Publié le 15 janvier 2020

ENVIRONNEMENT

COP15 Biodiversité : l'avant-projet du plan mondial pour 2030 dévoilé

La 15e réunion de la Convention de l'ONU sur la biodiversité (COP15) se tiendra à Kunming, en Chine, en octobre. Cet événement, jugé aussi crucial que la COP21 sur le climat, doit définir une feuille de route afin de mieux protéger les écosystèmes au cours de cette décennie. Un avant-projet de texte vient d'être dévoilé avec comme objectif phare de protéger 30 % de la planète.

Nature paysage pixabay1920
Le texte compte comme mesure phare : la protection d'au moins 30 % de la planète d'ici 2030.
@CC0

Les États du monde entier devront fixer un cadre mondial pour la biodiversité à l'horizon 2030, lors de la COP15 sur la biodiversité, qui sera organisée en Chine au mois d'octobre prochain. Un avant-projet (1) a été publié lundi 13 janvier par le secrétariat de la Convention pour la biodiversité biologique (CBD). C'est sur cette base que débuteront les négociations. De nombreux acteurs attendent de cet événement un succès comparable à celui de la COP21 qui avait abouti à l'Accord de Paris en 2015.

Le texte compte une vingtaine d'objectifs chiffrés avec comme mesure phare la protection d'au moins 30 % de la planète d'ici 2030, et au moins 10 % sous stricte protection, ces pourcentages restant à négocier. Aujourd’hui, les zones protégées représentent 17 % des surfaces terrestres et 10 % des surfaces maritimes. L'objectif repris par l'Onu était porté par les associations environnementales.

Une autre mesure vise à "réduire d'au moins 50 % la pollution causée par l'excès d'éléments nutritifs, les biocides, les déchets plastiques et autres sources de pollution" d'ici la fin de la décennie. Parmi les autres objectifs, il y a aussi celui de zéro perte nette de superficie d'ici 2030, une utilisation durable de toutes les ressources d’ici à 2030, une réduction du pourcentage d’espèces menacées d’extinction ou encore une meilleure adéquation entre lutte pour la préservation de la biodiversité et contre le changement climatique. 

"Un grand pas"

Pour suivre les engagements des États, "des rapports, examens et bilans périodiques seront établis", précise le texte. Des ressources supplémentaires devront également être débloquées et des mécanismes de transferts de compétences et de technologie mis en place entre les pays. Le cadre s'articule par ailleurs autour "d’une théorie du changement" pour "transformer les modèles économiques, sociaux et financiers afin que les tendances qui ont aggravé la perte de biodiversité se stabilisent d’ici à 2030 et permettent le rétablissement des écosystèmes naturels d’ici à 2050".

Cette première mouture constitue "un grand pas" dans la définition d'objectifs pour protéger la biodiversité, mais le texte est "mince" en ce qui concerne leur mise en oeuvre et les moyens déployés, a estimé Li Shuo, de Greenpeace International. Des ONG regroupées dans la coalition "Campaign for nature" s'inquiètent par ailleurs de l'absence de mention portant sur "l'efficacité de la gestion" des espaces protégés ou sur "l’équité entre les populations, qui sont essentiels à une protection et une conservation efficaces".     

La COP15 devrait en outre acter l'échec des "objectifs d'Aichi", définis pour 2010-2020. Ils visaient, entre autres, à mieux prendre en compte la biodiversité dans les stratégies nationales, à étendre les aires de conservation terrestres et aquatiques, à prévenir l'extinction des espèces menacées ou encore à éviter la surpêche et à gérer les surfaces agricoles de manière durable d'ici 2020. La plupart n'ont pas été atteints.

Concepcion Alvarez avec AFP

(1) Voir l'avant-projet de texte.


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Drapeaux monde istock

Coronavirus : les événements climat et biodiversité reportés en cascade alors que l’année 2020 devait marquer un tournant

COP15 Biodiversité, Congrès mondial de la Nature, Convention citoyenne pour le climat … Une série d’événements cruciaux pour l’environnement sont reportés en raison de la pandémie de coronavirus. L’année 2020 devait pourtant être charnière pour le climat et la biodiversité.

Parc des calanques flickr

[Bonne nouvelle] Des braconniers condamnés à verser 350 000 euros pour réparer le préjudice écologique qu’ils ont causé

C’est la première condamnation en réparation du préjudice écologique causé, depuis l’introduction de ce principe dans la loi Biodiversité de 2016. Début mars, le tribunal civil de Marseille a condamné quatre braconniers a versé 350 000 euros au Parc national des Calanques pour réparer les dommages...

Disparition plage

D’ici la fin du siècle, la moitié des plages pourrait disparaître

D'ici la fin du siècle, la moitié des plages pourrait avoir disparu, notent des chercheurs européens dans une nouvelle étude publiée le 2 février. Une érosion d'autant plus dramatique que les plages de sable représentent aujourd'hui un mécanisme de protection contre les tempêtes et les inondations.

Acidification ocean crabe

[Science] L’eau des océans est si acide qu’elle dissout la carapace des crabes

C'est un phénomène inquiétant que vient de révéler une nouvelle étude. Les carapaces des petits crabes dormeurs, aussi appelés tourteaux, se dissolvent dans l'océan Pacifique à cause de l'acidification de l'eau. Un phénomène directement lié au réchauffement climatique.