Publié le 30 mars 2020

ENVIRONNEMENT

Coronavirus : si nous ne préservons pas la biodiversité, les crises sanitaires vont se multiplier

La destruction des habitats naturels est à l'origine de la pandémie de coronavirus qui frappe actuellement le monde entier. Les humains n'ont eu de cesse de s'installer dans des zones toujours plus reculées, mettant à mal les écosystèmes naturels indispensables à notre survie. En détruisant la biodiversité, ils ont ainsi détruit les barrières qui nous protégeaient jusqu'alors de virus dangereux.

Chauve souris covid 19 biodiversite
Le Covid-19 pourrait avoir pour réservoir animal la chauve-souris, comme c’était déjà le cas pour le SRAS en 2003.
@CC0

Le coronavirus serait parti d’un marché aux animaux sauvages de la ville de Wuhan, en Chine, épicentre de l'épidémie, obligeant Pékin à fermer quelque 20 000 fermes et à interdire temporairement le commerce et la consommation d’animaux sauvages. D’après les recherches les plus récentes, le Covid-19 pourrait avoir pour réservoir animal la chauve-souris, comme c’était déjà le cas pour le SRAS en 2003. Mais on ne connaît pas encore avec certitude l'animal intermédiaire qui aurait permis la transmission à l’homme.

VIH, MERS, SRAS, Zika, Ebola, Chikungunya, grippe aviaire : 65 % des maladies infectieuses émergentes sont des zoonoses, c'est-à-dire des agents pathogènes transmis des animaux à l'homme, et 72 % trouvent leur origine dans le monde sauvage. Cela est dû au fait que l’humanité est désormais en contact avec des espèces qu'elle n'aurait jamais rencontrées auparavant, en investissant des endroits de plus en plus reculés et en détruisant leurs habitats naturels. Ces perturbations se produisent dans un contexte de circulation continue et massive des personnes, des marchandises et des animaux, qui favorise la propagation des virus et peut entraîner des pandémies comme celle que nous connaissons.

Supprimer la biodiversité pour supprimer les épidémies ?

"Dans les systèmes péri-urbains, nous avons développé des zones d’élevages connexes avec des zones de biodiversité. Nous avons ainsi bâti des points, des tremplins même, pour que ces virus se transforment, mutent et passent dans nos systèmes urbains où s’entassent les personnes les plus vulnérables face aux virus. Nous avons organisé des systèmes qui représentent de véritables vecteurs de propagation de ces épidémies", alerte Jean-François Guégan, directeur de recherches à l'Institut national de la recherche agronomique (INRAE) et conseiller scientifique de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité.

Faut-il alors supprimer toute forme de biodiversité pour éviter tout risque ? De façon tout à fait contre-intuitive, c’est exactement l’inverse qu’il faut faire. Car c'est justement la grande diversité des espèces qui permet que les agents pathogènes soient dilués dans une multitude d’hôtes, voire stoppés, sans jamais arriver jusqu'à l'Homme. "Il ne faut tirer ni sur les chauves-souris ni sur les pangolins. La raison exacte de la diffusion du virus est la destruction des habitats naturels", insiste Jean-François Guégan.

La nature nous envoie un message

Selon plusieurs chercheurs, l’émergence d’une pandémie comme le Covid-19 était prévisible. Une étude de 2007 sur l'éclosion du SRAS avait ainsi conclu que "la présence d'un grand réservoir de virus de ce type dans les chauves-souris, ainsi que la culture de se nourrir de mammifères exotiques dans le sud de la Chine, représentent une bombe à retardement." "C’est presque toujours un comportement humain qui en est la cause et il y en aura plus à l’avenir si nous ne changeons pas", a déclaré le professeur Andrew Cunningham, de la Zoological Society of Londres au Guardian.

En outre, le risque épidémique est également sensible aux changements climatiques, la longueur des saisons pouvant favoriser le développement d’une épidémie et sa durée. "Le dérèglement climatique s’accompagnera (et s’accompagne déjà) d’une large propagation géographique de certains vecteurs infectieux comme le moustique tigre, et de phénomènes délétères comme ceux qui sont liés au rejet de virus quasi oubliés du fait de la fonte du permafrost", prévient Thierry Pech, directeur général de Terra Nova, dans une note publiée le 23 mars (1).

"La nature nous envoie un message avec la pandémie de coronavirus et la crise climatique en cours", a réagi Inger Andersen, directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l'environnement. "Notre réponse à long terme doit permettre de s'attaquer à la perte d'habitat et de biodiversité", a-t-elle ajouté. 

Concepcion Alvarez, @conce1 

(1) Lire la note de Terra Nova 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Seaspiracy

"Seaspiracy", le documentaire à voir sur les insoutenables dessous de la pêche

Surpêche, mythe de la "pêche durable", recours à l’esclavagisme… En une heure et demie, le documentaire Seaspiracy, accessible sur la plateforme de streaming Netflix depuis fin mars, plonge le spectateur dans les secrets les plus sombres et dissimulés de la pêche industrielle. Le réalisateur l'admet...

Animal ville dain HamieHall

Ce que l’Homme a fabriqué pèse désormais plus lourd que tout le vivant sur Terre

L’espèce humaine, qui représente une toute petite partie du vivant, a désormais laissé une trace indélébile sur sa planète, inscrite dans sa lithosphère et son atmosphère. Si la notion est difficile à se représenter, l’étude d’une équipe de l’Institut Weizmann y aide. Ceux-ci ont calculé que la...

Lake balkhash nasa

Surexploité, le lac Balkhach pourrait subir le même sort que la mer d’Aral

Le lac Balkhach, situé au Kazakhstan, va-t-il s'éteindre comme la mer d'Aral ? C'est que ce craignent plusieurs experts alors que ce lac, un des plus grands d'Asie, ne cesse de s'assécher. En cause, un pompage excessif de la Chine sur une rivière en amont du lac. Pekin irrigue ainsi en masse ses...

IStock fond marin GoranStimac

La pêche au chalut libère autant de CO2 que l'ensemble du secteur aérien

Les sédiments marins sont des réservoirs de carbone. Or, la pêche au chalut, qui racle le fond des océans, libère dans les eaux du monde entier des tonnes de CO2 jusqu'alors stockés. Une étude publiée mi-mars dans la revue Nature en a révélé l'ampleur : la pêche au chalut rejette autant, voire plus...