Publié le 17 mai 2020

ENVIRONNEMENT

[Bonne Nouvelle] Quand le coronavirus protège les baleines des chasseurs

Cette année, les baleiniers islandais ne partiront pas au large pour traquer les baleines. Les entreprises estiment que les obligations de distanciation sociale et de sécurité, liées au coronavirus, ne permettront pas de mener à bien les opérations de pêche. Mais au-delà de la crise sanitaire, l’industrie de la pêche aux cétacés est de moins en moins rentable.

Rorqual DanielBenhaim
En 2018, l'Islande avait chassé environ 150 cétacés.
@DanielBenhaim

Pour la deuxième année consécutive, l’Islande renonce à la période estivale de chasse aux rorquals et aux baleines de Minke. En 2019, ce sont des raisons économiques qui ont poussé les baleiniers à rester au port, tant la concurrence, nippone en particulier, était rude. En 2020, c’est la crise du Covid-19 qui va forcer l’industrie islandaise à renoncer à chasser les mammifères marins géants. En effet, selon la société Hvalur, les mesures de distanciation sociale et de sécurité imposées par le gouvernement rendent impossible l’activité sur les bateaux et la transformation de la viande.

Selon le quotidien Morgunbladid, ce renoncement est aussi dû à la baisse de la consommation de viande de baleine dans le pays. D’ailleurs pour l'entreprise IP-Útgerdehf, il ne s’agit pas d’un report de l’activité mais d’un arrêt définitif. Interrogé par l’AFP, son PDG Gunnar Bergmann Jonsson l’assure : "Je ne chasserai plus jamais la baleine, j'arrête définitivement". Cette activité ne serait plus assez rentable. "C’est une nouvelle extraordinaire", a déclaré Chris Butler-Stroud, PDG de la Whale and Dolphin Conservation (WDC).

Le Japon, premier chasseur

La société Hvalur espère pour sa part une reprise en 2021, ce que craignent aussi des sociétés de protection de la nature. En 2018, l’île de l’Atlantique Nord avait tué environ 150 cétacés. En théorie, la chasse commerciale à la baleine est interdite depuis 1986 par un moratoire international décidé par la Commission baleinière internationale (CBI). Mais l’Islande n’y a pas adhéré et a repris la chasse en 2003.

L’Islande est loin d’être le premier chasseur. Elle arrive derrière le Japon, la Norvège ou la Russie. L’archipel nippon a repris la chasse en 2019 capturant plus de 225 animaux. Le pays limite l’activité à ses eaux territoriales mais a renoncé à la chasse dans les eaux de l’Arctique. Tokyo a par ailleurs quitté la CBI. Pourtant, même dans ce pays, cette industrie est de moins en moins soutenue par la population.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

One planet summit

Un One Planet Summit consacré à la biodiversité se tiendra en janvier prochain à Marseille

Le Président Emmanuel Macron entend faire de 2021 l'année de la biodiversité. Dès janvier, il va organiser un One Planet Summit dans le cadre du Congrès mondial de la nature de Marseille, pour mobiliser la communauté internationale et placer le sujet au centre de leur agenda. Ce sommet doit servir...

Abeilles bonne nouvelle

[Bonne nouvelle] Au Costa Rica, une ville donne la citoyenneté aux abeilles et plantes

Dans la banlieue de la capitale du Costa Rica, la ville de Curridabat vient de donner la citoyenneté aux pollinisateurs et aux arbres. Le but est de faire de ces espèces vivantes non humaines le cœur de la restructuration urbaine de la ville et non l'inverse. Un projet qui devrait permettre aux...

Rorqual DanielBenhaim

[Bonne Nouvelle] Quand le coronavirus protège les baleines des chasseurs

Cette année, les baleiniers islandais ne partiront pas au large pour traquer les baleines. Les entreprises estiment que les obligations de distanciation sociale et de sécurité, liées au coronavirus, ne permettront pas de mener à bien les opérations de pêche. Mais au-delà de la crise sanitaire,...

Cerf espaces sauvages JMrocek

Déconfinement : appels à protéger les animaux qui se sont réappropriés les espaces naturels

Le déconfinement de millions d'humains risque d'être dramatique pour les animaux qui se sont réappropriés des espaces désertés par l'activité humaine, avertissent l'Office national des forêts (ONF) et la Ligue de protection des oiseaux (LPO).