendus à des industriels de l’agro-alimentaire. Une unité de méthanisation est également prévue. Les permis de construire ont été accordés en 2015, mais depuis rien ou presque n’a avancé.

"Un projet porté par un homme seul contre l’ensemble de la société"

En 2017, près de 200 manifestants bloquent les travaux et obtiennent quelques mois plus tard une première victoire auprès du tribunal administratif de Poitiers qui retoque le projet. En 2020, un nouveau blocage est organisé avant un nouveau rebondissement en décembre 2020 lorsque la cour d’appel de Bordeaux donne finalement son feu vert. Le dernier revers date du 16 juin 2022. Le tribunal administratif de Poitiers, saisi par le collectif Aspect, a prononcé un non-lieu à statuer. Cela pourrait marquer la fin de l’histoire, mais c’est sans compter sur la ténacité des opposants…

"C’est un projet porté par un homme seul contre l’ensemble de la société. Le conseil départemental, la communauté d’agglomération, l’ensemble des maires du canton, le député de la circonscription et la population, à travers les deux enquêtes publiques, ont montré leur opposition au projet. La chambre d’agriculture de la Vienne a même refusé d’instruire le dossier jugeant qu’il s’agissait d’un projet industriel et non pas agricole. Le syndicat des Eaux de Vienne a quant à lui estimé qu’il y avait un risque plus que probable de pollution à court-terme. Pourquoi persister ?", interroge Dominique Brunet, le co-président du collectif.

Un nouveau blocage et une action en justice à la rentrée

Les travaux devraient officiellement démarrer le 15 septembre prochain, mais un nouveau blocage est d’ores et déjà prévu et une nouvelle action en justice devrait être déposée. "Les permis sont assortis de tellement de préconisations qu’on sait qu’on va de nouveau pouvoir stopper les travaux", assure l’éleveur ovin devenu militant. "On pourrait porter plainte dès aujourd’hui mais on en garde sous le coude", s’amuse-t-il presque. Une surveillance renforcée de la part du collectif qui va déjà mener l’industriel Pierre Liot devant le tribunal correctionnel de Poitiers en décembre prochain pour plusieurs infractions.

Selon l’étude "Projet local, impact global" publiée en mai dernier par le cabinet BL Évolution et l’association Terres de luttes*, qui étudie 65 projets, ce projet de ferme-usine de taurillons devrait émettre 320 000 tonnes de CO2 équivalent sur trente ans. Le cabinet fustige la logique de "coup parti" qui permet à certains projets de poursuivre leur route jusqu’à leur mise en œuvre, sans remise en question.

"Les contraintes qui s’imposent et s’imposeront du fait des dérèglements climatiques et de l’érosion de la biodiversité, font que même un arrêt très tardif de la mise en œuvre des projets peut constituer un gain écologique et économique certain. Ainsi, la dynamique doit être inversée et par défaut, un projet qui consomme de l’espace, des ressources et émet des gaz à effet de serre devrait être mis à l’arrêt et re-questionné, d’autant plus s’il n’entre pas dans une perspective de transition écologique", notent les auteurs.

Concepcion Alvarez @conce1

*Retrouvez ici l'intégralité de l'étude "Projet local, impact global" publiée en mai 2022 par le cabinet BL Évolution et l’association Terres de luttes.


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Bombes climatiques : le centre commercial de trop dans le pays de Gex, à la frontière suisse

Parmi les bombes climatiques en cours de construction en France, il a y de nombreux projets de centres commerciaux. Focus sur celui de Ferney-Voltaire, dans le pays de Gex, à la frontière suisse. Toute la semaine, Novethic vous propose un tour de France des projets les plus climaticides,...

Bombes climatiques : derrière l’extension de l’aéroport de Nice, une hausse du trafic aérien attendu

L’extension du Terminal 2 de l’aéroport de Nice vise à accueillir d’ici 2030 plus de 20 millions de passagers, soit une hausse de 50 % de la fréquentation. Le projet, toujours d’actualité malgré la crise sanitaire, est vivement contesté pour son impact climatique, avec une projection de...

Bombes climatiques : le contournement autoroutier de Rouen, un projet à rebours de l’urgence climatique

Alors que le trafic routier est l’un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre, la construction de nouvelles infrastructures sur le territoire interroge. À Rouen, le contournement est de la métropole via deux autoroutes payantes soulève une forte opposition, en raison de son très...

Bombes climatiques : après Montagne d’or, voici Espérance, un nouveau projet de mine d’or en Guyane

"Montagne d’Or bis". C’est comme cela que les opposants au projet de mine d’or Espérance en Guyane l’ont rebaptisé. Situé dans le nord-ouest du pays, en plein cœur de la forêt, il est encore aujourd’hui au stade de la recherche. Mais s’il venait à voir le jour, il pourrait être l'un des...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Pompage petrole CC0 01

Shell, BP… Les objectifs climats de géants des hydrocarbures incompatibles avec l’Accord de Paris

1,81°C d'ici 2069 pour Shell, 1,73°C pour Equinor... Des chercheurs ont passé au crible les objectifs climatiques de géants du pétrole et du gaz. Sans surprise, aucun n'arrive à limiter son réchauffement à +1,5°C, rendant leur trajectoire d'émission incompatible avec l'Accord de Paris.

Fresqueduclimat

Climat, biodiversité, mobilité, nouveaux récits et textile : cinq fresques à découvrir sur la transition écologique

Tout a démarré avec la Fresque du climat, créée en 2018, afin de sensibiliser au changement climatique. Déjà suivie par plusieurs dizaines de milliers de personnes, elle a fait des émules sur différents sujets. L’objectif est de former par le jeu sur des enjeux complexes et ainsi pousser à l’action....

IStock 1152368018 1 01

Pêche illégale, braconnage... session de rattrapage à l'ONU pour tenter de réguler la haute mer, le Far West des océans

Ce nouveau rendez-vous accouchera-t-il d'un traité ambitieux ? Braconnage, pêche illégale... la haute mer est aujourd'hui considérée comme une zone de non-droit alors qu'elle représente 64 % des océans. Les Etats membres de l'ONU vont tenter de réguler ces espaces de biodiversité. L'enjeu est de...

Montage photo ok

Paysages calcinés, lacs asséchés, animaux morts, fleuves taris… l’été caniculaire en 8 photos choc

Des vagues de chaleur s'abattent sur l’Hexagone depuis le début de l’été et mettent les écosystèmes à rude épreuve. Chaque nouvel épisode de sécheresse accable un peu plus la faune et la flore qui paient un lourd tribut de cet été historiquement chaud en métropole. Des photos déjà tristement...