Publié le 04 mai 2022

ENVIRONNEMENT

Le Parlement européen rejette l’interdiction de la pêche au chalut dans les aires maritimes protégées

La pêche au chalut, très décriée par les ONG environnementales pour ses conséquences sur la biodiversité et l'environnement, restera bien autorisée dans les aires maritimes protégées de l'Union européenne. Les eurodéputés ont rejeté un amendement visant à l'interdire préférant plutôt la limiter en raison de la manne économique que représente cette méthode pour les pêcheurs. 

Margiris chalutier geant Greenpeace 01
Le Margiris, deuxième plus grand chalutier du monde, est dans le viseur des ONG.
Pierre Gleizes / Greenpeace

"C’est un véritable désastre pour le climat et la biodiversité". La fondatrice de Bloom, ONG qui lutte contre la destruction de l’océan et des pêcheurs, Claire Nouvian, n’a pas mâché ses mots à l’issue du vote du Parlement européen le 3 mai sur la pêche au chalut. Les eurodéputés ont en effet rejeté l’interdiction de tirer des chaluts dans les aires marines protégées de l’Union européenne. Or selon l'ONG Oceana, la pêche au chalut, qui consiste à racler les fonds marins avec des engins tractés, est pratiquée dans 86 % d'entre elles. L’association Bloom la considère comme la méthode de pêche la plus destructrice qui existe de nos jours.

Sur les réseaux sociaux, l’affaire a été particulièrement relayée. Une pétition, soutenue par plusieurs personnalités dont le journaliste Hugo Clément et l’humoriste Nicole Ferroni, demandait justement d’interdire "les méthodes de pêche destructrices et les activités extractives dans les aires marines dites "protégées". Malgré la mobilisation, l’amendement de la députée Verte Caroline Roose n’a pas été adopté, avec 319 voix contre, 280 pour et 35 absentions. L’eurodéputé macroniste Pascal Canfin, du groupe Renew Europe, s’est dit "à titre personnel" favorable à cette position mais explique sur Linkedin pourquoi elle pose problème.

"Je suis aussi conscient que cette position pose des problèmes économiques à certains pécheurs et certains territoires, et que par ailleurs certaines aires protégées le sont pour les oiseaux, ce qui peut rendre difficilement compréhensible pour les pécheurs le fait d’interdire une pratique de pêche qui n’a rien à voir avec la protection des oiseaux", écrit-il.  L’ancien directeur général du WWF France a donc souhaité rédiger un "amendement de compromis" visant à interdire des "techniques préjudiciables, dont le chalutage de fond, dans certaines parties de ses zones marines protégées en commençant par les plus menacées, lorsque l’interdiction est jugée proportionnée à la suite d’une évaluation d’impact fondée sur des avis scientifiques".

Bras de fer

Cet amendement, préparé avec son collègue Pierre Karlesking, décrié à la fois par les écologistes et le "lobby de la pêche industrielle", selon Pascal Canfin, n’a finalement pas été présenté, l’eurodéputé étant persuadé qu’il ne trouverait pas de majorité. C’est un autre amendement de Pierre Karlesking qui a été adopté par le Parlement européen en marge de l'adoption d’un rapport sur l’économie de la mer. Il vise à "interdire le recours aux techniques néfastes" pour l’environnement dans les zones "strictement protégées". Ces dernières ne représentent que 1 % des eaux européennes, selon les ONG environnementales, et sont en principe déjà exemptes d’activités "néfastes".

C'est "une triste journée" a tweeté l’eurodéputée verte Caroline Roose qui s’est tout de même félicitée de l'adoption de trois de ses propres amendements. L’un d’eux prévoit l’interdiction des "activités industrielles d’extraction, telles que l’exploitation minière dans les zones marines protégées". Bien que non contraignants, ces amendements sont "une avancée importante", "un signal politique fort" pour la Commission européenne qui doit d'ici l'été présenter ses mesures pour la gestion des mers et la restauration des écosystèmes naturels, estime Nicolas Fournier, de l'ONG Oceana. Pour rappel, l'Union européenne s'est engagée à passer de 10 % d'aires marines protégées à 30 %. Ces aires, qui ont été créées pour enrayer la crise climatique et le déclin de la biodiversité, sont régulièrement pointées du doigt car en réalité trop peu protégées. 

Marina Fabre Soundron @fabre_marina avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La pêche au chalut libère autant de CO2 que l'ensemble du secteur aérien

Les sédiments marins sont des réservoirs de carbone. Or, la pêche au chalut, qui racle le fond des océans, libère dans les eaux du monde entier des tonnes de CO2 jusqu'alors stockés. Une étude publiée mi-mars dans la revue Nature en a révélé l'ampleur : la pêche au chalut rejette autant,...

[Bonne Nouvelle] L’Union européenne interdit la pêche électrique dès l’été 2021

La justice européenne a confirmé l'interdiction de la pêche électrique dans toute l'UE dès cette année. Elle rejette ainsi un recours des Pays-Bas, le principal pays à utiliser cette méthode de pêche controversée jugée néfaste pour l'environnement.

Voici ce qu'il faut attendre du One Ocean Summit organisé à Brest

Brest accueille du  9 au 11 février le One Ocean Summit, un sommet voulu par Emmanuel Macron et calqué sur le modèle des One Planet Summit pour le climat. Au programme de ces trois jours, le futur traité sur la haute mer ou encore le projet d'accord contraignant sur la pollution plastique....

Milliers de poissons morts au large de la Rochelle : Sea Sheperd dépose plainte contre le deuxième plus grand chalutier du monde

L'ONG Sea Shepherd estime que le Margiris, deuxième plus grand chalutier du monde, a rejeté illégalement des dizaines de milliers de poissons morts dans la mer, au large de La Rochelle. La plainte a été déposée par l’ONG le 8 février, alors que s'ouvre ce 9 février le premier sommet...

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

COP15 biodiversite kunming chine oct 2021 STR AFP

Cinq questions pour tout comprendre à la COP15 Biodiversité

Après la COP27 sur le climat, une autre COP majeure s’ouvre ce mercredi 7 décembre. Il s’agit de la COP15 sur la biodiversité, présidée par la Chine mais organisée au Canada pour des raisons sanitaires. Décrite comme la COP de la décennie, elle doit fixer de nouveaux objectifs au niveau mondial pour...

Recolte de soja deforestation istock

Café, cacao, soja, huile de palme... Les produits issus de la déforestation vont être bannis de l'Union européenne

L'Union européenne vient de sceller un accord historique en adoptant la première loi au monde qui vise à bannir l'importation de produits issus de la déforestation comme le cacao, le café, le soja, l'huile de palme ou encore le caoutchouc. La législation européenne sur la déforestation importée a...

Faith in nature CA nature ok

Au Royaume-Uni, une entreprise de cosmétiques nomme un représentant de la nature au sein de son conseil d'administration

Outre-Manche, l'entreprise de cosmétiques Faith in nature vient de nommer un administrateur pour représenter la nature au sein de son conseil d’administration. Le rôle est pris en charge par un binôme issu de deux associations de défense des droits de la nature, Lawyers for Nature et le Earth Law...

Agriculture pesticide Istock DZMITRY PALUBIATKA

Pesticides : malgré la loi Egalim, la France continue d’exporter des substances interdites

Deux ONG ont fait le compte des exportations de produits phytosanitaires à partir de la France. Selon Public Eye et Unearthed, les industriels français continuent d’exporter des substances dangereuses interdites par l’Europe, malgré l’entrée en vigueur en début d’année de la loi Egalim. Ils...