Publié le 20 septembre 2021

ENVIRONNEMENT

Le gouvernement veut relancer les chasses traditionnelles malgré leur interdiction

Alors que le Conseil d'État a jugé illégal en août plusieurs techniques de chasse traditionnelle comme la capture de merles noirs avec des filets, le gouvernement ne compte pas en rester là. Il vient de mettre en consultation plusieurs décrets proposant de poursuivre leur application cette saison. Une décision qui a provoqué la colère des associations de protection de la nature alors que la biodiversité s'effondre.

Chasse biodiversite Denja1 Istock
La directive européenne "oiseaux" de 2009 interdit les techniques de capture massive d’oiseaux sans distinction d’espèces.
Istock / Denja1

C’est un timing qui pose question. À quelques jours de la fin du Congrès mondial sur la nature, qui a réaffirmé la nécessité absolue de hausser les ambitions en matière de protection de la biodiversité, le gouvernement a mis, le 15 septembre, plusieurs arrêtés en consultation pour permettre certaines techniques de chasse traditionnelle d’oiseaux. Une décision dénoncée par les associations qui accusent le gouvernement de porter un nouveau coup à la biodiversité. L’annonce est d’autant plus mal accueillie que le Conseil d’État a jugé, en août, ces techniques illégales.

L’institution française a ainsi annulé plusieurs autorisations de chasse des vanneaux huppés, pluviers dorés, alouettes des champs, grives et merles noirs avec des filets (pantes, matoles) ou de cages (matoles), jugeant "que ces autorisations délivrées par le ministre chargé de l’Environnement ne sont pas conformes aux exigences du droit européen relatif à la protection des oiseaux". La directive européenne "oiseaux" de 2009 interdit les techniques de capture massive d’oiseaux sans distinction d’espèces. Une dérogation est possible "à condition d’être dûment motivée et dès lors qu’il n’existe pas d’autre solution satisfaisante pour capturer certains oiseaux", rappelait le Conseil d’État.

"Les mots manquent"

Or le gouvernement fait au contraire valoir que ces chasses respectent bien le droit européen. Pour le ministère, il s’agit de "sortir par le haut du débat sur les chasses traditionnelles en permettant au juge de se prononcer définitivement sur leur conformité au cadre légal européen sur la préservation des oiseaux", fait valoir le ministère à l’AFP. 

"Le gouvernement s’apprête à prendre une décision dont il n’est pas sûr qu’elle soit légale, pour permettre au juge de se prononcer sur sa légalité. Les mots manquent", a critiqué dans un tweet l’avocat en droit de l’environnement Arnaud Gossement.

"Les nouveaux arrêtés en préparation demeurent illégaux et la LPO demandera leur suspension immédiate devant le Conseil d’État si jamais ils sont signés", a immédiatement réagi la LPO (Ligue pour la protection des oiseaux). Le bras de fer entre les chasseurs et les associations écologistes est tendu.

"Je ne suis pas une ministre qui doit être pour ou contre la chasse"

Samedi 18 septembre, 42 000 personnes, selon les chiffres du ministère de l’intérieur, sont descendues dans la rue pour défendre les chasses traditionnelles d’oiseaux. "Arrêtez d’emmerder les ruraux", pouvait-on lire sur des pancartes à Amiens, fief électoral de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili. "Je ne suis pas une ministre qui doit être pour ou contre la chasse. La chasse c’est une activité légale", a souligné la ministre invitée sur RMC.

La chasse est un sujet sensible à quelques mois des élections présidentielles. On se souvient du départ fracassant de Nicolas Hulot du ministère de la Transition écologique critiquant le poids des lobbies, dont celui des chasseurs. En attendant, les scientifiques rappellent que les populations d’oiseaux des villes et des champs ont vu leurs populations s’effondrer en France à cause des activités humaines. 

Marina Fabre, @fabre_marina 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

CORAILARTEFACT ILLUSTRATION DENTELLE CORAIL petite

Corail Artefact, l'entreprise qui veut sauver les coraux avec de la dentelle

Comment sauver les coraux ? À l'heure des canicules marines et de l'acidification des océans, il est indispensable de prendre soin des récifs coraliens, gardiens de la biodiversité sous-marine. Pour cela, l'artiste Jérémy Gobé a développé une solution inédite basée sur un motif de dentelle du...

Thierry colombie

Thierry Colombié : "Le polar vert est une arme de sensibilisation massive contre les criminels climatiques"

Ce sont des crimes écologiques qui devraient passionner adolescents et adultes. Après s'être attaqué aux algues vertes et au trafic de civelles, l'expert en criminalité organisé Thierry Colombié va publier une saison deux de sa série de polar vert sur l'ours et la forêt. Entretien avec un écrivain...

Secheresse ete 2022 FABRICE COFFRINI AFP

Le Jour du dépassement : ce 28 juillet marque le jour où nous avons déjà consommé toutes les ressources de la planète

À partir de ce jeudi 28 juillet, il nous faudrait entamer une seconde planète pour couvrir tous les besoins de l'humanité. C'est le fameux Jour du dépassement de la Terre, qui avance chaque année dans le calendrier, signe que nos modes de consommation et de production n'ont pas encore opéré la...

Ville parc urbain ilot chaleur CCO

Sous le bitume, les arbres : les villes se réaménagent pour lutter contre la chaleur

Les épisodes de fortes chaleurs et de canicules poussent les municipalités à revoir leurs aménagements urbains. Pour lutter contre le phénomène des îlots de chaleur, de plus en plus de villes décident de faire sauter le bitume, pour le remplacer par des espaces naturels, des parcs ou des forêts...